Crossing the bridge (traverser le pont): Partie 2/2

Si vous ne l’avez pas encore lu, la première partie de l’article se trouve ici.

Rappel: Comme cet article est une traduction de l’article original qui se trouve ici. C’est donc l’auteur, Steve Pavlina qui s’exprime quand « je » est utilisé.

Un moment crucial pour moi a été de m’engager à traverser le pont et à faire du mieux que je pouvais pour ne pas retourner en arrière. C’est ce point que j’essaye de faire dans beaucoup d’autres domaines à travers mon écriture et ce que je dis. Si vous voulez créer et vivre dans l’abondance, vous devez totalement oublier que vous pouvez garder un pied dans chacun des 2 mondes. Vous devez dire au revoir à la façon de penser basé sur le manque, car retourner dans cette façon de pensée sera pour vous comme boire un poison.

traverser le pont

Même avec un fort engagement pour traverser le pont, vous ne serez pas parfait. Vous aurez toujours des retours en arrière vers votre ancienne façon de penser. Des pensées basées sur la peur vont alors s’élever en vous. Vous allez parfois vous laisser séduire et les suivre. Mais tôt ou tard, vous allez vous rappeler votre engagement et vous retournerez vers votre nouveau mode de pensée basé sur l’abondance et sur le cœur, ce moment va vous rendre encore plus fort qu’avant.

Sans un tel engagement, vous n’avez quasiment aucune chance. Créer l’abondance dans le monde d’aujourd’hui nécessite de prendre des décisions contre nature. Vous devez être disposé à dire Non à beaucoup de choses, à développer votre courage, à continuer d’élever vos repères actuels. Sans un fort engagement interne, vous n’avez aucune chance d’y arriver. Je suis prêt à parier contre vous.

En avoir assez du manque peut apporter de la motivation au début, mais cela ne sera pas suffisant pour continuer à avancer dans le temps. Vous serez prêt à abandonner dès les premiers obstacles. Pour maintenir la motivation, vous devez aller voir plus profondément dans vos aspirations. Vous avez besoin de créer une vision qui vous inspire vraiment, une qui résonne dans votre esprit et vous rappelle pourquoi vous êtes ici.

Votre mental ne sera pas capable de continuer à avancer de lui-même. Vous devez impliquer votre coeur et votre esprit. Et vous allez ainsi devoir faire beaucoup de choses qui actuellement vous font peur. Si vous avez peur, cela sera surement sur votre liste de choses à faire un jour ou l’autre.

Ce que j’ai trouvé de plus inspirant dans la vision de Roddenberry était la façon dont les gens se comprennent les uns les autres. Il n’y a plus cette pression liée au besoin. Les gens sont indépendants, compétents et confiants dans ce qu’ils sont. Ils passent du temps ensemble parce qu’ils aiment être ensemble et apprécient les autres. Ils s’engagent dans des échanges intellectuels avec plaisir, s’aident les uns les autres à solutionner les problèmes et s’encouragent les uns les autres. La plupart d’entre eux apprécient vraiment la compagnie des autres.

Je veux aussi expérimenter cette abondance de relation dans ma vie et je me sens très engagé pour atteindre cette vision. Même si cela prend de nombreuses années pour y arriver, cela en vaut toujours la peine.

Mes besoins essentiels sont déjà bien satisfaits. Je suis arrivé au point qui me permet de faire un travail que j’aime. Mais pendant de trop nombreuses années, ma vie sociale n’était pas en accord avec l’abondance que j’avais dans d’autres parties de ma vie. Je n’avais pas encore traversé cette partie du pont. J’étais toujours disposé à faire avec ce manque de relations, donc c’est ce que j’ai eu… Un manque de relations.

L’année dernière, j’ai petit à petit dit au revoir à ce manque. Je me suis engagé à me reconnecter aux autres pour n’avoir rien de moins qu’un respect mutuel, spécialement en terme dont les gens se traitent les uns les autres. Cela a fait une importante différence. Une part de moi est encore en train de célébrer ces progrès que j’ai faits jusque là, alors qu’une autre part est excitée à l’idée de continuer à progresser.

Si vous avez été à l’un de mes récents ateliers, alors vous avez une idée du genre d’environnement social que je cherche à créer pour avoir plus d’abondances. Cette ambiance est positive, apporte un support, est constructive et totalement ouverte et honnête. Quand je souligne parfois aux gens que je suis en faite « au travail » quand je suis là-bas, ils rigolent en général, peut-être parce que cela se voit que je m’amuse beaucoup.

J’adore voir comment les gens avancent dans une telle ambiance. Leurs yeux brillent. Ils sourient. Ils échangent sur les choses qui leur tiennent à cœur. Cela élève leurs repères. Ils prennent de nouvelles décisions. Ils se sentent en sécurité et soutenus. Ils retirent leurs protections naturelles. Beaucoup ne veulent pas rentrer quand c’est terminé.

Maintenant, imaginez ce que cela serait si cela devenait la façon naturelle dont les gens échangent les uns avec les autres, en incluant les inconnus dans la rue ? Cela peut prendre beaucoup de temps, mais je crois que c’est un but atteignable.

Je trouve ce genre de vision très inspirante, quels que soit les obstacles que je rencontrerais sur ma route, je ne vais pas abandonner en route.

Si vous cherchez à créer l’abondance principalement parce que vous êtes frustré par son opposé, vous n’irez probablement pas très loin. C’est un bien trop grand défi, qui nécessite une profonde et complète motivation. Vous ne pourrez pas vraiment parler de votre chemin vers l’abondance ni penser à celui-ci ; beaucoup de gens ont essayé cela, mais cela ne fonctionne pas. Une part d’eux-mêmes n’est toujours pas convaincue.

Ce qui fonctionne est de vous voir dans l’abondance. Roddenberry m’a aidé à voir à quoi cela pouvait ressembler. Débarrassez-vous de toutes les technologies futuristes dans la série, de tout l’environnement dans l’espace, de l’histoire, et ce qu’il reste est le cœur de la vision dans laquelle on peut déjà aller très près dans notre monde actuel.

Nous pouvons faire le travail que nous aimons. Nous pouvons compter sur notre inspiration au lieu des besoins non satisfaits comme source de motivation principale.

Nous pouvons élever le niveau de la technologie pour satisfaire nos besoins primordiaux, ainsi nous n’avons pas besoin d’investir du temps et de l’énergie pour obtenir les choses basiques de la vie.

amitié

Nous pouvons conserver des relations très constructives avec les autres. Nous pouvons nous connecter à l’ouverture, à l’honnêteté et au respect mutuel. Nous pouvons partager ce qui est profondément important pour nous et inspirer les autres à en faire autant.

Rien de cela n’est facile, et cela n’arrivera pas du jour au lendemain, mais c’est faisable.

Vous pouvez créer cela… mais seulement si vous n’êtes pas prêt à faire avec le fait de manquer et d’être dans le besoin.

Si gérer le manque est une possibilité pour vous, si vous êtes prêt à travailler à partir de peurs et d’obligations au lieu de contribuer à la société en suivant votre inspiration et votre cœur. Si vous êtes toujours prêt à échanger avec certaines personnes sur la base d’un intérêt, d’une peur au lieu d’un respect mutuel et le fait de prendre soin de l’autre. Alors dans quelle vie allez-vous terminer ? Quelle vie vivez-vous actuellement ? Est-ce que vous aimez cela ? Cela vous rend-il épanoui ? Êtes-vous heureux ? Est-ce que vous vous levez et vous vous couchez avec le sourire ?

Beaucoup de gens peuvent se reconnaître dans la peur de manquer et se dire à eux-mêmes : « ce n’est pas moi. » C’est la première étape.

La prochaine consiste à trouver la vision que vous pouvez voir et vous dire, « Maintenant, ça c’est moi ! « .

creativecommonsbigCrédit photos (dans l’ordre d’apparition): marcmo – JF Schmitz

Share Button
Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !