Le piège des attentes

J’aimerais dans cet article partager avec vous un piège subtil dans lequel il est facile de succomber. C’est celui des attentes. Que ce soit en méditation où dans n’importe quel domaine, le fait d’avoir de grandes attentes, de placer la barre très haute va rendre la situation plus compliqué. Car alors le revers de la médaille de ses attentes sera la déception dès que la réalité ne sera pas conforme à celles-ci. Ce qui a d’autant plus de chance d’arriver lorsque la barre aura été placée très haute. Pour que cela n’arrive pas, il faudrait les circonstances soient conformes en tous points avec ses attentes. La réalité est trop complexe pour pouvoir être maitrisé ainsi.

C’est bien de définir clairement ce que l’on veut mais sans être « collé » à cela car la réalité est changeante et tout est possible, tout peut arriver. C’est l’attachement au résultat de cet objectif qui va créer la souffrance. S’il n’y pas d’attachement, il n’y a pas de problème.

Une personne débutante en méditation et qui a de grandes attentes sera forcément déçu après quelques semaines de pratique. Sans attente, pas de déception, pas de problème. Simplement le plaisir de pratiquer et d’apprendre. L’attente va générer de la peur et de l’angoisse si celle-ci ne se réalise pas. Sans elles, il n’y a plus de résistance à la réalité telle qu’elle est. On peut alors apprendre à son rythme.

Les attentes par Eckhart Tolle

En ayant une idée trop précise de ce qui devrait se passer, on sera à coup sur déçu dès que la réalité en ira autrement et ne se conformera pas à ces idées.

En pratiquant de manière régulière, que ce soit la méditation où toute autre chose, cela s’enracine naturellement sans qu’il y ait besoin de rajouter quoique ce soit et les choses avancent à leur rythme naturel sans que rien ne soit forcé.

Cela revient à la notion de l’ego qui veut saisir les choses, qui veut que les choses soient conformes à ses désirs, à sa propre représentation. C’est pourtant de là que vient le problème. Quand je suis seul, je voudrais être avec quelqu’un, quand je suis avec quelqu’un je voudrais être seul, etc… C’est cette résistance à ce qui est qui est la source des problèmes et qui empêchent de voir les choses telles qu’elles sont en se racontant pleins d’histoires.

Se transformer en méditant où accomplir n’importe quel objectif implique de réunir un grand nombre d’ingrédients (à la fois intérieurs et extérieurs) qui tous mis ensemble permettent à cela de s’actualiser et d’exister dans la réalité. Parfois certains ingrédients nous échappent, ce n’est pas grave si on n’en fait pas un problème et qu’on n’a pas d’attentes. On apprend simplement de la situation.

Les choses peuvent aller très vite ou pas du tout sans que l’on comprenne pourquoi. C’est le problème avec un objectif figé qui ne peut pas intégrer tous les paramètres et les obstacles qui vont se trouver sur notre route. En méditation par exemple, il y a aura des jours où tout sera assez facile sans qu’il n’y ait de raisons à cela et d’autres jours où même en étant bien préparé, on sera pourtant aux prises avec des émotions. Ce sont les mystères de la nature. Dans tout les cas, la pratique aura permis d’apprendre et de renforcer sa connaissance de soi et de ses tendances.

Parfois il se peut qu’on soit très près de son but mais qu’il manque un ingrédient, une condition à réunir, qui nous échappe pour le moment. C’est important d’être bon pour soit à ce moment et de voir tout ce qui a malgré tout été accomplie et non pas seulement voir ce seul ingrédient qu’il manque et qui nous échappe pour le moment. Ce serait bien dommage d’arrêter si prêt du but alors que tant de choses ont déjà été accomplis.

Sans attente, on prend la réalité telle qu’elle est, il n’y a plus de bonnes ou de mauvaises surprises, simplement de nouvelles informations dont on peut tenir compte pour avancer et éventuellement faire différemment la prochaine fois. A méditer !

14 thoughts on “Le piège des attentes

  1. Bonjour Jonathan,

    merci pour cet excellent article qui a le mérite d’être clair !

    Au fil du temps et à force de persévérance j’ai appris à ne plus trop être dans l’attente de résultats à tout prix. Attendre d’atteindre tel ou tel objectif, attendre une augmentation, attendre une remarque positive… cela génère beaucoup de frustration et il y a de grandes peurs qui se cachent derrière cette attitude. La peur d’échouer mais également celle de réussir. La peur de ne pas être parfait, de décevoir… toutes ces peurs sont bien évidemment infondées car elles découlent de l’appréciation que nous avons du monde en fonction de notre histoire. Je sius plus ancré dans l’instant présent, je me porte moins en juge et j’essaye d’apprendre de chaque situation.

    QUI VIVRA VERRA !

    Cédric(seconnaitre)

    1. Voila Cédric, tu as bien raison.
      Toutes nos souffrances résultent d’une résistance à ce qui est, à ne pas prendre les choses telles qu’elles sont dans la réalité. Comme par exemple comme tu le dis attendre une augmentation au lieu de prendre la réalité telle qu’elle est. C’est ainsi donc à quoi bon s’en faire.
      Dès que les choses ne se passent pas comme on l’entends, ça peut être n’importe quoi. Et bien une tension monte et c’est le début du mal-être. En acceptant la réalité telle qu’elle est, on a la paix.
      Par exemple, je suis traversé par une angoisse, bon pas de problème, ça passera mais en voulant résister à ça, c’est le début des ennuis lol

      A+ et merci pour ta fidélité au blog, cela me fait plaisir de te lire ;)

  2. Très bel article… Dans la tradition tibétaine il y a la notion de Rang Bap (« laisse tomber »)… en effet, pour dire bref: dans le Grand Lâcher Prise tout s’accomplit… Mais, une part de nous doit aussi agir, cheminer spirituellement par un réel travail… Le sujet est passionnant… Tu viens de me donner des idées d’articles et le thème du prochain carnaval que je lancerai en novembre… ;)

    1. Salut Arnaud, je vois que tu as toujours autant de nouvelles idées. Je m’en réjouis pour pouvoir te lire et apprendre de ton expérience ;) A+

  3. Bonjour,
    « il n’y a plus de bonnes ou de mauvaises surpises,
    simplement de nouvelles informations » …
    C’est très rassurante d’accepter différemment les
    mauvaises nouvelles …
    Avant ça m’est arrivé « d’étre en deuil  » pendant des
    années….
    Je constate avec joie …que je passe très vite à autre
    chose .
    Mais je reste vigilante , car je sais que je suis encore
    vulnérable ..et je ne pourrrais pas tout accepter si facilement.
    Donc en faisant un « travail » sur le long-terme sur les
    émotions et indispensable .
    Je suis optimiste en voyant les premiers résultats.

    1. Salut Gabriella,

      Tu as bien raison d’être optimiste. De nos échanges, je constate que tu as bien évolué ;)
      Bravo à toi pour être arrivé à ce niveau de réalisation ;) A+

  4. Bonsoir ,
    Prendre conscience de ses attentes, c’est déjà beaucoup.
    Souvent on attend de façon très inconsciente, une réparation,
    un lien de l’enfance qui ne s’est pas fait.
    En apparence, on est patient, on a une philosophie zen de la
    vie. Et puis, en creusant, on peut dépister nos attentes inconscientes dans les exigences non formulées que l’on a envers les situations et les êtres.
    Un vaste sujet très intéressant que tu viens de lancer, Jonathan!

    1. Génial de t’avoir inspiré, comme pour Arnaud, ce sera un plaisir de te lire pour apprendre de ton expérience ;) A+

  5. Salut Jonathan,

    Joli l’article sur les attentes et leurs pièges. C’est vrai que nous sommes tous sujets un moment ou un autre à ce type situation. Maintenant, il est quand même « utile » de se fixer des objectifs à courts et moyens termes car nous avons besoin d’une ligne directrice pour organiser nos vies et quand il y a objectif,il y a forcément « attente ».
    Il est intéressant de prendre conscience de ses attentes !! et d’apprendre à lâcher prise quand celles-ci sont trop présentes et qu’elles focalisent toute notre attention

    1. Salut Edouard, tu as raison c’est important d’avoir une ligne directrice mais attention à ne pas s’attacher au résultat. On est à chaque instant à un point différent donc c’est très important de ‘regarder » où on est et surtout ne pas suivre les « délires » de l’ego qui lui voudrait déjà arriver à telle ou telle niveau en ignorant la réalité du moment.
      Chacun avance à son rythme et vouloir forcer les choses n’est pas forcément dès plus approprié, c’est le danger avec les objectifs.
      Donc pourquoi pas mais rester vigilant et ne pas se raconter d’histoire pour regarder où l’on est vraiment par rapport à cette objectif et tout ce qu’il manque encore pour l’atteindre.

  6. Excellentes réflexions sur un sujet important.

    Le cycle est toujours le même. L’ignorance engendre les sensations qui engendrent les désirs, les attentes, qui engendrent l’action. Cette action produisant de nouveau des sensations…

    Le méditant fera un pas supplémentaire en réalisant qu’il est ce cycle. Il construit un monde illusoire en se basant sur les données erronées fournies par les sens, l’esprit n’étant pas le moindre.

    L’esprit, en dehors du pur intellect, comprend tous les modes connus : esprit agité ou calme, attentif, scrutateur, distrait, indifférent, impressionnable ou insensible aux influences extérieures, discriminant, classificateur, etc, etc… C’est cet esprit qui fabrique « le monde », notre monde. C’est cet esprit que l’on nomme le « moi » en général alors qu’il n’existe pas en dehors de ses modes, tout comme le corps n’existe pas en dehors de ses parties.
    Les attentes sont donc des expressions de ces modes. Si le méditant le réalise, la puissance des désirs diminue.
    Dans l’aspect pratique de la vie, si notre comportement dans l’instant présent est sain, honnête, volontaire, les résultats karmiques ont toutes les chances d’être aussi saines.
    La peur, inquiétude de l’ego, diminue aussi alors qu’augmente la confiance en soi et dans les choses.

    Encore des sujets à développer…

    Bonne journée

    Vincent

  7. Bonjour, comme presque à chaque article, intéressant, vrai, celui me « parle » encore….., lâcher prise, vaste programme et magnifique état ! On en revient encore une fois à vivre l’instant présent, vivre sans jugement, c’est ce qui permet (enfin c’est ma perception) de ne pas avoir d’attente. Lâcher l’Ego est un travail de tous les jours pour réussir à avancer dans tous les domaines…..alors avançons et soyons heureux à chaque minute

    1. Merci Anna du commentaire, je partage absolument ton avis. Lâcher l’Ego est un travail de tous les jours, pas toujours facile mais qui produit malgré tout petit à petit de bons fruits.
      Donc comme tu le dis très bien, avançons et soyons heureux à chaque minute ;)

Comments are closed.