Pourquoi avoir des buts alors que le bonheur est déjà dans moment présent ?

Depuis que je pratique la méditation, il y a une clé principale que j’ai apprise. Cette clé, c’est que tout ce dont j’ai besoin pour être heureux est déjà en moi. Je n’ai pas besoin de quoi que se soit ni de qui se soit pour être heureux lorsque ce bonheur est vraiment authentique.

Alors la grande question qui vous a peut-être déjà traversé l’esprit est : Pourquoi avoir des buts et faire quoi que se soit si le bonheur est déjà là dans l’instant présent ?

Pourquoi avoir des buts

Pourquoi essayer d’atteindre quoi que se soit, de développer des relations avec les autres, de faire de l’exercice physique, de se nourrir correctement, etc. Pourquoi le faire alors qu’aucun de ses buts n’est au fond nécessaire pour être heureux. Pourquoi faire autant d’efforts alors que cela semble être vain pour augmenter votre bonheur ?

Voici un simple exercice pour répondre à cette question  :

Commençons comme expliqué ci-dessus avec l’idée que vous n’avez besoin de rien pour être heureux. Le bonheur est présent en permanence dans le moment présent. Dans ce cas, votre journée se déroule naturellement et quoiqu’il puisse bien se passer, vous êtes pleinement heureux.

Vous pouvez être assis et regarder la télé ou ne rien faire du tout. Vous pouvez vous tourner les pouces où faire tout ce qui vous passe par la tête, vous êtes pleinement heureux. C’est le choix numéro 1.

Maintenant, vous pouvez agir pour que les autres soient plus heureux, pour les aider à se libérer de leurs douleurs, les amener à découvrir qu’ils ont déjà tous les outils en eux pour être heureux même s’ils ne le savent pas encore. Se focaliser sur le bonheur des autres est maintenant le choix numéro 2.

Maintenant que vous préféreriez le choix numéro 1 ou le choix numéro 2, vous êtes pleinement heureux. Vous pouvez vivre dans l’un ou l’autre de ces deux cas sans que cela affecte votre propre bien-être.

La grande différence avec le choix numéro 2 est que vous augmentez le niveau de bonheur dans le monde. Maintenant, le choix numéro 2 semble meilleur.

Et avec ce choix en dédiant votre temps à aider les autres en réduisant leurs difficultés et en les rendant plus heureux, votre motivation est très profonde. C’est la meilleure énergie que vous puissiez utiliser pour construire et contribuer à un monde meilleur.

Cela peut-être sous n’importe quelle forme en encourageant un ami qui en a besoin, en étant un meilleur parent pour ses enfants, un meilleur partenaire dans son couple, un meilleur entrepreneur pour améliorer le confort des autres à travers ses connaissances, etc. Les exemples ne sont pas vraiment importants, la seule différence et elle est immense c’est que vous n’êtes pas tournée uniquement sur votre propre bonheur, mais sur celui des autres. C’est votre intention qui vous guidera dans vos choix, vous pouvez la reconnaître selon l’énergie dans laquelle vous êtes et comment vous vous sentez.

Observez ce que vous ressentez lorsque votre motivation est tournée sur vous où vers les autres. Ensuite, ce qui vous faites devient secondaire car le résultat dépendra directement de votre motivation.

« Le bonheur est né de l’altruisme et le malheur de l’égoïsme » Citation de Bouddha

© Baillou – Fotolia.com

6 thoughts on “Pourquoi avoir des buts alors que le bonheur est déjà dans moment présent ?

  1. Bonjour Jonathan
    à découvrir que déjà nous avons tous les outils en nous pour
    être heureux…nous le savons qu’il faut passer par plusieurs
    étapes.
    Ensuite pour aider les autres , c’est une tâche noble.
    Mon expérience est plus complexe , en ayant une vie
    très tourmentée je n’ai pas donné trop d’importance à ma
    propre vie , j’étais plus à l’aise en aident les autres.
    Je n’ai pas compris que quelque soit notre vie , nous sommes
    le résultat d’un miracle et que nous devons apprécier ce
    magnifique cadeau de la Nature.
    Depuis que j’ai ouvert mon cœur , j’ai vraiment envie de
    partager avec les autres mon expérience.
    Au moment quand j’ai commencé à baisser mes bras,
    à cause de mes problèmes de santé, j’ai fait connaissance
    avec le développement personnel et j’ai découvert une autre
    vie ,remplie d’émerveillement et reconnaissance.
    Je gère beaucoup de mieux mes problèmes et je pense
    aux autres qui n’ont pas encore eu de la chance de
    découvrir les outils qu’ils ont aussi en eux pour avoir une
    vie plus riche.
    C’est devenu une évidence de les aider avec mes moyens.
    La tâche n’est pas facile , car on ne peut pas facilement
    convaincre ceux qui n’ont pas encore assez de motivation
    et la force nécessaire pour changer leur vie.
    Excellente semaine Jonathan

    1. Merci Gabriella pour ton message, tu as absolument raison. On ne peut pas aider celui qui ne veut pas s’aider soi-même. Ce n’est juste pas encore le bon moment pour cela.

  2. Bonjour à vous,

    Je tiens à vous remercier pour cet article. Pour ma part, il m’a été rare de voir un article qui traite, de façon positive, le bonheur au moment présent Vs les buts.

    Cet article me fait grandement réfléchir sur le choix #2.

    Encore une fois merci.

    Cordialement,

    Yves

  3. Bonsoir Jonathan,
    j’ai trouver un extrait dans le livre de Bruno Lallement
    sur la méditation qui confirme le choix numéro 2.

    « On peut toujours s’asseoir et passer son temps à
    méditer ou à prier, mais si cela nous limite à ne rien
    faire d’autre,où est le sens de la démarche et en quoi
    cela va-t-il bénéficier au bonheur des autres ?
    Si le fait de méditer ne nous rend pas meilleur, plus
    confiants, plus heureux, quel intérêt en effet ?

    Je suis partisan et un pratiquant de la méditation , mais
    si elle se limite à se regarder le nombril et si, au sortir
    de la pratique, on reprend son histoire exactement là
    où on la laissée,en continuant à agir de la même façon
    erronée, je ne vois rien dans cette démarche qui mérite
    qu’on s’y attarde.

    L’action doit toujours être précédée par une perception
    claire de ce que l’on veut accomplir, c’est indispensable ,
    et le « travail  » de méditation et de réflexion doit justement
    servir à donner à l’esprit toute la disponibilité, la fluidité
    et la liberté dont il a besoin pour créer, inventer, synthétiser
    et affirmer ce que nous voulons réaliser.
    Seulement la règle fondamentale dans cette recherche est
    qu’il n’y a pas de bonheur personnel sans celui des autres. »
    Excellent week -end à vous tous

Comments are closed.