L’importance de donner du sens à ce que l’on fait !

Je suis heureux de vous retrouver après cette coupure sur le blog de 2 semaines. Je dois avouer que cela n’était pas prévu. Cela m’a permis de prendre un peu de recul et de vous parler dans cet article d’une chose extrêmement importante. Si je devais refaire le blog, avec une évolution étape par étape c’est bien par là que je commencerais. Je veux parler de l’importance de donner du sens à ce que l’on fait, que ce soit à travers la méditation ou à travers toute autre activité.

Qu’est ce que cela implique ?

Avoir pris le temps de réfléchir sur ces motivations profondes, sur ce que l’on souhaite véritablement réaliser. C’est la transcription texte de l’entretien que j’avais réalisé avec Arnaud Guetcheu qui m’a amené à cette prise de conscience sur l’importance de donner du sens à ce que l’on fait.

Voici l’extrait de l’interview en question sur la retraite méditative de plus de 3 ans réalisé par Arnaud, je l’interrogeai sur le déroulement de la retraite :

« Les premiers mois sont consacrés à des méditations où on va réfléchir à l’utilité du cheminement spirituel donc cela va être des réflexions intellectuelles. On va réfléchir sur la loi du karma, l’impermanence, le faite que l’existence humaine si on l’exploite dans toute sa potentialité est très précieuse. On va réfléchir également au chemin spirituel, cela va être intellectuellement. On va réfléchir pour que notre entendement soit vraiment convaincu qu’il est utile de s’engager efficacement dans un chemin spirituel. Cela va être on va dire les premières semaines. Quand on est entrain de réfléchir, une retraite en général, cela se passe bien. On a l’habitude de réfléchir et voila. Il n’y a pas trop de souci. »

Cela peut sembler en effet très bête et évident mais en y regardant de plus prêt, la plupart d’entres-nous néglige cette étape. Soit parce qu’il y a des émotions intenses qui aveuglent ou par obligation, par conditionnement qui enlève par nature toute idée d’interrogation.

Escalier qui monte
Escalier montant © So Toulouse – Convention Bureau

Cela m’amène à un second point pour bien clarifier les choses. J’ai parfois été embêté avec l’apparente contradiction entre le fait de ne pas avoir d’attente, de vivre dans le moment présent et en parallèle avoir un but, une vision à long-terme. Cette petite coupure m’a bien aidé à y voir plus clair. Nous faisons partie de ce monde et quoi que l’on fasse, on va y contribuer à notre échelle. On peut tourner ça dans tous les sens (d’ailleurs je vous invite à le faire !), vivre sous un arbre, être stressé dans une vie quotidienne surchargé, etc. Que l’on fasse le choix d’une vision pour orienter son énergie dans une direction précise ou un non-choix en se laissant aller au gré des vents, on fait partie de ce monde et on apporte quoi qu’on puisse en penser notre propre impact sur le monde.

Partant de cela, la seule véritable question est : « Qu’est ce que l’on apporte ? Quel est l’impact de notre existence dans ce vaste monde ? ». C’est une simple interrogation, rien de plus mais qui peut valoir son pesant d’or.

Aujourd’hui, il ne me semble en rien contradictoire d’avoir un but, un objectif précis, une vision, on peut appeler ça comme on veut et se laisser aller à vivre l’instant présent. Je dirais même que cela va de pair en voyant les choses de façon plus claire, en avançant avec la dimension du cœur, avec du sens dans ce que l’on fait. Ce qui crée notre malheur est l’attachement excessif aux résultats de cet objectif sans prendre le temps, d’observer, de comprendre comment tout cela fonctionne. Le chemin peut-être long dans certains cas, tout cela est normal.

Je dois avouer que je n’avais pas vu les choses sous cet angle jusqu’à maintenant et cela change beaucoup d’éléments. Maintenant voyons comment faire ?

Comment donner du sens à sa vie ?

Je ne vais pour vous donner une réponse toute simple avec un exercice précis à faire, cela serait la meilleure façon de passer à côté de ce qui est important avec une tension dans l’exercice liée à des attentes. On sait au fond de nous ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas. Les réponses sont là dans les moments de calme, en étant apaisé puis reviennent aux galops nos peurs, nos doutes et tout cela s’envole.

On peut ressentir en soi ce qui nous fait vibrer ou non. Les signes sont là ! Notre difficulté est d’apprendre à les voir. C’est assez contre-nature dans notre culture du rationnel, de la logique, du prévisible, de la planification. On a pourtant cette chance avec la méditation d’apprendre une toute nouvelle dimension qui est celle de l’observateur interne par la pleine conscience. J’ai une immense gratitude pour tous ceux qui ont contribué à transmettre cela et à le faire vivre pour que cela fasse partie de la richesse et la diversité de notre monde. Merci à eux !

En observant attentivement ses ressenties, toutes les réponses sont disponibles ! Plus besoin de livres, de conseils en tous genres. Observez, vous verrez et vous saurez !

Je dis ça car notre monde est neutre à 200% et pourtant ce que nous sommes va rebondir émotionnellement sur les situations. Ce n’est peut-être pas très clair, je vais vous donner un exemple.

l'importance de l'intuition
intuition © Callt_o

« Disons qu’il pleut par exemple. Pour moi, cela m’agace car j’avais prévu de sortir me balader. Pour une personne occupé dans son bureau, elle s’en fiche royalement. Pour l’agriculteur qui a besoin d’eau pour ses récoltes, cette pluie est une bénédiction. »

Je n’invente rien d’extraordinaire, il se déroule des événements à chaque instant dans nos vies et selon ce que nous sommes, nous allons rebondir intérieurement sur ces événements d’une façon différente, propre à chacun. Les réponses se trouvent en nous à chaque instant, il n’y a qu’à les regarder ! Cela paraît si bête et pourtant, cela m’aura pris bien du temps pour en arriver là. J’espère vous épargner en partie cela.

Quand vous tomberez sur ce qui vous convient, sur votre chemin de vie, vous le saurez ! Cela apparaîtra comme une évidence bien mieux que mille discours intérieur basé sur le mental et voila, ce sera votre point de départ ! Avant de démarrer la méditation et le blog, je ne m’en étais pas rendu compte mais j’étais passé par ces étapes sinon je n’aurais jamais fais tout ça. Rien n’est lié au hasard car nous ne voyons pas tous le même monde.

Bien des aventures et des découvertes vous attendent ensuite mais déjà, vous aurez déjà votre point de départ. Ce qui n’est pas rien.

Comme toujours, j’espère que cet article vous aura été utile pour donner du sens à sa vie. Si vous voulez ajouter quelque chose ou préciser un point, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires !

19 thoughts on “L’importance de donner du sens à ce que l’on fait !

  1. Bonsoir Jonathan
    on peut poursuivre un but celui de l’éveil en vivant l’instant présent… il n’y a pas d’opposition (dualité) mais inter dépendance…
    Le maître Zen Vietnamien Thich Nhat Hanh a enseigné tout cette retraite d’hiver qu’il n’y a pas de chemin qui mène au Nirvana, car le nirvana c’est le chemin, et il a ajouté, c’est le noble chemin octuple, c’est à dire notre pratique…
    et dernièrement il a enseigné que nous pouvions trouver le nirvana sur notre coussin de méditation, ou pendant les marches méditatives en nous installant dans l’instant présent , en arrêtant nos pensées et en observant notre respiration.
    méditer c’est toucher le nirvana … pendant 10 mn, 30 mn ou une heure…
    c’est je crois dans l’enseignement du 6 janvier http://www.lapluiedudharma.fr/article-retraite-d-hiver-2011-2012-part-1-111533381.html
    en l’ayant écouté, j’ai mieux compris ce besoin que j’ai de méditer de + en + souvent. besoin que j’ai depuis ma retraite vipassana !

    je ne sais pas si j’ai atteint l’éveil , mais au moins, j’ai laissé de coté tous mes soucis pendant ma méditation …

    bien à toi
    Michel

  2. Bonjour Jonathan,

    Tres bel article et merci pour cette prise de conscience. C’est vrai, nous ne voyons pas tous le même monde puisque notre monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. L’exemple de la journée pluvieuse est simple, mais ton exemple est très parlant.
    Amicalement
    Christian

  3. Bel article merci. J’ajouterai une petite chose et ferai un bémol :
    1) Réfléchir et donner du sens à notre vie permet de poser des bases indispensables à une démarche à long terme en méditation. S’il suffisait de s’asssoir une heure par jour pour méditer et atteindre l’éveil cela serait simple. Mais notre intériorité à besoin d’un « polissage » qui demande de l’huile de coude. C’est donc long et difficile bien que, paradoxalement, notre nature profonde soit déjà là pure et éveillée.
    2) ceci m’amène au bémol : tu écris :
    « En observant attentivement ses ressentis, toutes les réponses sont disponibles ! Plus besoin de livres, de conseils en tous genres. Observez, vous verrez et vous saurez ! »
    tout le monde peut avoir conscience de ses ressentis, cela ne suffit pas… encore faut-il avoir les outils pour les observer dans certaines directions, pour les intégrer, les auto-libérer etc… On peut très bien voir sa colère, sa tristesse etc tout en étant incapable d’en sortir… C’est précisément cela qui pousse certaines personnes à se suicider.
    Alors, oui l’observation intérieure peut nous libérer mais un préalable est indispensable : développer la « vision profonde » (vipassana (laktong en tibétain). Bonne continuation Jonathan, et bonne décision que d’orienter ta ligne éditoriale dans cette direction. ce sera un plaisir d’y contribuer si tu le souhaites.

    1. Salut Arnaud,

      Je répond très tardivement à ce commentaire comme je viens de m’apercevoir qu’il était par erreur dans les spams. Et c’est une bien belle erreur au vue de l’importance du complément que tu apportes. Je vais réfléchir à ces différents outils pour proposer des idées et avancer avec les compléments des uns et des autres. Cela m’emmène également vers le blog d’Hannah qui est très bien fait à ce sujet pour ceux que cela intéresse.

      A+

      1. Bonsoir
        Entièrement d’accord avec le bémol d’Arnaud

        observer n’est pour moi pas suffisant… il y a ensuite comprendre (se comprendre) et enfin (se) transformer… (transformer son esprit)

        ensuite même si on a les outils, il faut savoir s’en servir…
        il y a plus d’un an et demi que je pratique régulièrement (2 fois par jours ou plus en sesshin) Vipassana ou Zazen et que j’essaie de comprendre l’enfant intérieur qui est blessé en moi, mais je ne vois pas de transformation en moi…
        peut être que je ne sais pas me servir des outils, ou peut être je suis trop pressé…
        la patience est une des « paramitas » (perfection)

        bonne soirée à tous les 2, (et aux autres)

        Michel

        1. Bonjour Michel Nguyen
          bonjour à tous;

          j’ai regardé ton site qui m’a fait réfléchir sans avoir les
          pensées négatives pour qui que soit .
          Je viens d’un pays ou depuis mon départ la dictature
          a été remplacé par la socièté de consommation.
          En distcutant avec les gens je me suis rendu compte
          qu’il ne sont pas plus heureux dans le monde actuel.
          Les crises précédentes concernaient
          de l’exploitation des hommes , utilisation des idées
          pour transformer les hommes en consommateur.
          Les frustrations créent des divisions entre les hommes ,
          des conflits intérêts entre les individus.
          Ou s’arrète l’avidité de l’étre humain qui se laisse facilement
          manipuler par les idées.
          Tant que nous ne trouvons pas le vrai sens de la vie
          le processus de frustration continura sans cesse.
          Il y aura toujours des conflits sans une transformation
          profonde de nos pensées, de nos actes….
          On ne peut pas justifier la violence , quand nous avons
          les moyens pacifiques pour améliorer les conditions humaines

          « A chacun d’abord de faire la lumière en lui-méme. »

  4. Bonjour Jonathan,
    et merci encore pour ce beau programme …
    « évolution étape par étape « pour donner
    du sens à ce que l’on fait .
    A travers le cheminement spirituel j’ai un
    programme aussi chaque jour , comment
    orienter mon énergie pour faire la paix avec
    mon corps.
    Ce corps qui a été malmené , stressé , mal utilisé.
    J’apprends à l’écouter, le ménager, gérer son énergie .
    Avec la spiritualité j’ai appris la nécessité de regarder
    autrement le corps.
    J’ai découvert un corps sensible , complexe , intelligent
    et je me rends compte combien je ne savais pas
    utiliser son intelligence , combien j’ai abusé son énergie.
    J’apprends à respecter ce corps  » étape par étape  »
    je cherche à retrouver son équilibre ..
    Gràce à la spiritualité je retrouve sa potentialité….
    Ces réflexions m’éclairent comment je peux rebondir
    chaque jour , chaque instant quelque soit la situation.
    Une vaste programme ..comment retrouver l’harmonie
    du corps et de l’esprit …..
    Merci Jonathan , chacun va trouver ce qu’il intéresse
    sur ce chemin spirituel.

    1. Bonsoir Gabriella,
      heureux que mon blog t’interresse
      il faudra qu’un jour j’en change une partie de l’intitulé

       » méditer, militer et agir pour un autre monde possible  » est en train de devenir dans mes recherches au fond de moi même « comment lacher prise, tout en ne lachant rien » (on lache rien, belle chanson militante qu’on chante en fin de chaque manif… http://www.youtube.com/watch?v=PzlKtSz4mck) ou comment être heureux, ici et maintenant, alors qu’il y a tant de souffrances autour de moi et sur lesquelles je ne peux rien faire…
      et cela rejoint la raison d’etre du blog de Jonathan « Méditer pour être heureux »

      ,tu as raison Gabriella, mille fois raison quand tu cites l’avidité ….

      Pour le Bouddha, c’était l’un des 3 poisons qui nous voilent l’esprit, et nous empechent d’atteindre le bonheur (avec l’ignorance et la haine) pour moi c’est le poison principal …
      et cela n’a pas changé depuis le Bouddha… et non seulement il nous empeche d’etre heureux, mais en plus il est en train de détruire la planete…

      tu dis « Tant que nous ne trouvons pas le vrai sens de la vie
      le processus de frustration continura sans cesse. »
      je le pense aussi …
      le véritable bonheur c’est savoir se contenter de peu, enseignait le Bouddha , mais encore faut il avoir ce peu… nécessaire à ses besoins de base…. ce que n’a pas la majorité de l’humanité, alors qu’une minorité (dont nous faisons partie), s’adonne au gaspillage…

      quels sont ces besoins de base?
      d’abord respirer , mais un air pur …
      ensuite boire, mais une eau non polluée …
      et manger …mais sainement …
      puis avoir un toit
      et la santé (mais si les 3 premières conditions sont remplies, la santé sera là…)
      et enfin l’harmonie et la paix dans nos relations avec le reste de la planete …
      a t’on besoin de tout le reste?
      Le 21ième siècle sera spirituel ou ne sera pas » disait André Malraux …
      j’ai bien peur que ce XXIeme siecle , soit le dernier…pour les êtres humains, mais pas pour le monde qui continera sans nous, enfin sans nous sous cette forme humaine ….
      jusqu’ à ce que nous nous manifestions à nouveau sous une forme encore plus belle , dans 100 millions d’années…
      je te laisse découvrir cet enseignement de Thich Nhat hanh…
      http://michel1955.blogspot.fr/2012/07/il-est-possible-que-lhomo-sapiens.html
      amitiés
      Michel

      ** Il y a assez sur Terre pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire l’avidité de chacun ** Gandhi

      1. Salut Michel,

        C’est très intéressant cette vidéo de Thich Nhat hanh et sa vision pour notre future. Il a raison, peut-être que l’on va disparaître, peut-être pas. Tout dépendra de l’activité collective !
        L’avidité, le besoin de toujours plus se situent dans nos têtes, la solution se trouvera donc dans nos têtes. Merci à toi de contribuer à tout cela avec ton blog. C’est beaucoup plus que de ne rien faire, ce sont de bonnes graines dans la mesure où l’intention est de diminuer certaines souffrances. Merci pour ce travail qui compte comme celui extraordinaire que font tous ces maîtres qui nous inspirent !
        Ensuite, il arrivera ce qu’il arrivera. On ne peut rien contrôler du future. C’est le mouvement perpétuel des évènements qui s’enchaînent ! Si nous devions disparaître, cela reste relatif. Cela n’empêchera pas le système solaire et les planètes de continuer leurs mouvements comme après l’extinction des dinosaures.

      2. Bonjour Michel ,

        « On lâche rien « …..on lâche rien …ça résonne
        pendant longtemps dans mes oreilles cette
        chanson révolutionnaire … qui est en contraste avec
        la musique douce de la video de Thich Nhat hanh….
        Je vais me répéter en disant que les problèmes du monde
        sont les affaires de nous tous .
        Pour transformer le monde nous devons commencer par
        nous-mémes, la vraie révolution ne vient pas d’extérieur
        de gauche ou de droite ,mais de la transformation de
        chacun de nous.
        La plupart d’entre nous est à la recherche d’un système,
        d’un moyen d’action qui résoudraient les nombreux problèmes
        humains. Il est inutile de chercher dans des croyances,
        des idéologies si nous ne pouvons pas comprendre nous-mémes.

        Pour provoquer une révolution fondamentale en nous-mémes
        nous devons comprendre la processus entier de notre pensée
        de nos sentiments au cours de nos relations.
        C’est un processus qui nous concerne tous …

        J’imagine les mémes personnes qui réclament la justice au pouvoir et je ne peux pas croire un instant que sans la
        compréhension de processus total de l’étre, qui nous sommes,
        donc sans cette connaissance seront capables de construire
        un monde juste .

        Merci Michel ,
        J’aime bien échanger avec les autres, car chacun peut apporter
        son vécu , son expérience.
        Et merci Jonathan de me laisser la possibilité de réfléchir
        ensemble et j’espère d’agir aussi, chacun avec ses moyens.

        1. Bonsoir Gabriella
          J’aime également beaucoup échanger avec les autres, le partage du Dharma est la pratique du Village des pruniers que je préfère…

          Toujours totalement d’accord avec toi..

          Se changer soi même pour changer le monde et … avant cela se comprendre et s’accepter soi même …. je suis depuis plusieurs années dans cette démarche… c’est aussi cela Camino, mon chemin spirituel …
          et pour me comprendre, il me faut comprendre l’enfant blessé qu’il y a en moi …
          http://michel1955.blogspot.fr/2012/10/connaitre-et-comprendre-lenfant-blesse.html

          Pour en revenir avec le lâcher prise , il faudrait d’après « ma marraine » la grande sœur qui me suit et m’aide pour recevoir les 14 entrainements du Village des pruniers http://www.villagedespruniers.net/index.php?option=com_content&view=article&id=56&Itemid=62

          que j’arrête de militer… et ne me nourrir que de choses positives
          je réalise que je ne peux pas le faire , c’est contraire à mon être intérieur ….. et je réalise aussi que je ne suis pas prêt à recevoir ces 14 entrainements…

          et qu’il y a opposition, dualité même, entre le chemin proposé par le Village et mon propre chemin …
          il faudrait par exemple que j’arrête de chanter cet autre chant de manif que j’aime beaucoup …
          http://www.youtube.com/watch?v=4cs7h3uXKk8&feature=player_embedded
          car je ne respecte pas le 1er entrainement (ne pas avoir de pensées de tuer…)

          surtout j’ai une profonde aversion pour ne pas dire haine, envers ce système , qui fait souffrir tant d’êtres , et la planète elle même… et je ne peux m’en défaire… et n’arrive pas à penser que je suis moi même ce système…
          .
          je suis en train de rédiger un nouvel article sur ce que nomme « un tournant » sur mon chemin …

          j’attends avec impatience de recevoir le dernier livre de Eric Rommuluère sur le bouddhisme engagé, qui j’espère me fera avancer…
          http://fredericbaylot.wordpress.com/2013/03/11/le-bouddhisme-engage/

          merci Gabriella, Jonathan et les autres de me lire…
          bien à vous toutes et tous

      3. Merci Michel pour ta réponse ,

        je comprends tellement cette dualité en toi …
        encore plus que j’ai vécu dans un pays totalitaire
        toute ma jeunesse.
        La spiritualité on découvre au fur à mesure et
        ça peut étre » une arme douce » contre la violence.
        J’ai vu des morts, les gens suspendus , exécutés
        et ça m’a calmé.

        En plus le système d’exploitation à continué avec ces
        gens qui réclamaient la justice , qui croyaient de chasser
        l’ancien système , ils continuaient les mémes erreurs.
        Il faut éduquer les jeunes ,car souvent ils sont perdus
        ils ont la diificultés de communication avec leurs parents,
        avec la socièté.

        Sans les bases culturelles, morales , spirituelles ,
        l’histoire nous montre que les erreurs recommenceront.
        Bien sur je respect ton engagement ..mais attention de
        ne pas tomber dans les mémes pièges .
        Je vais regarder tes sites , qui sont bien intéressants , je
        connais déjà certains et je vais continuer à réfléchir sur
        les solutions pacifiques pour améliorer les conditions humains.

        De mon coté , je fais ce que je peux autour de moi,
        avec ma façon de militer auprès des plus démunis .
        Nous sommes de privilégiers , car nous avons compris la
        souffrance de ce monde et nous esseyons d’agir avec nos
        moyens.
        Bien amicalement …je te salue Michel et tous les autres
        Gabriella

  5. Bonjour,

    Nous SOMMES le Tao, l’Esprit du Bouddha (appelons-le comme on veut). Il n’y a pas à chercher ce que nous sommes.

    Le monde manifesté, relatif, en est l’émanation, la cristallisation.
    Sachant cela profondément, il est seulement important de « gérer » cette manifestation, de l’ordonner comme on range son appartement.

    Le bouddhisme est, à mes yeux, la méthode la mieux finie et la plus efficace pour lutter contre la souffrance, ordonner correctement sa vie. Notre comportement sain rejaillit sur notre entourage et lui montre le chemin à suivre, l’exemple, pour trouver la paix et la concorde dans le monde de l’illusion.
    Bonne journée

  6. Bonsoir Jonathan,

    je te remercie pour cet article de qualité.
    J’adore ton exemple sur la pluie…A une certaine époque on évoquait même les dieux pour que la pluie tombe en abondance sur les cultures. La pluie était d’une importance capitale. Alors que de nos jours, dès qu’il pleut trois gouttes, nous considérons (bien trop souvent) le temps de  » pourri… » Ce n’est pas un temps pourri qui va nous aider à vivre une belle journée heureuse n’est-ce-pas? Or si nous nous mettons quelques instants à la place de « Dame nature » qui reçoit cette douche d’énergie, et de vitalité. Nous aurions vite fait de changer notre discours;-) Quelle bonne douche!!!;-)

    Merci pour la lumière que tu nous apportes chaque semaine
    Jonathan!

    Belle et joyeuse soirée

    Bastien

  7. Bonjour Jonathan,

    Merci pour votre article. C’est un super outil pour commencer sa journée :D

    J’ai découvert votre blog il y a peu de temps, et depuis je le consulte souvent.

    Je vous souhaite bonne continuation !

  8. Bonjour !
    Arrivée à l’âge de la retraite, je souhaite écrire le livre de ma vie.
    J’ai un mal fou à démarrer car je suis tout le temps dans l’anxiété qui me freine…
    Aidez-moi à retrouver cet état de joie pour continuer mon chemin.
    Avec tous mes remerciements
    Maryse

    1. Lancez-vous par petites étapes le temps de laisser l’anxiété diminuer et pour vous d’apprendre à vivre avec. Avez-vous essayé les infusions de thym ? C’est top pour éviter l’anxiété !

Comments are closed.