Crossing the bridge (traverser le pont): Partie 1/2

Je remercie Steve Pavlina pour cet article très inspirant. J’ai choisi de le traduire pour pouvoir le partager avec vous comme je suis convaincu qu’il peut beaucoup apporter à ceux qui le liront. C’est d’autant plus inspirant quand on connait la vie de Steve Pavlina qui incarne ce qu’il écrit.

Note : Comme cet article est une traduction de l’article original qui se trouve ici. C’est donc lui qui s’exprime quand « je » est utilisé.

Il est difficile de créer une vie d’abondance tant que vous n’avez pas une vision inspirante de comment est la vie de l’autre côté.

Beaucoup de gens essayent d’aller vers l’abondance parce qu’ils en ont assez du manque. Ils sont épuisés de travailler dans des emplois qu’ils n’aiment qu’à moitié juste pour payer les factures. Ils voient les années défiler sans avoir l’impression d’avoir accompli beaucoup de choses. Ces gens sortent rarement de cette réalité. Tout simplement à cause de leur façon de voir les choses, de penser qui renforce cette idée de manque.

L’abondance est plus facile à créer une fois que vous avez une idée claire de ce que vous allez faire avec. Pourquoi se demander cela ? Qui cela intéresse-t-il ? Comment sera la vie de l’autre côté ? Est-ce qu’il s’agit seulement de l’absence de tout ce qui nous embête ? Est-ce qu’il y a quelque chose de plus à découvrir ?

Ce qui m’a inspiré pour vivre en allant vers l’abondance, c’est que je pense que chacun mérite une telle vie, pas seulement quelques privilégiés, mais tout le monde. Au début, j’ai commencé à penser à l’abondance comme j’étais frustré de devoir gérer le manque. Puis, j’ai commencé à sentir ce qu’une vie dans l’abondance pouvait être. J’ai réalisé qu’un tel voyage n’était pas seulement personnel. C’est un voyage que la planète entière peut partager.

L’abondance ne rend pas les gens paresseux. Quand l’abondance est présente, la source principale de motivation n’est plus la même. Au lieu d’être motivée par le besoin et la peur de manquer, la motivation vient de l’inspiration. Ces niveaux de motivation sont très créatifs et beaucoup moins stressants que ceux qui sont là pour combler un manque. L’une est basée sur la peur, l’autre est basé sur l’amour.

Pourquoi écrire cet article ? D’où vient la motivation de le rédiger ? Cela vient de l’amour. Cela vient du faite d’être heureux. Cela vient d’un désir de partager ma motivation et mon amour pour contribuer, à illuminer la journée des gens. À inspirer plus de créativité, pour aider les gens qui fonctionnent sur le mode de la peur, pour créer une planète plus abondante pour que chacun puisse en profiter et savourer cela.

Vos raisons pour créer cette abondance peuvent être différentes des miennes. Mais pour aller dans l’abondance, c’est important d’avoir de fortes raisons, quelque chose de plus fort que : « Je n’aime pas le fait de manquer ».

Une source qui m’a inspiré pour créer une vie abondante était Star Trek : The Next Generation (la prochaine génération). Dans cet univers, les besoins principaux des gens étaient satisfaits grâce à la technologie. Chacun à une place à vivre. Si vous avez faim, vous pouvez appeler un robot et il va vous servir ce que vous désirez en quelques secondes. Et tout cela est gratuit.

Au lieu d’avoir à travailler pour faire sa vie, les gens travaillent parce qu’ils aiment cela. Ils font très attention à leurs relations avec les autres. Ils prennent soin les uns des autres. Ils s’occupent de la maintenance des technologies qui leur permettent de satisfaire leurs besoins physiques.

Cet univers de fiction m’a inspiré pour me demander comment cela pourrait être de vivre dans une telle réalité. J’ai rapidement réalisé que même si le reste du monde n’était pas encore à ce niveau, je pouvais toujours créer un petit microcosme de cette vie pour moi-même. Je pourrais également étendre cela à mes amis proches. Et cela pourra ensuite se propager petit à petit à partir d’eux. Et si plus de gens démarrent des bulles d’abondance identique, peut-être que cette expansion pourra alors se réaliser encore plus vite.

La vision de Gene Roddenberry (créateur de Star Trek) m’a inspiré à travailler par amour, pas pour l’argent. Les gens dans ce monde étudient beaucoup pour développer leurs connaissances. Ils s’entrainent durement pour développer leurs compétences. Ils travaillent dur pour contribuer à la société. Et ils s’aident mutuellement, se soucient des autres, se respectent les uns les autres, et se font confiance. Ils pourraient être paresseux s’ils voulaient, mais ils choisissent de contribuer au monde.

Quand la série s’est arrêtée (en 1994), j’avais déjà abandonné la notion de travailler pour quelqu’un juste pour pouvoir vivre. Roddenberry a retiré cette possibilité pour moi, en la rendant comme le fait d’un esprit fermé. L’épisode « Tapestry » était un de mes préférés. Cela m’a aidé pour conclure que je préférais vivre et mourir en suivant ce que je crois vraiment au lieu de chercher la sécurité et vivre une existence pathétique enfermée dans une coquille.

Les efforts pour aller jusqu’à cette vision n’ont pas été faciles. Cela m’a pris des années pour créer un mode de vie dans lequel je peux faire un travail que j’aime et toujours avoir mes besoins satisfaits. Et en faisant tout cela dans le monde actuel, pas en l’an 2300 quelque chose.

J’ai expérimenté différentes approches. J’ai été très endetté pendant des années et fais faillite. J’ai été expulsé de mon appartement par manque d’argent pour payer le loyer. Mais j’ai simplement continué à avancer, j’ai continué à regarder Star Trek même dans tous ces moments ;).

Cette vision était trop inspirante pour moi, et malgré toutes les difficultés et ce qui n’allait pas, j’avais la foi que je pouvais y arriver. Cela semblait un grand défi tout en étant possible. Ce n’était pas un but en ayant tout ou rien. Chaque étape que j’ai prise dans la direction de l’abondance et loin du manque, de la peur me prouve que mes efforts ont été utiles et m’ont inspiré pour franchir de nouvelles étapes. J’ai réalisé que créer l’abondance est un long voyage fait de tâtonnements, pas quelque chose que l’on fait en quelques secondes.

Ma solution actuelle n’est pas parfaite, mais cela fonctionne. Chaque semaine où je passe la majorité de mon temps à faire ce que j’aime me le prouve. Je travaille dur, mais pas pour l’argent. Ma motivation vient de l’inspiration, pas pour combler un manque.

Les personnes qui essaient de copier mon approche échouent en général. Ils abandonnent au bout de quelques mois. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas vraiment copié mon approche. Mon approche n’était pas de copier la façon de faire d’une autre personne. Donc s’ils copient ma façon de faire, alors cela n’est en faite pas en ma façon de faire.

Mon approche était de me focaliser sur une vision qui m’inspire et m’engager à la réaliser. Je ne me suis pas dit un jour comme ça : « Tiens, l’abondance semble être sympa, pourquoi ne pas essayer. » Essayer est une perte de temps. C’est un bien trop grand défi pour juste « essayer ».

« Essayer » fonctionne pour commander votre tout premier « Cinnamon dolce Latte » (un type de café). « Essayer » fonctionne pour voir un nouveau film. « Essayer » ne fonctionne pas pour créer une vie d’abondance dans notre monde actuel.

Si vous abandonnez au cours de la première année, c’est « essayer ». Si vous n’abandonnez pas même après 20 ans, c’est « faire ».

La suite de l’article se trouve ici.

Share Button
Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !