Le moment présent pour moins souffrir

Nous avons tous des douleurs dans notre vie, que ce soit par rapport au passé, au stress au travail, etc. Nous ressentons alors un vague d’anxiété et de tensions. Le grand paradoxe, c’est que la réponse qui semble la plus évidente (penser au problème pour le combattre ou le dépasser) va au contraire empirer les choses.

La tendance naturelle de notre mental face à une douleur ou une difficulté est d’essayer de l’éviter coûte que coûte en essayant de résister pour ne pas avoir à ressentir d’émotions désagréables. Quand nous sommes chez le dentiste par exemple en train d’attendre au milieu de plusieurs opérations la bouche ouverte pleine de tuyaux, nous souhaiterions vivre n’importe quoi d’autre à part cette situation dans laquelle nous sommes. Mais comme dans beaucoup de cas,  certaines situations comme certaines émotions négatives ne peuvent pas être évitées malgré tous nos efforts. Et à ce moment-là, toute résistance ne va rien faire d’autre que d’augmenter la douleur.

Comment sortir de cette spirale grâce au moment présent ? 

Le défi pour nous est de ne pas rajouter de souffrances inutiles à partir d’une précédente émotion. Par exemple, vous vivez un moment de stress et vous vous dites, « j’aimerais tellement me sentir libre et détendu au lieu de vivre ce stress ». L’émotion de départ est par exemple le stress par rapport à tout le travail devant vous. La réaction secondaire et tout le dialogue dans lequel vous vous dites « je déteste être stressé, j’en ai marre de cela, etc. ». Cela ne doit pas forcément en être toujours ainsi…

La solution est l’acceptation en laissant cette première émotion être.  Cela signifie également être ouvert à la façon dont les choses sont à chaque instant sans essayer de les manipuler ou de les transformer. Cela veut dire sortir des jugements ou essayer de se débarrasser de certains éléments. Le moment présent peut seulement être comme il est. C’est seulement chaque fois que nous allons essayer de le changer que nous allons être encore plus frustrés et plus fatigués. L’acceptation libère de la souffrance mental qui va venir se rajouter en plus.

Supposons que vous venez juste de rompre, que votre couple prend fin et que vous êtes pris dans une émotions de tristesse et de déception. Vous pouvez essayer de vous débattre avec ces sentiments pour vous en débarrasser, ce qui ne va faire que de les renforcer. En acceptant de vivre cela, vous vous dites à vous-même à la place : « Je vis une rupture, c’est normal de ressentir cela, j’accepte de me sentir ainsi en ce moment. »

L’acceptation d’un état déplaisant ne signifie pas que vous n’avez plus d’espoir dans le futur. Cela veut surtout dire que vous acceptez que certaines choses sont hors de votre contrôle.  Le stress, la tristesse, la douleur ou la colère sont parfois présents que vous le vouliez ou non. Dans ce cas, autant apprendre à être avec ce qui est plutôt que de se battre et ajouter davantage de souffrances inutiles.

L’acceptation ne signifie pas non plus que vous devez apprécier ce qui se passe. Accepter le moment présent n’a rien à voir avec une forme de résignation. Cela a surtout à voir avec votre ouverture pour vivre ce qui est et qui est là de toute façon malgré tous nos efforts pour contrôler les choses.

Si vous vivez un moment d’anxiété, vous pouvez accepter ce sentiment puis lentement diriger votre attention vers autre chose. Vous voyez vos pensées et vos émotions vous traverser sans être identifié, ce n’est pas vous. Les pensées ne sont que des pensées, rien de plus. Vous n’avez pas à les croire tout comme nous n’avez pas à faire ce qu’elles vous suggèrent.

« La sagesse commence par l’acceptation de l’inévitable et se poursuit par la juste transformation de ce qui peut l’être. »

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !