[Vidéo reportage] Les leçons de vie d’un maître zen

Il y les conseils pour méditer, pour faire des progrès et il y a aussi les leçons inspirantes de grands méditants qui parlent au-delà des mots. C’est ce que je vous propose de découvrir dans cette vidéo reportage sur un grand maître zen qui pratiqua pendant 95 ans.

J’ai résumé pour vous les grandes leçons de ce maître zen au travers de différents extraits :

Extrait sur les pensées pendant la méditation et sur l’importance de la posture en zazen :

« Certains pensent que la liberté, c’est agir à sa guise. Pour ma part, je pense que le meilleur entraînement est une vie régulière et bien ordonnée. »

« Journaliste : Quand vous êtes assis et que vous pratiquez la méditation, quelle est le genre de pensées qui occupe votre esprit ?

Maître zen : Aucune, il ne faut pas rêvasser. Les pensées de ce monde doivent s’effacer. L’instant présent doit être consacré à chacun de nos souffles. Toute autre sorte de pensées est superflue.

Journaliste : Je pratique également un peu la méditation mais les pensées surgissent comme les mauvaises herbes dans un jardin.

Maître zen : Nous sommes bien trop préoccupés par les honneurs, les positions sociales, la vanité, l’égoïsme et toutes ces sortes de choses. Il nous faut apprendre à dépasser nos désirs et pour cela il y a le zazen.

– Journaliste : Vous voulez dire que nous pouvons nous détacher de nos pensées grâce à la méditation assise ?

– Maître zen : Il n’y a qu’à respirer. Dans le zazen, il n’y a pas de place pour les désirs. Zazen signifie être droit, c’est redresser sa colonne vertébrale et son cou. Ne pas pencher à droite, ne pas pencher à gauche. Si votre corps est droit, votre esprit le sera aussi.

– Journaliste : Le corps et l’esprit doivent être redressés ?

– Maître zen : Le corps et l’esprit sont liés. Un corps droit reflète un esprit droit.

– Journaliste : C’est cela zazen ?

– Maître zen : C’est cela. Certains pensent que la liberté, c’est agir à sa guise. Pour ma part, je pense que le meilleur entraînement est une vie régulière et bien ordonnée. »

Extrait au sujet des tâches ménagères :

« La façon dont on dispose un objet négligemment ou à sa place indique clairement dans quel état d’esprit nous sommes. »

« Maître zen : Tout est zen. On pourrait croire que le zen est quelque chose de spécifique mais ce n’est pas le cas. Le zen consiste à s’unir à ce que l’on fait. Quand on marche, la marche devient zen. Quand on parle, les paroles deviennent zen.

– Journaliste : Tous les aspects de la vie peuvent être zen ?

– Maître zen : Oui tout à fait. Enlever ses chaussons peut être une autre forme de méditation zen.

– Journaliste : Même les chaussons peuvent être un entraînement au zen ?

– Maître zen : Il nous paraît bien naturel de bien les ranger. Quand on voit des chaussons mal rangés, impossible de les ignorer. Si les chaussons sont de travers alors votre esprit aussi. Comme votre esprit est de travers, vous ne pouvez pas bien ranger vos chaussons. La façon dont on dispose un objet négligemment ou à sa place indique clairement dans quel état d’esprit nous sommes. Si votre esprit est droit, alors tout ce que vous rangez sera droit.

– Journaliste : Donc même quand on fait zazen persuadé de s’entraîner comme il faut, si nos chaussons ne sont pas bien rangés alors cela ne sert à rien ?

– Maître zen : Ce n’est pas un entraînement, cela doit devenir naturel. Voilà ce vers quoi nous devons tendre. »

Extrait à propos de la méditation et de son expérience :

« Maître zen : Je fais Zazen depuis l’âge de mes 11 ans. Au début, je n’avais pas envie de m’asseoir pour méditer. Je n’arrêtais pas de penser à tout ce que j’aurais pu faire d’autre. Je savais qu’il y avait beaucoup de choses que j’aurais 1000 fois préféré faire. »

Puis sa vie bascula à l’âge de 29 ans avec la mort de son guide spirituel :

« Maître zen : Je voulais ressembler le plus possible à mon vieux maître. Les gens devraient s’imiter les uns les autres. L’apprentissage commence par l’imitation des autres. Imiter quelqu’un pendant toute une journée et cette imitation ne vaudra qu’une journée. Si vous imitez cette personne pendant 2 jours et pas plus, cette imitation vaudra 2 jours. Si vous continuez à imiter cette personne pendant toute votre vie alors l’imitation devient vraie. »

Extrait de son discours devant l’assemblée des prêtres venus Zen Soto de tout le pays :

« Si nos enseignements existent, c’est pour être mis en oeuvre. »

« Maître zen : Quand j’entends les nouvelles dans les médias sur la situation dans laquelle se trouve le monde, je me rends compte que les personnes qui détiennent les plus hauts postes à responsabilités de nos sociétés et qui devraient montrer l’exemple enfreignent les lois. On ne compte plus les scandales atroces qui éclaboussent nos sociétés. 

Si nos enseignements existent, c’est pour être mis en oeuvre. C’est dans ce but que Maître Dogen nous a appris à nous asseoir et à méditer afin de faire en silence la vérité. Notre école ne doit pas se contenter d’être missionnaire par ses mots. Elle doit particulièrement se concentrer aussi sur l’action silencieuse. Voilà ce que je vous demande. »

Extrait pendant sa grave maladie, il y a 35 ans lorsqu’il était très proche de la mort :

« L’éveil consiste à vivre avec un esprit imperturbable. Ce n’est pas une chose aisée. »

« Maître zen : Shiki Masaoka (poète Japonais) a écrit : « A tout instant, vous pouvez souhaiter mourir. ». J’avais pris cette façon de penser pour un éveil spirituel. Ce n’est plus le cas. L’éveil consiste à vivre avec un esprit imperturbable. Ce n’est pas une chose aisée. Il faut mourir quand votre temps est venu et vivre de manière la plus égale que possible. »

Extrait à propos de son arrêt du tabac à 30 ans :

« S’il y a quelque chose que vous avez vraiment envie de faire, faite-le au péril de votre vie. »

« Maître zen : Je voulais arrêter de fumer mais tout seul, ce n’était pas facile. Alors avec 2 amis, nous avons fait équipe. Si nous fumions en cachette, nous devions payer une amende. Le lendemain, nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas intelligent et nous avons recommencé à fumer. Quand j’ai arrêté de fumer, je m’y suis pris autrement. « Otez-moi la vie si je me remets à fumer », c’est ce que j’ai demandé au Bouddha et comme je tenais à la vie j’ai arrêté de fumer. J’avais 30 ans, je pensais que tout était possible si c’était une question de vie ou de mort. S’il y a quelque chose que vous avez vraiment envie de faire, faite-le au péril de votre vie. »

Extrait à propos de la nature pour nous guider 

« Les gens devraient vivre en imitant la nature. »

« Journaliste : Nous entendons des oiseaux chanter, Eihei-ji semble être dans un écrin de verdure. C’est un endroit très agréable. Quelles sortes de pensées la nature vous inspirent-elles ?

Maître zen : La nature est parfaite. Je tiens un journal et j’écris à quel jour de quel mois les fleurs éclosent et à quel jour de quel mois les insectes commencent à chanter. Année après année, ces dates varient à peine, elles sont très régulières, c’est là une des lois de la nature. Ce qui s’accorde avec les lois est la nature. La nature est en accord avec les lois, c’est pour quoi je crois que les gens devraient vivre en imitant la nature. Suivez vos désirs et vous tomberez dans un bourbier de confusion. La nature accomplit la vérité en silence, elle ne cherche pas à être admiré ou loué. Nulle part, il est dit qu’elle sera récompensée proportionnellement à ce qu’elle accomplit. Le temps venu, elle laisse les fleurs éclore et silencieusement avec ou sans nos louanges, elle fait ce qu’elle a à faire puis s’en va toujours silencieusement. Voilà ce que c’est qu’être, ce que sont les enseignements…la vérité »

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !