Headspace, au coeur de la méditation !

Depuis le mois d’avril, je médite 15 minutes le matin avec les méditations guidées du site « headspace ». Il y a des séries de méditations de 10 à 30 jours sur différents thèmes : être plus focalisé, avoir une meilleure estime de soi, se libérer du stress, avoir un meilleur sommeil, etc.

Il y en a pour tous les goûts en apparence. En apparence seulement car peu importe la thématique, la logique est la même : noter, voir ce qui s’élève, simplement l’observer et laisser passer.

C’est extrêmement simple et efficace. Toutes les problématiques qui semblent différentes sont au final assez proches les unes des autres. Pour le programme sur la focalisation que j’ai suivi le mois dernier, chaque fois qu’une distraction, qu’une pensée s’élève et bien je la note, je ne lui donne aucune prise et je reviens sur ma respiration. Si c’est pendant le reste de la journée et que j’ai conscience d’une grosse envie de distraction. C’est le cas lorsque j’ai une grande envie de faire quelque chose alors que je sais que cela ne va rien m’apporter comme aller voir mes emails toutes les heures. Cela peut être n’importe quoi pour chacun d’entres-nous. Lorsque cela arrive, je ne me bats pas contre cela. Je note, je laisse passer et je reviens sur ce que je suis en train de faire. C’est bien sûr loin d’être parfait, je suis imparfait. Pourtant, cela en vaut bien la peine pour les fois où cela a fonctionné et m’a évité une situation plus compliquée.

Dans le programme sur l’estime de soi, j’étais plutôt habitué aux visualisations, à se voir en train de réussir et à changer ses pensées négatives en pensées positives. Mais là encore, c’est extrêmement simple, il s’agit d’observer si vous vous faites une remarque pas très sympa à votre encontre puis de la laisser passer sans l’alimenter. Rien de plus, rien de moins.

Il n’y a aucune idée fantaisiste, rien n’a atteindre, juste regarder ce qui est et s’en détacher pour ne pas créer de souffrances inutiles. Et cela fait une différence énorme lorsqu’on développe cette compétence d’observateur, quelques exemples qui me viennent à l’esprit :

  • Pendant mon footing ce matin, alors que je commençais à être fatigué. J’ai vu mon envie d’arrêter, mon mental se voyait bien mieux en train de marcher sans efforts. Au lieu de cela, je laisse passer, je me concentre sur mon souffle et je mets juste un pas devant l’autre. Et au final, tout s’est bien déroulé et j’étais ravi de mon jogging.
  • Lorsque je discute avec Yoko et que nous ne sommes pas d’accord. J’ai envie d’avoir raison. Dès que j’en ai conscience, je laisse couler. Je ne sais pas au final qui a vraiment raison ou pas. Mais surtout, est-ce vraiment important ? Dans 99% des cas, pas du tout donc autant laisser couler et ne pas se compliquer la vie avec des bêtises !
  • Un dernier exemple plus subtil de nos idées fantaisistes là où on les attends le moins. J’avais en tête l’idée de manger des produits bio sauf qu’au Japon, vous pouvez multiplier par 3 ou 4 les prix par rapport à un magasin bio en France donc j’ai lâcher prise et laissé tombé l’idée et c’est très bien ainsi.

Nous avons toutes sortes d’idées qui sont parfois bonnes, parfois non mais surtout auxquelles nous sommes très attachés. C’est bien plus cela la cause de la souffrance que l’idée en elle-même. En méditant juste un peu pour développer sa vigilance comme avec ce programme « headspace », vous apprenez à voir et à vous détacher.

Même si vous ne pouvez pas suivre le programme comme il est en anglais, cela n’a aucune importance ! Vous pouvez très bien méditer en utilisant un support comme votre respiration qui vous sert de fil conducteur. Vous allez être distrait comme vous l’êtes dans la vie quotidienne et c’est très bien ainsi. Vous apprenez à le voir et à le laisser aller. Vous êtes au coeur de la méditation. Aucune idée fantaisiste,  juste de l’observation et du lâcher prise.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !