Découvrez les 6 qualités de l’éveil :

Comme la semaine passé, je vous ai traduit les meilleurs extraits d’une vidéo de ZaChoeje Rinpoché. Il aborde les 6 vertus d’un point de vue Bouddhiste en détaillant un peu plus les 2 premières que sont la vertu de la générosité et de la moralité. Il les a lui-même traduit d’un de point de vue basique en vertu de l’impermanence et vertu de la liberté. Pour tout comprendre, lisez la traduction que vous trouverez comme la semaine dernière en dessous de la vidéo.

Voici la vidéo: « cliquez sur WATCH FULL PROGRAM » après l’avoir lancé pour l’avoir en intégralité :

Za Rinpoche on The Backdoor To Enlightenment from Cody’s Books on FORA.tv

Voici la traduction :

(Note: Il utilise souvent dans la vidéo le mot « struggle » que j’ai traduit par lutte. L’idée est qu’il y a une tension, un mouvement, quelque chose qui bouge)

Passage dans la vidéo : (de 10m55s jusqu’à 28m35s)

 

Il y a différentes vertus de l’éveil d’un point de vue Bouddhiste. Il y a 6 vertus ou qualités de l’éveil qui vont dans ce sens d’un point de vue traditionnel :

– La générosité

– La moralité

– La patience

– La diligence (ou l’effort joyeux)

– La concentration

– La sagesse

Ces 6 vertus qui sont les qualités de l’éveil sont interprétées à la fois au niveau du chemin qui mène à l’éveil et au niveau du résultat.

J’ai fais des recherches par rapport à ce que j’avais étudié au monastère. J’interprète les 6 vertus d’un point de vue basique. Elles vont alors ainsi :

– La vertu de l’impermanence, c’est la générosité,

– La vertu de la liberté, c’est la moralité,

– La vertu de la causalité, c’est la patience,

– La vertu de l’intention, c’est la diligence,

– La vertu d’être, c’est la concentration,

– La vertu d’unité, c’est la sagesse.

Dans le livre, je consacre un chapitre à chacune de ces vertus mais avant cela il y a un chapitre que j’ai intitulé « ouvrir la porte arrière ». Comment pouvons-nous ouvrir cette porte. Il s’agit de comprendre que notre vie est pleine de luttes, pleine de changements. La vie est ainsi et c’est le message que Bouddha nous a donné.

Après que Bouddha s’est éveillé, il n’a pas enseigné pendant 7 semaines. Après cela, il a commencé à enseigner à Vanarasi. Il avait 5 disciples, il allait donner ses profonds enseignements et dire qu’il avait atteint l’éveil. Et que maintenant il veut dire quelque chose au monde qui peut apporter des transformations, des changements et des réalisations spirituelles chez les autres. Ces enseignements sont appelés « les 4 nobles vérités ». Dans ces enseignements, les gens traduisent habituellement la première noble vérité comme la vérité de la souffrance.

Je ne la traduis pas comme la « vérité de la souffrance ». Ma traduction personnelle est « la vérité de la lutte, du changement ». En la traduisant ainsi, cela rend le message du Bouddha plus profond. Il disait c’est la vérité du changement; Quand il a dit ça, qu’est qu’il voulait dire par là ?

La vie est pleine de changements, parfois nous interprétons l’éveil comme quelque chose : « être libre, séparé du changement, de tout ce qui arrive ». Mais en réalité l’éveil n’est pas devenir libre de tout ce qui peut arriver.

Ce que Bouddha voulait dire, c’est que la vie est pleine de luttes. La seule chose que vous pouvez faire est d’apprendre à rester en paix avec tous ces changements, toutes ces luttes. C’était le message de Bouddha.

Sa première phrase et la suite des enseignements qu’il a donné pendant plus de 40 ans était de rendre ce message clair.

Pensez à cela, la vie est pleines de luttes, de changements et aussi longtemps que vous serez en vie, vous ne pourrez pas vous libérer de cet état de fait même si vous devenez éveillé. J’utilise une phrase qui peut vous guider à la fin de mon livre : « Avant l’éveil, paye les factures, prépare le dîner. Après l’éveil, paye les factures, prépare le dîner. » C’est exactement comme le dit un dicton zen : « Avant l’éveil, coupe le bois et transporte l’eau. Après l’éveil, coupe le bois et transporte l’eau. »

Quand vous devenez éveillé, vous n’êtes pas libre d’engagements. Ce que vous êtes, c’est que vous apprenez comment rester en paix dans toutes les situations. C’est cela que Bouddha a trouvé. C’est ce qu’il a trouvé dans l’éveil, c’est sa réalisation.

Quand nous savons, quand nous restons totalement en paix dans un monde de changements, de luttes. En faite, nous sommes alors éveillés.

Donc qui lutte, qui se mets en travers du changement, en travers de ce qui. C’est nous qui luttons. C’est le premier chapitre du livre qui est intitulé « ouvrir la porte arrière ». Pour ouvrir cette porte, vous le faites en acceptant que la vie est le changement, que tout peut arriver. Peu importe ce que nous allons faire, cela sera toujours ainsi.

Par exemple quand nous avons faim, nous voulons manger, c’est une lutte. Quand nous avons soif, nous voulons de l’eau, c’est une lutte. Même quand vous êtes assis en ce moment, votre corps lutte, vos sentiments luttent, votre mental lutte. Chaque partie de votre être lutte. Si vous regardez les choses d’un point de vue plus élargit, notre planète bouge en permanence d’un espace vers un autre espace, c’est une lutte. Si vous regardez notre univers, il lutte.

Donc l’éveil est quand nous apprenons et que nous acceptons que tout lutte et que nous pouvons vivre avec cela. C’est la première étape, identifier les luttes dans notre vie. Quand nous faisons cela, qu’est ce qui se passe ?

En faisant ainsi, nous n’allons plus fantasmer sur l’éveil d’une façon irréaliste. Nous pouvons faire de l’éveil quelque chose de réel, pas quelque chose telle qu’un Comte de fée libre de « difficultés ». Nous avons souvent cette idée quand on pense à l’éveil. Certaines personnes vont même dire: « Je ne veux pas devenir éveillé parce que j’ai une famille, j’ai ceci, j’ai cela, etc. »

Nous pensons que l’éveil est une sorte de libération des luttent, que vous ignorez tout ce qui se passe dans le monde. Ce n’est pas cela l’éveil. Quand vous devenez éveillé, vous êtes en faite plus connecté avec le monde. C’est cela ouvrir la « porte arrière vers l’éveil ».

Après ce chapitre, j’ai écris le chapitre intitulé « la vertu de l’impermanence ». Quand nous pensons à l’impermanence, à quoi pensons-nous ?

Nous souhaitons en général ne pas penser à l’impermanence. Nous voulons éviter les moments de grand changement car notre mental va vers l’idée de la mort. Nous ne voulons pas y penser. En faite, il y a une vertu dans l’impermanence. Quand nous regardons notre vie, elle est pleine de complexité, elle est intéressante, elle est pleine de richesse, elle est pleine d’abondance PARCE QUE notre vie est impermanente.

Quand nous comprenons la nature impermanente de notre vie, nous savons alors combien notre vie est parfaite. Quand je conduisais pour venir ici, j’ai vu quelqu’un avec un gros autocollant sur sa voiture qui disait : « la vie est belle ». J’ai pensé à cela « la vie est belle ». C’est un peu comme dire que la vie est parfaite, c’est beau car c’est impermanent, ça change en permanence. Par exemple, à chaque instant tout notre être se transforme. Nous avons un nombre énorme d’expérience. Parfois c’est agréable, parfois c’est désagréable, parfois c’est neutre. Mais toutes ces expérience en regardant les choses d’un angle plus large, ce sont les vôtres.

Par exemple en ce moment même, vous ressentez quelque chose d’agréable, de désagréable. Peut-être que cela vous ennui de penser à l’éveil ! Ces expériences si vous les regardez vraiment de près sont les vôtres. Si vous ne les appréciez pas, si vous ne les ressentez pas. Alors cela sera perdu.

Les expériences que nous vivons, l’expérience que vous avez en ce moment même est en faite la première et la dernière expérience. Vous n’avez jamais vécu cela avant et vous ne le revivrez jamais à nouveau. Quelque soit l’expérience que nous avons en ce moment, c’est nouveau, c’est frais, c’est beau. Chaque instant est nouveau si on pense d’un point de vue de l’impermanence. Si vous comprenez la nature impermanente de la vie, regardez votre vie et voyez si la vie est belle ou non.

Vous allez voir votre vie comme très belle car elle est pleine de nouveautés, car tout change. Si nous vivons en ayant compris cela, alors nous n’avons pas à éviter l’impermanence, le changement et la mort. Quand nous arriverons à la fin de notre vie, nous nous dirons que nous avons bien profité de notre vie.

Nous pourrons nous dire : « J’ai vécu tellement d’expériences dans cette vie, j’étais conscient de cela donc qu’ai-je besoin de plus que cela ? » C’est la vertu de l’impermanence qui correspond au deuxième chapitre du livre.

Le prochain chapitre parle de la vertu de la liberté, c’est à dire de se libérer de toutes les constructions mentales que nous avons créé. Par exemple, l’idée de qui nous sommes. Nous sommes emportés par cette idée. Nous pensons être ce que nous pensons. Mais en faites, sommes-nous vraiment ce que nous pensons ? Sommes-nous juste l’idée que nous avons de nous-mêmes ?

Si vous vous mettez du point de vue de ce que vous êtes par rapport à l’idée de ce que vous êtes, l’idée appartient à ce que vous êtes, elle est en vous. Cela signifie que l’idée que vous avez de vous même n’est pas vraiment vous. C’est pour cela que lorsque vous comprenez que toutes les constructions mentales ne sont que des créations, vous êtes alors libre.

Nous avons construit l’idée de bien et de mal. En n’étant plus piégé dans ces constructions mentales, nous tendons vers la vertu de la liberté. Quand je parle de cette vertu, je la combine avec la vertu traditionnelle de la moralité.

Vous vous demandez peut-être quel est le lien entre moralité et liberté. Il y a en faite une grosse connexion entre les 2. Quand Bouddha a parlé pour la première fois de moralité, il a fais le vœu de la libération individuelle.

Vous libérez de quoi ? Vous libérer des constructions mentales. Par exemple, tuer est une activité nuisible. Avec l’idée habituelle de la moralité, ce que nous faisons est de nous retenir de tuer.

Le niveau de moralité ici n’est pas de se retenir, mais de se libérer de l’idée de tuer.

Quelle est la différence ici entre se libérer de l’idée de tuer et se retenir de tuer ? Quand vous êtes libre de l’idée de tuer, vous n’y pensez plus, vous n’avez pas à vous retenir. Vous ne pensez pas c’est bien ou c’est mal, vous n’êtes pas collé dans l’idée de bien ou de mal, vous êtes au delà de tout ça. C’est ce que signifie la vertu de la moralité.

J’espère que la traduction vous aura été utile ;) Laissez un commentaire si vous souhaitez ajouter quelque chose.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !