Chronique du livre : Le cinquième accord toltèque (2ème partie).

Après la première partie de la chronique qui se trouve ici, voici la suite dans laquelle je vais vous parler des 4 autres accords Toltèques.

Chapitre 4 : Chaque esprit est un monde à part !

Du point de vue des Toltèques, toute notre vie est un rêve parce que notre cerveau est programmé pour rêver 24 heures sur 24. Notre imagination est très puissante, nous voyons des choses que les autres ne voient pas.

Imaginez que vous regardiez dans un miroir. Ce que vous voyez à l’intérieur est juste une image de la réalité, c’est virtuel, c’est un rêve. Pourquoi ? Parce que ce que vous voyez dans le miroir est une copie de la réalité. Une image construite dans votre esprit. Ce qu’un chien verra dans le miroir sera ce que son cerveau aura construit comme image. Ce qu’un aigle va percevoir dans le miroir sera différent selon la façon dont son cerveau va percevoir la réalité et cela sera à chaque fois différent !

Chaque chose que vous allez percevoir est un reflet de la réalité. Il y a une différence importante ici, il n’y a rien derrière le miroir mais tout est derrière vos yeux, il y a un cerveau qui essaie de donner du sens à tout. Tout est interprété selon la signification donné à chaque symbole et toutes les connaissances programmés dans notre cerveau.

Tout ce que vous percevez est filtré par votre système de croyance et cela donne votre rêve. C’est ainsi que nous créons une réalité virtuel dans notre mental. La lumière reproduit une image parfaite de ce qui est réel mais nous allons distordre cette image en créant une histoire avec tous les symboles et opinions que nous avons appris. Nous pensons que notre rêve est la vérité absolu. En réalité, cela est toujours déformé par toutes les connaissances que nous avons emmagasinées dans notre cerveau.

Quand nous n’avons pas conscience que nous rêvons en permanence, il est très facile d’accuser les autres pour ce qui nous fait souffrir. Quand nous prenons conscience que nous vivons dans un rêve crée par l’artiste que nous sommes, nous faisons un grand pas en avant dans notre évolution nous prenons la responsabilité de nos créations.

Le deuxième accord : Ne prenez rien personnellement !

Imaginez que vous êtes dans un grand cinéma avec des centaines de films. Vous voyez un film avec votre nom. Vous décidez d’aller voir le film et il n’y a qu’une seule personne dont toute l’attention est dans le film. Vous vous asseyez derrière cette personne pour regarder le film et là vous reconnaissez tous les acteurs : vos parents, vos enfants, vos amis, etc. Puis vous voyez le personnage principal qui est vous puis vous reconnaissez l’histoire qui est la votre. L’histoire correspond à tout ce que vous croyez et la façon dont vous percevez tous les personnages.

Au bout d’un moment, vous changez de salle et cette fois le film est celui de votre mère qui est dans cette salle entrain de regarder avec une grande attention. Vous réalisez combien elle est différente de la personne qui était dans votre histoire. La façon dont elle se perçoit est très différente de la façon dont vous la perceviez. Ensuite, vous découvrez votre personnage dans son film sans vous reconnaitre. C’est la façon dont elle vous perçoit et tout ce dont elle croit à votre sujet. Tout est complètement distordu !

Après avoir vu ce film, vous retournez au votre en ne pouvant plus croire dans votre histoire car vous réalisez que ce n’est qu’une histoire. Vous réalisez que tous les rôles joués pendant votre vie étaient inutiles car personne ne vous perçoit comme vous le souhaiteriez !

Chacun à l’attention rivée sur son propre film. Chacun est si pris par sa création qu’il ne remarque pas votre présence ! Les gens vivent dans leur monde, dans leur réalité, dans leur histoire. Ils mettent toute leur foi dans cette histoire, vous pouvez réaliser que leurs opinions concernent le personnage dans leur histoire et non vous. Quelque soit ce que les gens peuvent penser de vous concerne l’image qu’ils se font de vous et cette image n’est pas vous. Vous arrivez à la conclusion que vous ne vous connaissez même pas vous-même, parce que vous avez joué un rôle qui n’est pourtant pas vous !

Nous avons fait toute notre vie l’hypothèse que les autres nous connaissaient parfaitement, et quand ils ne faisaient pas ce qu’on attendait d’eux. Nous le prenions personnellement en réagissant avec colère pour créer des conflits inutiles. C’est maintenant facile de comprendre pourquoi il y a autant de conflits entre les gens. Le monde est peuplé de milliards de rêveurs qui n’ont pas conscience que chacun vie dans son propre monde.

Vous n’avez pas à vous soucier de vous avec le point de vue des autres, de ce que vous êtes dans leur histoire. En ne prenant rien personnellement, vous avez un bel outil d’interaction avec les autres. Et c’est en même temps le ticket vers la liberté parce que vous n’avez plus besoin de construire votre vie en fonction de l’opinion des autres !

Chapitre 5 : Vérité ou fiction

Depuis des millénaires, les hommes ont cru qu’il existait un conflit entre le bien et le mal. Mais ce n’est pas le cas. Si cela existe, c’est parce qu’il existe un véritable conflit entre la vérité et la fiction. Nous pourrions aller jusqu’à dire que tous les conflits sont le résultat d’une fiction. Elle existe uniquement parce que nous l’avons créée et se perpétue parce que nous y croyons !

En tant qu’artistes, nous modifions constamment la réalité avec des symboles et des représentations et cela n’est pas un problème. Le souci est lorsque nous prenons cette distorsion comme la pure vérité avec une foi inébranlable !

Prenons un exemple avec un simple objet, disons une chaise. La vérité est qu’il y un objet qui est là et puis c’est tout. Imaginons maintenant une personne qui colle à cet objet l’étiquette de « chaise stupide », avec la croyance que celui qui va s’asseoir dessus deviendra à son tour stupide. Il va même jusqu’à penser qu’il serait mieux de détruire cette chaise et de créer une loi contre ces chaises qui rendraient stupides ceux qui s’assiéraient dessus. Avec un tel message, d’autres vont commencer à avoir peur de cet objet ! Vous voyez ce qu’on peut créer à partir d’un simple objet et toutes les histoires inventées par notre mental. La chaise reste un simple objet et notre histoire est du domaine de la fiction, de la superstition.

Lorsque l’on souhaite imposer ces croyances à d’autres, cela peut mener à des guerres. Il y a des tirants qui envahissent d’autres pays et tuent pour faire vivre leurs croyances, pour une fiction !

On comprend ainsi plus facilement pourquoi il y a un conflit dans notre tête. Nous vivons dans un rêve contrôlé par tout ce dont on croit. La vérité nous amène à l’authenticité, au bonheur alors que la fiction nous limite et crée de la souffrance inutile. Celui qui croit en la vérité vie au paradis. Nous n’avons pas besoin de mourir pour aller au paradis. Il est déjà là tout autour de nous au même titre que l’enfer est déjà là tout autour de nous. Le paradis tout comme l’enfer ne sont qu’un simple point de vue, un état d’être.

Un des plus grands mensonges de notre époque est : « personne n’est parfait ». Ce n’est qu’une excuse pour justifier nos comportements. Au contraire, chaque humain est parfait. Nous nous jugeons continuellement par rapport à une image de ce que serait la perfection. Si nous n’arrivons pas à voir cela, c’est parce que nous sommes aveuglés par la fiction.

On pourrait penser que les personnes handicapées ne le sont pas. Mais qui a dit cela ? Tout cela est à nouveau de la fiction dans notre tête. Tout le monde est déjà parfait ! Ce n’est pas assez de le dire, nous avons besoin de le croire, nous sommes déjà parfaits.

Imaginez que vous vous réveilliez au 14e siècle avec toutes les croyances de notre époque dans votre tête. Vous seriez pris pour un fou et peut-être même brulé sur un bûcher.

Maintenant, comment distinguer la vérité de la fiction ?

La conscience est l’élément clé, car la vérité ne vient pas par des mots, par une quelconque connaissance contrairement à la fiction. Si nous croyons à autant de mensonges, c’est parce que nous ne sommes plus conscients.

En grandissant, nous apprenons tellement de concept que toute la structure de notre vie devient très compliquée. Et nous en rajoutant des couches en pensant, en créant des hypothèses que nous prenons pour la pure vérité.

Cela nous amène au 3e accord : ne faites jamais d’hypothèse.

Nous avons une imagination très puissante et il y a tellement d’idées et d’images présentent en nous qu’on peut imaginer toutes sortes d’histoire ! Nous pouvons créer des romans complets qui ne sont vrais que pour nous dans la mesure où nous y croyons.

En faisant des hypothèses puis en prenant les choses à cœur lorsque la réalité est différente, c’est le début de l’enfer. Tous nos conflits sont basés là-dessus et il est facile de comprendre pourquoi. Les hypothèses ne peuvent pas correspondre à la réalité. Cela crée des histoires pour rien !

En ne prenant rien personnellement, vous êtes immunisé dans vos relations avec les autres. Puis en ne faisant plus d’hypothèses, vous êtes immunisés avec vous-même, avec la voix dans votre tête, avec la pensée. Nous pensons beaucoup et cela conduit à de nombreuses idées fausses.

Les humains ont un besoin de tout expliquer et nous faisons de nombreuses hypothèses pour combler ce besoin de « savoir » sans nous préoccuper si cela est juste ou non. Il y a tellement de choses que l’on ne peut pas expliquer.

Au lieu de poser des questions pour demander et comprendre, nous créons d’avance toutes sortes d’idées. C’est toujours mieux de demander pour clarifier les choses. Quand nous retrouvons toute l’énergie qui était utilisée pour penser et imaginer, nous pouvons alors utiliser cette énergie pour créer un nouveau rêve : notre paradis.

Chapitre 6 : Le pouvoir des croyances

Quand nous étions un petit enfant, nous intégrions l’opinion des autres sans le moindre questionnement pour savoir si cela était vrai ou non. Puis au moment où nous maîtrisons notre langue, nous avons déjà une foi inébranlable dans toutes ses croyances, dans toutes ses opinions. Cela n’est pas bon ou mauvais, c’est juste la façon dont cela fonctionne pour chacun d’entre nous.

Nous apprenons une langue, une religion, une philosophie, une façon d’être, de se comporter et c’est ainsi que nous créons un entier système de croyances basé sur tout ce qu’on a appris. Nous n’avons aucune raison d’en douter jusqu’à ce que la première difficulté arrive qui nous amène à découvrir que cela n’était pas vrai.

Prenons l’exemple du père Noël pour un petit enfant qui y croit à 100%. Noël arrive puis il voit une grosse différence dans les cadeaux reçus. Il a demandé un vélo au père Noël en récompense pour son bon comportement tout au long de l’année. Il ouvre ses cadeaux et il ne reçoit pas de vélo. À l’inverse, le voisin qui a été exécrable toute l’année reçoit un vélo. Pour l’enfant, c’est totalement injuste et il ne comprend pas pourquoi c’est le mauvais garçon qui a eu le vélo alors que lui a été exemplaire toute l’année sans le recevoir. C’est à ce moment-là que des réactions émotionnelles en chaîne apparaissent sous forme d’envie, de colère et même de tristesse. Il ressent ce sens de l’injuste uniquement parce qu’il a cru avec une foi inébranlable à la fiction du père Noël. Plus tard, l’enfant décide de devenir un mauvais garçon pour être comme son voisin qui a reçu le vélo. Même en découvrant plus tard que le père Noël était une invention, c’était déjà trop tard. Tous les poisons émotionnels ont été envoyés.

Ceci est un bon exemple de la façon dont nous investissons notre foi dans des symboles, sur de la fiction. Cette petite histoire montre la façon dont une croyance crée un feu émotionnel en nous et la façon dont nous souffrons inutilement à partir d’une fiction.

Si vous vous demandez pourquoi vous vous sentez si mal, c’est parce que vous vous racontez une histoire qui n’est pas vraie, mais à laquelle vous croyez.

Le monde des symboles est très puissant parce que nous leur donnons cette puissance par notre foi, par notre intention ! Sans que nous le réalisions, tous les symboles forment une structure qui est notre système de croyances. Que ce soit une lettre, un mot, une histoire jusqu’à une philosophie complète, tout ce que nous croyons entre dans cette structure.

Notre système de croyances donne une forme et une structure à notre monde virtuel. À chaque accord que nous passons, la structure se renforce pour gagner encore plus de pouvoir jusqu’à devenir aussi rigide qu’une brique.

En continuant d’apprendre tout au long de notre vie, nous mélangeons les symboles dans différentes directions, ceux-ci interagissent entre eux pour créer d’autres concepts encore plus compliqués.

Dans le processus de domestication, le système de croyances devient « le livre des lois » qui va guider nos vies ! Nous nous punissons lorsqu’on ne suit pas ses règles et nous nous récompensons lorsqu’on les suit. Le système de croyances devient le juge suprême dans notre tête ! Il dirige notre vie comme un tyran. Il prend notre liberté et fait de nous son esclave.

Nous avons vécu ainsi pendant si longtemps que nous ne nous rendons même pas compte que nous vivons dans une telle structure. Ce qui devient essentiel est la maîtrise de la pleine conscience pour voir ce que nous créons. Chaque croyance a besoin de notre force pour survivre. Sans elle, toutes ses idées ne pourraient pas exister.

C’est très important de comprendre que la seule façon d’éclaircir les choses est d’être conscient de tout ce que nous faisons. En prenant conscience de la façon dont nous investissons notre pouvoir dans tout ce que nous croyons, cela deviendra alors beaucoup plus simple pour récupérer ce pouvoir. Quand nous avons foi en nous au lieu du système de croyances, nous n’avons plus aucun doute de l’origine de ce pouvoir et c’est ainsi que nous commençons à démanteler la structure de croyances !

Après cela, nous devenons plus flexibles. Nous pouvons créer tout ce que nous voulons et faire ce que nous voulons. Nous pouvons investir notre foi dans ce que nous voulons. Cela devient notre propre choix. Si nous ne croyons plus dans tout ce qui nous fait souffrir, alors comme par magie la souffrance disparait !

Chapitre 7 : La pratique fait le maître.

Le quatrième accord : faite toujours de votre mieux.

Quand vous êtes prêt à changer votre vie, c’est-à-dire à changer ce à quoi vous croyez. La chose la plus importante est la conscience. Vous ne pouvez pas changer sans avoir conscience de ce que vous aimez et de ce que vous n’aimez pas. Comment pourriez-vous changer quoi que ce soir sans savoir ce qui est à changer ?

Seule la pratique vous permettra de changer. Avoir seulement conscience ne signifie pas que votre vie va changer. Le changement est le résultat d’une action, d’une pratique.

Chaque chose apprise l’a été par la répétition. Vous avez appris à parler, à marcher, à écrire par la répétition. Vous maitrisez une langue parce que vous l’avez pratiqué. C’est de cette même façon que vous avez appris toutes les croyances qui régissent votre vie, par la pratique.

A chaque instant de votre vie, vous pratiquez pour devenir ce à quoi vous croyez. Vous pratiquez jusqu’à ce que cela soit automatique. Si vous pratiquez les 3 accords précédents « être impeccable avec les mots utilisés », « ne rien prendre personnellement » et « ne plus faire d’hypothèse », vous allez passer au travers de nombreuses croyances. Très vite, vous allez vous rapprocher de votre authenticité et non plus d’une image de ce que vous pensiez être.

Les 3 premiers accords peuvent sembler difficiles parce que nous sommes habitués à pratiquer exactement le contraire. Tout au long de notre vie, nous faisons la pratique de croire la petite voix dans notre tête.

Le quatrième accord est là pour faciliter les choses : « faite toujours de votre mieux » ni plus, ni moins. Tout le monde peut pratiquer cet accord, tout dépend de votre intention. Le « meilleur » est une notion subjective qui change constamment. Cela dépendra de votre état physique du moment et de votre état émotionnel du moment. Cet accord permet aux 3 premiers accords de s’implanter durablement.

N’espérez pas maîtriser ces accords dans l’immédiat, cela viendra progressivement par la pratique et la répétition. Nos anciennes habitudes sont encore profondément ancrées en nous, faites simplement de votre mieux. Leur force va s’estomper petit à petit avec le temps ! Puis après un certain temps, les accords deviendront une habitude pour vous, vous n’aurez même plus à faire l’effort d’essayer.

Jusqu’à maintenant, vous avez cru aux limites. Maintenant, pourquoi ne pas croire dans le pouvoir de la vie ? Pourquoi ne pas apprendre la générosité envers vous-même ? Le rêve dans lequel vous vivez est en constant changement même si vous ne voulez pas qu’il change. Pourquoi ne pas devenir un maître de ce changement et créer votre propre paradis ?

Le rêve de votre vie est fait de milliers de petits rêves en changement permanent. Une fois que vous êtes conscient que vous rêvez, vous avez le pouvoir de changer ses rêves à n’importe quel moment !

Et si vous vérifiez vos croyances simplement en vous demandant si ce que à quoi vous croyez est vrai, vous pourrez découvrir quelque chose de très intéressant. Vous avez essayé toute votre vie de correspondre aux choix des autres en vous laissant la dernière place. Vous avez sacrifié votre propre liberté. Maintenant, vous essayez d’être bon pour vous-même.

Pour cela, vous pouvez commencer par pratiquer l’amour inconditionnel pour ce que vous êtes. Vous n’êtes ainsi plus la proie d’un prédateur extérieur qui veut contrôler votre vie. Vous arrêtez de vous sacrifier pour quiconque.

Partie 2 : Le pouvoir du doute

Chapitre 8 : Le cinquième accord : soyez sceptique, mais apprenez à écouter.

Soyez sceptique parce que la plupart de ce que vous entendez n’est pas vrai. Vous savez que les gens utilisent des symboles qui ne sont pas vrais, ils existent uniquement parce que nous y croyons. La deuxième partie de l’accord « apprenez à écouter » est simple. Quand vous apprenez à écouter, vous comprenez la signification des symboles utilisés par les gens. Vous comprenez leur histoire et au lieu qu’il y ait de la confusion, il y aura plus de clarté.

Chaque fois que vous entendez un message venant de vous ou d’une autre personne, d’un autre artiste alors demandez-vous : « Est-ce vrai ? Est-ce la vérité ou une réalité virtuelle ? ». Le doute permet d’aller voir au-delà des symboles. Vous n’aurez alors plus aucune raison d’avoir foi dans des messages qui ne sont pas vrais.

La vérité n’a pas besoin qu’on y croit, elle apparaît d’elle-même et perdure que l’on y croie ou non. La fiction quant à elle a besoin qu’on y croie, elle ne survit pas au scepticisme et est amenée à disparaître.

Les gens vont venir à vous avec leur histoire et leur point de vue. Vous n’allez pas les juger si c’est vrai ou non. Vous écoutez la façon dont ils s’expriment en sachant que cela est modifié selon leur croyance. Que ce soit avec la vérité ou la fiction, vous n’avez pas à croire la moindre histoire ni à exprimer votre opinion. Vous n’avez pas à être d’accord ou en désaccord, vous écoutez simplement.

Vous savez que chaque artiste vit dans son propre rêve, dans son monde. La seule vérité pour vous est ce que vous percevez de votre propre monde. Avec cette conscience, il n’y a rien à prouver à qui que ce soit. Cela n’a plus rien à voir avec le fait d’être juste ou faux. Vous respectez ce que disent les autres comme ce sont des artistes. Quand vous apprenez à écouter, vous respectez l’art, vous respectez la création des autres artistes.

Chacun a le droit de créer ce qu’il veut comme il l’entend. L’écoute est vraiment très importante, car sans elle, vous n’allez jamais comprendre le message de l’autre. En écoutant, vous savez exactement ce que l’autre veut puis vous êtes libre de faire ce que vous voulez avec cela. Vous pouvez réagir, être d’accord ou non, tout dépend de ce que vous voulez.

Sans apprendre à écouter, vous n’allez jamais comprendre ce que l’autre veut partager. Vous allez tirer des conclusions rapides et réagir en fonction de votre vue. Quand les autres partagent leur rêve, soyez juste conscient qu’il s’agit de leur rêve. Vous savez ce que votre rêve est et ce qu’il n’est pas !

Quand je parle d’être sceptique, c’est arrêter de croire à tout ce que vous avez appris. Cela est un gros avantage comme la plupart de ce qui a été appris ne correspond pas à la vérité. Vous savez que vous n’êtes pas cette liste de symboles qui parle dans votre tête et c’est ainsi que vous êtes plus sceptique et que vous n’y croyez pas !

Si vos croyances vous disent : « je suis gros, je suis moche, je suis vieux, je suis un perdant, etc. » alors, arrêtez d’y croire, car ce n’est pas la vérité. Tout cela est de la fiction. Utilisez le pouvoir du doute pour vérifier chacun de ses messages qui tournent dans votre tête. La vérité est que personne n’est moche, ni ceci ou cela. Tous ces jugements sont des accords passés entre les personnes.

Croire en cela est une des pires choses que vous pouvez faire, car c’est en croyant à cette fiction que vous faites de votre vie un rêve déplaisant. En adhérant à ces symboles, vous avez appris à vous faire du mal. Vous souffrez non pas parce que quelqu’un vous fait souffrir, mais parce que vous obéissez au tyran est dans votre tête. Quand c’est le tyran qui vous obéit, il n’y a plus de juge ni de victime et vous ne souffrez plus.

Quand vous n’appréciez pas quelqu’un, vous pouvez partir. Mais lorsque cela vient de votre tête, vous ne pouvez pas vous échapper. C’est ainsi que beaucoup de gens prennent des drogues, abusent de l’alcool et deviennent addicts à certaines substances et comportements. Ils essayent ainsi de ne pas avoir à faire face à leur histoire.

Lorsque vous avez le contrôle sur tous ces symboles, vous êtes toujours centré et calme parce que c’est vous qui faites les choix et non pas les symboles. Quand vous voulez communiquer quelque chose alors vous commandez le symbole nécessaire.

C’est vous qui êtes l’artiste et vous pouvez utiliser les symboles comme bon vous semble. Vous pouvez les utiliser pour demander ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas. Ce n’est pas parce que vous utilisez une langue que vous devez y croire.

Si vous comprenez le 5e accord, vous verrez la raison pour laquelle vous n’avez pas besoin de croire ce que vous voyez. La vérité ne vient pas avec des mots, elle est silencieuse. Par exemple, vous voyez une chaise vous ne saurez pas comment l’appeler, mais vous pourrez toujours l’utilisez pour vous assoir dessus, la vérité est là. La vérité est dans la vie, dans l’amour. Le rêve humain n’est pas vrai sans que cela signifie que c’est mauvais. Être mauvais est à nouveau un autre concept !

Quand vous reprenez le pouvoir sur chaque symbole, leurs forces n’ont plus de pouvoir sur vous et vous devenez invincible. Vous ne croyez plus dans toutes ses pensées, dans toutes ses histoires. Mais vous écoutez et vous respectez votre histoire, vous l’appréciez même. Vous pouvez créer votre propre paradis et vivre celui-ci. Pour cela, vous devez commencer par désapprendre et le cinquième accord et l’outil parfait pour cela.

La fin de la chronique se trouve ici.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !