Comment donner du sens à sa vie?

Note : Mon article « Comment donner du sens à vie » se trouve ici (vous y découvrirez aussi l’avis de Yoko ma compagne sur la question pour avoir un point de vue plus oriental). En attendant, voici l’article de mon ami Jean-Louis qui vient apporter sa contribution au blog. Je lui laisse donc la parole dès maintenant. 

Je vous salue, chers lecteurs !

Je m’appelle Jean-Louis Vincent et je suis l’auteur du blog Ma Vie en Mains. Cet article est ma contribution au carnaval d’articles que j’organise ce mois-ci. Vous pouvez en cliquant sur le lien lire l’article de lancement cet événement qui a pour thème : “comment donner du sens à sa vie?” Vous y trouverez également en commentaire les liens menant vers  les contributions d’autres blogueurs sur ce même sujet (si vous êtes plus intéressés par la contribution personnelle de Jonathan et de Yoko, vous la trouverez ici).

J’ai proposé ce sujet, somme toute assez difficile, à toute la communauté de blogueur du site http://developpementpersonnel.org/ car c’est un sujet qui devrait tous nous toucher et je voulais absolument avoir leur avis pour savoir comment ils feraient, eux, pour donner un sens à leur vie ou pour nous aider à en donner un à la notre?

Poussés par la peur de la mort, nombre d’entre nous n’osent pas se poser les questions qui font peur et au final, couchés sur leur lit de mort, ils regrettent de n’avoir pas osé vivre comme ils l’entendaient, ils regrettent de n’avoir pas eu d’enfants, ils regrettent d’être seuls, ils regrettent de n’avoir pas eu de reconnaissance, …

Donner du sens à sa vie, c’est se poser dès maintenant les bonnes questions, les questions importantes qui vont déterminer, à la toute fin, si nous avons eu une vie heureuse ou si nous avons une impression de gâchis.

rayons de soleil

© Damien

Le croyant est-il avantagé dans la quête de donner du sens à sa vie?

Pour le coup, il est, je pense, plus facile à un croyant de donner du sens à sa vie puisqu’il se réalisera en servant un but qui lui est supérieur : sa croyance.

Chaque jour que Dieu a fait, il le passera à le remercier pour son bonheur et le jour de sa mort, s’il est vraiment croyant, alors il sera libre de toute peur, car il ira au paradis ou, comme la chenille se transformant en papillon, il s’éveillera à un niveau de vie supérieur à celui dans lequel il vivait jusqu’à présent.

La mort n’est plus synonyme d’inconnue et de peur, mais de délivrance, de bonheur extrême.

Mais tout le monde n’est pas croyant.

Si vous ne croyez pas en Dieu ou en quelque chose de supérieur, comment faire pour donner du sens à votre vie?

Il y a quelques années, en Allemagne, j’ai rencontré un homme en fin de vie qui est d’ailleurs mort de vieillesse et de solitude peu de temps après notre rencontre.

Il avait réussi sa vie d’après les critères de notre société actuelle : très belle maison, une femme, un poste de directeur commercial pour une grande entreprise de la région.

Il n’était pas croyant et n’avait pas pris le temps d’avoir d’enfants, poussé par le désir de réussir dans la vie.

Sa fin de vie a été triste, car elle s’est passée seul, sa femme l’avait quitté quelques années auparavant et il n’avait personne autour de lui, que des vautours qui n’en voulaient qu’à son argent… et qui ne s’en cachaient pas.

Quelques années auparavant, alors que je travaillais pour une grande compagnie d’assistance, c’était un médecin qui m’expliquait qu’il aurait bien aimé avoir des enfants, mais qu’il était trop tard pour lui. Quand le moment s’était présenté, sa femme et lui étaient poussés par le désir de réussir leur vie sociale et ils n’avaient alors pas pris le temps pour avoir des enfants.

J’ai parmi mes amies (car oui, sur le coup, ce sont plus les femmes que je côtoie qui sont en demande que les hommes) qui regrettent de ne pas pouvoir avoir d’enfants et qui en souffrent.

Avoir un enfant, ça donne un but dans la vie, un moyen de se réaliser à travers autre chose que nous même.

Vous le voyez grandir, vous l’aidez à pousser, vous êtes fier de ce qu’il devient, vous souffrez avec lui et il vous soutient quand vous vieillissez.

Vous mourez en sachant que vous laissez quelque chose derrière vous.

Les restaurants du coeur© Eric Delcroix

Donner du sens à sa vie en laissant quelque chose de grande valeur derrière soi

Le point est là, à mon sens : laisser quelque chose de grande valeur derrière soi.

Le jour de votre mort, ce n’est pas en laissant une maison et de l’argent à l’Etat que vous pourrez vous dire que vous avez donné du sens à votre vie, mais en laissant quelque chose de valeur.

Nous venons de quitter l’hiver et nous avons eu, comme tous les ans depuis 1985, nous avons eu droit à la célèbre chanson de JJ Goldmann, commandée par Coluche pour ses restos du cœur : “Aujourd’hui, nous n’avons plus le droit d’avoir faim ni d’avoir froid, dépassé le chacun pour soi, quand je pense à toi, je pense à moi.”

Laisser un enfant derrière soi, c’est participer au développement des générations futures, permettre à des sans-abris de manger à leur faim, c’est également participer à l’amélioration de notre habitat.

Certains vont écrire, peindre, chanter… pour laisser une empreinte éternelle derrière eux alors que d’autres vont tenter d’améliorer la vie des autres à leur niveau, sans rien demander en retour.

Si vous n’êtes pas croyant et que vous voulez donner du sens à votre vie, je pense que vous n’avez pas le choix et qu’il vous faut vous donner un but, vous trouver une occupation altruiste dirigée vers le bien-être des autres, vers le bien-être de votre communauté et le dernier jour de votre vie, vous pourrez vous dire : ma vie a du sens, je suis heureux d’avoir été là et ils sont heureux d’avoir fait ce chemin avec moi.

C’est une boucle : si vous trouvez un moyen de donner du sens à votre vie, alors vous serez heureux et si vous êtes heureux, alors vous aurez plus de chance d’avoir du succès dans votre vie (j’en parle d’ailleurs dans cet article, qui était lui-même ma contribution à l’événement de mars organisé par Jean-Pascal Guillon).

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Est-ce que vous trouvez que votre vie a du sens ?

Que faites-vous pour lui en donner ?

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !