Comment méditer ?

J’écris cet article en réponse à Quentin, un lecteur qui m’a écrit pour me demander comment méditer. Ce n’est peut-être pas le seul dans ce cas donc cela sera peut-être utile à d’autres lecteurs. Voici exactement sa question :

« Je suis entrain de m’intéresser à la méditation, j’aimerais si possible que vous m’expliquiez comment débuter car je n’ai pas très bien saisis dans votre article. Merci. »

Je vais vous présenter les 2 méditations que j’applique au quotidien. La première est une méditation pour développer la concentration en utilisant la respiration comme support. La seconde est issue du cycle 1 de la méthode de Bruno Lallement.

Première méthode pour savoir comment méditer :

Je pratique cette méditation le matin. Je prends déjà le temps d’être suffisamment réveillé. Le téléphone et toute source extérieure de distraction est coupé  pour être assuré de ne pas être dérangé pendant la pratique. Ensuite, je m’assois sur mon cousin de méditation. La photo est en dessous. Vous pouvez utiliser un autre type de coussin, l’important est de surélevé le bassin pour éviter d’avoir mal. Voici un article plus détaillé d’Arnaud Guetcheu très intéressant sur le sujet.

Mon coussin de méditation

Si j’ai l’esprit un peu trop agité, je fais 10 respirations profondes de façon à calmer cela avant de commencer.

Je m’installe confortablement en position de demi-lotus, mes jambes n’étant pas assez souple pour le lotus complet.  L’important est d’être à l’aise. Si cela est trop douloureux, vous pouvez méditer assis en gardant le dos bien droit.

Une fois installé, j’utilise un minuteur qui sonnera à la fin de la séance (la plupart des téléphones le font). Je le programme et je n’ai plus à me soucier de tout cela.

Ensuite, je ferme les yeux et je me concentre sur ma respiration, l’air qui rentre puis qui ressort. Très vite, il se peut que le mental se disperse. C’est à dire qu’une pensée arrive, ce n’est pas grave, il suffit juste de le noter puis de revenir sur la respiration. Le positionnement est important en n’étant pas trop tendu, pour simplement voir ce qui se passe et revenir à la respiration. Bruno Lallement parle de 25% d’attention sur la respiration et le reste pour être attentif à ce qui se passe, c’est à dire des picotements, des sensations dans le corps, des émotions qui s’activent avec certaines pensées. On observe juste avec la respiration comme fils conducteur qui est toujours là si on se perds.

Une fois le temps écoulé, je reviens peu à peu à mes activités en essayant de prolonger cet état de calme. C’est assez facile jusqu’à ce qu’une sollicitation extérieure arrive.

Comme pour tout apprentissage, cela est un peu brouillon au début puis on s’affine petit à petit avec le temps, tout est affaire de régularité pour développer son habileté.

Deuxième façon de faire :

L’autre méditation que je pratique est issue de la méthode Bruno Lallement. Tout est très bien expliqué dans son cours. Je vais quand même vous en parler car cela à son importance et peut-être utile.

Le premier cycle de la méthode consiste à prendre conscience de son corps, des différentes sensations. Pour cela, la méditation se fait allongé soit sur son lit où sur quoique se soit rendant la pratique confortable. Comme précédemment, veillez à ne pas être dérangé pendant la pratique en coupant toute source d’interruption possible.

Une fois allongé, dédiez votre pratique puis concentrez votre attention sur différentes parties du corps en partant du haut du corps dans cet ordre: le cuir chevelu, le front, les yeux, le nez, les joues puis la tête toute entière. Ensuite descendez sur les épaules, les bras, les avant-bras et les mains. Prenez conscience du torse, du ventre puis descendez sur les jambes, les genoux, les chevilles, les pieds. Ensuite remontez progressivement par l’arrière du corps en ressentant le dos, les muscles autour de la colonne vertébrale, à nouveau la tête et les épaules. Faites tout cela en prenant le temps de ressentir chaque partie du corps. Pas besoin de minuteur, vous arrêtez quand vous avez terminé.

Comme précédemment avec la première méthode, il se peut que vous soyez distrait pendant la pratique par une pensée, une sensation. A nouveau, l’important est juste d’observer ce qui se passe pour revenir sur le corps qui est l’objet de la méditation.

Après avoir parcouru le corps, il y a différent exercice. Je vais vous en donner un très utile. Il s’agit d’amener volontairement une image mentale et voir ce qui se passe, qu’est ce qui est rattaché à cela. Par exemple, vous visualisez une personne de votre entourage et vous observez les réactions qui se produise. C’est très instructif pour comprendre ces réactions au quotidien puisque c’est la même chose qui se passe en accélérer sans que l’on n’ait le temps de voir ce qui se passe. Cela m’a été bien utile pour démarrer en douceur.

Evitez cet exercice à un moment de fatigue sinon la position va faire que ça va se transformer en une bonne sieste. Ce qui est parfois nécessaire mais vous n’aurez pas développez votre concentration !

J’espère avoir été utile, vous pouvez laisser un commentaire si vous avez besoin  de précision concernant un point particulier. Maintenant que vous savez comment méditer, il n’y a plus qu’à le faire !

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !