Comment utiliser ses émotions tel un système de guidance ?

La loi de l’attraction est très simple. Je vais essayer de l’expliquer car c’est un point essentiel pour comprendre son fonctionnement dans notre vie et comment nous attirons à nous certains évènements de façon répétitif sans même nous en rendre compte.

Cette loi m’a permis de réaliser combien mes pensées et ma façon de voir les choses était le facteur essentiel dans la façon dont se déroule ma vie.

Quand je suis négatif et plein de tension, mon esprit est rempli de cette négativité et rien de ce que je souhaite ne peut apparaitre. Je serais d’ailleurs incapable de le repérer. L’esprit est alors rétrécie, l’attention est tourné vers cette tension, vers ce qui ne va pas et donc il m’est impossible de voir tout le reste. En ne voyant que ce qui pose problème et rien d’autre, c’est ainsi que je vais en attirer encore plus à ce moment là. Le reste étant ignoré.

bougie @ nathalie booth

A l’inverse, chaque fois que l’on pense de façon constructive avec l’esprit grand ouvert à toutes les possibilités. Nous sommes alors animés par une énergie positive qui nous porte et nous permet d’avancer. On est ce qu’on pourrait appeler « la zone », le “lâcher prise”, la “sérénité”, etc…. C’est une sensation assez agréable à vivre et on a l’impression d’avancer vers ses buts. C’est tout l’opposé de l’esprit qui est très rétréci, il est cette fois vaste et ouvert. C’est ce qu’on s’entraine à (re)vivre en pratiquant la méditation, en n’alimentant le moins possible tout se qui s’élève dans notre mental.

Comment attirer à soi ce qui est désirable et se faciliter la vie ?

En remerciant pour tout ce que la vie nous offre. On va alors modifier la façon de percevoir les choses en nous. Au lieu de voir le manque, on va voir l’abondance. Ce sentiment positif et constructif va nous apporter d’autres sentiments positifs qui a leur tour seront un terreau propice pour notre créativité et ce que l’on souhaite réaliser.

gratitude @ honor the gift

Habituellement, nous sommes insatisfaits et nous alimentons cela petit à petit. Au lieu de se battre avec nos pensées et vouloir s’en défaire absolument, je vous propose un tout nouveau point de vue: Celles-ci sont maintenant comme un système de guidance pour nous permettre d’aller dans la bonne direction et faire ce qui est approprié.

Si vous vous sentez assez mal, et bien c’est que vous allez dans la mauvaise direction. La façon de faire et de penser est inapproprié et n’apportera rien. Si vous vous sentez bien, ce qui est le cas au moment où l’on éprouve des émotions positives, c’est que l’on est dans la bonne direction. Votre comportement est constructif et va dans le sens de ce qui vous correspond ;)

Arriver à repérer ce système de guidance et savoir comment il fonctionne demande comme toute chose un certain entrainement de l’esprit pour avancer. La méditation est un très bonne exercice pour garder les choses au clair et voir ce qui se passe en nous sans être “aspiré” comme un robot par tous nos automatismes.

P.S. Je vous recommande de lire les commentaires de Vincent et des lecteurs en dessous de l’article, beaucoup de sagesse et de réalisation s’y trouvent.

creativecommonsbigCrédit photos dans l’ordre d’apparition: nathalie booth – honor the gift

18 thoughts on “Comment utiliser ses émotions tel un système de guidance ?

  1. Bonjour Jonathan,

    Je trouve également très instructif de comprendre le fonctionnement de la loi de l’attraction (qui fait en passant partie d’un toute que d’autres lois complètent, ai-je appris récemment) et tente également de l’utiliser pour aller dans une direction qui me convienne.

    J’applique la gratitude fréquemment, au quotidien je ne sais pas, mais c’est en tout une excellente chose à mettre en pratique !

    1. Bonjour Cédric,

      Tu as raison, c’est un tout.

      J’écris mes articles à l’avance donc il y a parfois un décalage entre le moment où je l’avais écrit et le moment présent. Maintenant, je ne crois pas qu’il y ait tant besoin « d’appliquer » la gratitude. En observant tout ce qui nous est déjà offert, il y a vraiment de quoi être comblé ;) Il suffit de regarder et de laisser le mental de côté. La différence, c’est que parfois on ne voit pas.
      A+ et merci pour ton commentaire ;)

  2. OUI
    Merci Jonathan , c’est très « logique » et évident tout ça..
    mais je pose des questions tout de méme..
    Je ne suis pas née d’étre négative…mais les
    circonstances de la vie m’ont imposés de réagir ainsi
    et en étant jeune , sans protection spirituelle , je
    me suis rebellée ….face aux évènement.
    Maintenant que je suis « prévenue et préparée » plus
    armée j’arrive voir et agir autrement.
    Ce qui reste encore c’est de nettoyer le corps et l’esprit
    de toute cette souffrance qui a déjà abîmé ma foi intact
    dans la vie…
    En voyant « la réalité  » tout simplement il y a un tout à
    gérer , le négative et le positive fait partie de notre existence
    et c’est « possible , mais « ce n’est pas facile » de trouver
    l’équilibre juste .
    Heureusement les maîtres nous montrent le chemin
    vers ce bonheur tant souhaité.
    Je vous remercie à tous de suivre cette voie vers la paix
    intérieure .

    1. Coucou Gabriella,

      Tu as raison, il y a le négatif et le positif. Cela vient d’une seule chose: la façon dont on perçoit la situation et dont on y réagit. Ce qui est positif ou négatif pour toi ne le sera pas pour une autre dans les mêmes circonstances. Cela rejoint les conditionnements.

      Il y a toujours le fils du moment présent qui est là pour nous soustraire à tout cela. On peut se perdre encore et encore, lui est toujours là qui se déroule d’instant en instant.
      Je me raccroche à lui chaque fois que je m’égards, c’est à dire souvent lol.
      Tu n’as pas besoin de toutes ces questions, tout ça fatigue inutilement. On peut réfléchir sur quelques trucs nécessaires mais à quoi bon revivre le passé et aller au delà du nécessaire. L’instant présent lui est là offert à chacun en tout lieu.
      Pourquoi tous ces questionnements, pendant ce temps la vie se déroule et c’est dommage de passer à côté.

      Je ne veux pas t’embêter, je te souhaite vraiment du fond du coeur d’être heureuse et de profiter de chaque instant de la vie. A+

      1. Bonjour à tous ,
        pourquoi tous ces questionnements…
        alors je ne sais plus ….
        comment prendre autrement les vies éclatés,
        les horreurs que nos familles ont vécues, les vies brisées.
        il me faut encore beaucoup de méditation , car votre
        génération est différente , votre histoire est différente..
        Comment oublier tous ce que les soit disant « être humains »
        font aux autres « êtres humains ». ..L’histoire se répète sans cesse…..malgré toutes les sagesses on n’a pas compris
        encore la valeur de la vie ….
        Merci de vos réflexions……je me croyais d’être détachée de
        toutes ces questionnes ..mais parfois il remontent à la surface
        et j’ai l’impression de retomber dans la souffrance..
        Même si la vie m’émerveille , chaque instant est précieux,
        je ne peux pas de me détacher complétement de la « réalité »
        Je ne suis pas seule sur cette terre et je voudrais que tout
        le monde soit traiter comme un vrai « ÊTRE « …unique et précieux…
        Merci de votre compréhension .
        Sinon , je comprends tous ce que vous dites ……mais
        peut-être je suis en retard ….dans mon évolution spirituelle….
        je n’arrive pas encore de me laisser couler ….que contempler..
        avoir la vue juste etc…..
        Mais je continuerai ma quête toute ma vie et merci de votre aide .

        1. Coucou Gabriella,

          Je te souhaite de te libérer de tous ces questionnements car comme le dis Vincent, le passé est mort et n’existe plus. Seul le présent existe et il se vie maintenant.

          Cela m’est assez facile à observer car je n’ai pas ton ego, je n’ai pas tes traces dans mon esprit. Si on se rencontrait, je suis sûr que tu remarquerait assez facilement mes traces, les illusions que je prends pour la réalité et qui me bloquent, me réjouissent ou alimentent mon dialogue interne inutilement.

          Cela te serait facile car tu n’as pas mes illusions;)
          Je comprends que ce n’est pas facile à observer, à se détacher de tout cela. Je retourne moi-même dans les mêmes bêtises, les mêmes raccourcies.
          Dès que je m’en rends compte, je me raccroche au fils du moment présent jusqu’à me faire reprendre, etc…
          C’est très contre-nature de voir ses pensées et ressenties comme des illusions et non comme étant la réalité donc c’est logique que cela ne soit pas évident et qu’on se fasse souvent reprendre par le mental.

          Je te souhaite de te libérer et d’être en paix ;) Très bonne semaine à toi ;)

  3. Bonjour à tous,

    Puis-je jouer le rôle du pavé dans la mare ?
    J’ai du mal à soutenir cette thèse. Voilà pourquoi :
    D’abord, la loi d’attraction me donne l’impression d’un jeu dont le gain est le bonheur (au moins temporaire).
    Ensuite, je vois que rechercher le bonheur est une action; souvent contraignante. La contrainte oppose au moins deux positions, bref, crée une division, une scission donc un conflit entre ce qui est et ce que l’on veut obtenir. Un conflit est toujours négatif. Il suffit de voir, dans l’histoire, le nombre de morts pour la « bonne cause »…
    La volonté permet d’obtenir, dans le monde relatif, ce que l’on désire mais quand il s’agit de la « Libération », c’est tout autre chose. On peut ouvrir une fenêtre mais le courant d’air n’entre que s’il le veut bien. On ne peut qu’ouvrir la fenêtre. Il en est de même pour le bonheur ou la liberté. On ne leur commande pas d’entrer, on prépare le terrain seulement. (J.Krishnamurti)

    Le principe de fonctionnement de la vie est globalement celui-ci : la perception d’un contact (physique ou mental) produit une sensation. La sensation fait naître le désir (d’appropriation ou de rejet) qui entraîne l’action produisant de nouveau une sensation, etc… C’est le samsara, la ronde, le mythe de Sisyphe.
    La « vue juste », premier sentier du chemin aux huit embranchements bouddhiste, est primordial parce qu’il permet la dissolution de l’ignorance. Cette vue juste consiste à comprendre essentiellement l’ego (le moi et les autres. Même les choses inertes d’après les théravadins).
    A.David Néel écrivait : l’existence est un flux d’évènements impermanents se succédant, appuyés les uns sur les autres, en dépendance les uns des autres, dans le mélange des causes et des effets.
    Chacun est donc un flux karmique. L’idée d’ego est ce que j’appelle un raccourci. Dans la pratique quotidienne, relative, de chaque instant, on ne peut pas se permettre de réfléchir sans arrêt à cette réalité : le « je » n’est qu’un flux karmique. Le mental a donc créé la sensation d’une entité séparée et vivant une vie à part du monde (ce grand flux karmique duquel on fait partie intégrante). On apprend d’ailleurs dès la naissance à se comporter dans l’erreur (péché originel ?). C’est un peu comme une vieille expression dont on a complètement oublié l’origine. On l’utilise ! point ! sans réfléchir une seconde à ce qu’elle est à la base. Tant pis si elle est erronée.

    Pour « prendre la vie » du bon côté, je cite encore mon ADN (excusez ce jeu de mots, je parle d’Alexandra D. Néel bien sûr) :
    Il suffit de laisser couler, sans l’entraver ou tenter de le dévier, le flot de l’existence, le contemplant en spectateur intéressé, peut-être amusé, mais toujours détaché bien que se sentant un avec le spectacle, immergé dans le flot et coulant avec lui.
    C’est la conception du non-agir, pas de la non-action. C’est la vue juste. Le mouvement, c’est la vie (pas l’inverse), les liens entre les choses inertes ou vivantes, en un mot : l’interdépendance. L’ego est une illusion, c’est un fait.

    En conclusion, courir après le bien-être, le bonheur (il y a beaucoup de mots comme bonheur qu’il serait bon d’analyser. Leur sens est souvent galvaudé) n’est pas une solution à mes yeux. C’est tomber dans le piège du désir sans fin. L’esclavage du samsara.
    Cultiver le détachement et observer, sans aucun commentaire mental, le déroulement de la vie, en avoir conscience seulement, en ressentant le Vide, l’Essence de la conscience, c’est préparer le terrain pour la libération, c’est ouvrir la fenêtre…

    Vous aurez compris que je parle de l’aspect « psychologique » de la vie. L’aspect pratique est trop évident pour s’arrêter dessus.

    Gabriella, encore une fois, si je peux me permettre, il ne faut pas lutter contre ce qui ne nous plait pas. Ce qui est passé est mort, ce ne sont plus que des inscriptions dans le grand livre d’histoire de la vie. On ne peut que se faire mal à reconstruire le présent avec des choses mortes.
    Il faut observer ce qui est, sans le commenter mentalement, sans se dire je souffre ou j’aime ou je n’aime pas. Curieusement, le mal se désagrège dans ces conditions.
    Il ne faut pas oublier que souffrance est un mot. Il désigne la confrontation entre le désir du moi et une situation. (pas le mal physique, bien sûr). Si on observe et qu’on détermine ce que sont le moi et la situation (ensembles de causes et effets en perpétuel devenir) on n’a plus peur de la souffrance.
    La peur est très liée à la souffrance. La peur, selon J.K. est nom que l’on donne au passage de la certitude à l’incertitude. Quand on a cerné le moi et déterminé les causes les plus évidentes d’une situation, on n’en a plus peur parce que l’on « sait », c’est une certitude et la souffrance cesse d’elle même.

    Puisses-tu vaincre ces démons. Ce ne sont que des constructions mentales (samskara). Les tibétains donnent l’image d’un peintre qui s’enfuie devant les démons qu’il a lui-même peints…

    Vincent

    PS: je connais Kalou Rimpoché, mais très peu. Je sais quel Maître il a été seulement.

    1. Bonjour Vincent,

      Tu es toujours le bienvenue dans les commentaires. Je partage ton point de vue, la vraie valeur de l’article réside au final dans le fait que ça aura permis d’aboutir à ce commentaire.
      Cela fiche le vertige de se retrouver sans « moi ». Tout ce qu’on prends pour réel, qui nous agacent, nous rejouis est une illusion. Il n’y a plus rien à gagner, plus rien à perdre. Il ne reste alors plus qu’un simple observateur.

      Merci pour ta contribution, je réalise combien je suis loin de tout ça, je n’ai pourtant rien à faire de plus, observez ce qui est et le prendre telle qu’elle sans rien ajouter. Mon ego ne va pas aimer ça très longtemps. Voila des défis en perspective !

  4. Jonathan,

    Je voudrais juste rajouter que si l’ego, le monde relatif en général n’est pas réel, il n’en est pas moins dénué d’existence. C’est un paradoxe en apparence, mais il suffit de prendre un coup pour s’en rendre compte…

    La vigilance, la vue profonde, juste, est donc indispensable mais il faut bien sûr saisir la moindre occasion pour modifier le cours des évènements, du flux des causes et des effets, s’ils sont, à l’évidence, négatifs et porteurs de souffrance.

    L’émotion est un brouillard qui masque la vision de la réalité. Il faut savoir rester détaché (bien que toujours concerné) des choses. Savoir que le samsara est comme un jeu, une fantasmagorie d’ombres que son propre esprit projette sur l’écran infini du Vide. (ADN.) C’est la voie de la vue profonde qui nous le fait apparaître.

    Bonne journée

  5. Merci Jonathan et Vincent
    pour vos réponses ….
    Au fond j’ai de la chance pour pouvoir poser toutes
    ces questions et même la souffrance ne m’a fait
    qu’à avancer spirituellement …
    Tout ce que vous dites m’intéresse et m’intrigue à la
    fois…est -ce rejoint nous chemins vers la simplicité …
    En tout cas malgré que ai commençais très jeune ma recherche
    spirituelle et je suis encore et toujours qu’une débutante.
    Heureusement Bruno nous a prévu et j’avance en trébuchant
    mais inlassablement sur ce chemin que j’ai trouvé le plus
    juste.
    « A chacun d’abord de faire la lumière en lui même »
    Merci à vous et à tous ce qui m’ont donné l’envie de
    simplifier cette vie , si complexe et si merveilleuse à la fois.
    Malgré mes « entorses » je me sens très libre et passionnée
    pour tous ce qui concerne l’existence .
    Amitiés à tous
    G@briell@

    1. Coucou Gabriella,

      Je suis comme toi ravi d’échanger et de partager, cela enrichit beaucoup. En étant chacun dans son coin, on se perds plus facilement.
      On est tous des débutants, ne t’en fais pour ça. A tout moment, les circonstances peuvent réveillés des illusions perdus.

      A+

  6. P.S
    Un conseil à moi……
    je ferais mieux de relire mes messages
    avant de les envoyer ….
    peut-être j’aurais moins fautes d’orthographe .
    Merci de votre compréhension encore ….

  7. C’est vrai ! Le Bouddha disait : soyez à vous-même votre propre lumière, votre propre flambeau.
    Par nature sans doute, j’ai suivi ce conseil à la lettre. J’ai toujours cherché seul, en faisant souvent des marches en arrière. J’ai expérimenté, j’ai écouté, j’ai douté mais de ce doute qui pousse à la réflexion pas celui qui oppose.
    Je n’ai jamais cru « sur parole » ou parce qu’un « sage » l’avait dit. J’ai toujours exigé de moi-même la plus grande honnêteté intellectuelle. Pas question de me satisfaire avec des « à peu près ».
    Après des décennies, pour une raison inconnue qui me surprend encore, j’ai participé à un blog ! Celui-ci.
    Étonnant…
    La Voie est sans fin. Elle réserve des surprises.

    Bonne journée

    1. Merci pour les précisions Vincent. Le Buddha a raison, à chacun de suivre sa propre lumière, le plus dur est d’arriver à voir clairement et ne pas se satisfaire des « à peu près ». Les pièges sont nombreux pour se faire attraper par les illusions de l’ego d’ou les retours en arrières.
      Bravo pour ton parcours, tu sais de quoi tu parles.
      La vie réserve bien des surprises, je me suis retrouvé au Japon en quelques mois sans avoir rien prévu. Ravi que le blog en bénéficie avec ta participation.
      Voila une raison de plus de se détendre, tout peut arriver de toute façon donc à quoi bon le dialogue interne et l’ego.

      De même bonne journée ;)

  8. Bonjour Jonathan,

    Les pensées positives, l’esprit plus ouvert, nous permettent d’être plus sensible à toutes les opportunités qui s’offrent à nous, quelque soit le chemin que nous avons choisi.

    Dans ce sens, la loi de l’attraction fonctionne.

    1. Bonjour Dominique,

      Tu as raison, on ne voit pas les choses de la même façon en étant en paix. On est moins « collés » dans ces affects intérieurs avec plus de recul, ce qui aide a intégrer plus de paramètres et prendre de plus sage décisions.
      La loi de l’attraction est au final un concept de plus mais c’est vrai que selon son état et sa représentation du monde, on attirera alors pas du tout les mêmes choses et les mêmes possibilités.

      Merci pour ton blog sympa ;) Au plaisir

Comments are closed.