Faire face aux difficultés. Pourquoi l’évitement ne fonctionne-il pas ?

Nous sommes tous incroyables pour éviter de faire les choses essentielles. Je vais vous donner quelques exemples:

  • Notre attention est constamment distraite par des messages, des nouvelles, des notifications, pour éviter de faire ce qui est important et que nous ne voulons pas faire.
  • Quand un problème survient, notre réaction est de vouloir aller faire autre chose, pour mettre ce problème hors tension.
  • Nous remettons à plus tard les choses désagréables comme payer ses factures, traiter certains longs emails, ranger le désordre, parce que nous préférons ne pas faire face à ces difficultés.
  • Nous évitons l’exercice parce qu’il nous met dans une situation inconfortable.

En fait, il y a des milliers d’autres exemples, tous les jours, qui viennent et que nous ne remarquons même pas, parce que nos esprits pensent à toute autre chose.

Essayez ceci dès maintenant : Faites une pause pendant une minute et pensez à la difficulté à laquelle vous évitez de penser en ce moment.

Vous remarquerez qu’il s’agit soit d’une difficulté que vous n’aimez pas faire, ou soit que votre mental va vite se mettre à vous faire faire autre chose avant que la minute ne soit écoulée. Pourtant…

L’évitement ne fonctionne pas :

Nos esprits cherchent toujours à éviter l’inconfort, la douleur, la difficulté à laquelle nous sommes confrontés. Et ceci est une bonne stratégie pour temporairement ne pas avoir à faire face à la difficulté et la douleur. Donc, dans le moment présent, nous pourrions ressentir un certain soulagement temporaire.

Mais ce qu’il fait est de nous reléguer à une vie d’évitement. C’est-à-dire une vie de distractions dans laquelle on ne fait pas face à ce qui nous indispose. Nous restons bien occupés, mais jamais pour apprendre à faire face à ce qui est à l’intérieur de nous.

Cela signifie que nous sommes à la merci de nos peurs et de nos inconforts. Nous sommes comme des petits enfants qui ne veulent pas faire un devoir.

En fin de compte, nous devons généralement faire face à ces choses, mais elles ont juste empirés. Il aurait été préférable de les affronter au début, quand cela était plus facile à gérer.

La technique pour faire face en toute situation :

Cette technique est basée sur l’idée qu’il est préférable d’être conscient des choses, et de les traiter au lieu d’essayer de les éviter.

Voici comment cela fonctionne :

  1. Vivez en conscience en vous demandant : «Qu’est-ce que je suis en train de faire maintenant ?» Tout au long de la journée, définissez-vous des rappels ou mettez de petites notes qui vous rappellent : «Qu’est-ce que je fais maintenant ?».  La réponse peut-être, «regarder Facebook» ou « en train d’ouvrir un nouvel onglet du navigateur» ou «en train de grignoter» ou quelque chose de simple et de banale de ce genre. Demandez-vous juste ce que vous faites pour devenir plus conscient.
  2. Ensuite, demandez-vous : «Que suis-je entrain d’éviter ? » Quand les choses deviennent difficiles ou que vous vous sentez mal à l’aise, on passe automatiquement à autre chose. Nous courrons et nous évitons ce type de situation. Vous le faites très souvent dans la journée, souvent sans vous en rendre compte. Demandez-vous ce que vous évitez : une crainte, une tâche difficile, une émotion difficile, un inconfort, etc. ?
  3. Maintenant c’est le moment d’y faire face. Il suffit de rester avec cette peur, cette gêne ou cette difficulté dans le moment présent. Pas pour rester avec l’histoire que vous vous dites dans votre tête sur cette activité, mais pour le sentiment physique dans votre corps d’être dans le moment présent. Comment cela peut-il être mauvais ? Vous trouverez que ce n’est pas si désagréable que cela. Restez un peu plus longtemps avec cette sensation ou ces images mentales dans le moment présent. Restez un peu plus longtemps avec cela pour que vous puissiez le remettre en question. C’est une méditation pour voir les choses comme elles sont et pouvoir apprendre en se comprenant mieux ainsi !
  4. Faites ce qui est approprié. Maintenant que vous avez fait face et que vous avez vu que ce n’est pas aussi dramatique que cela en a l’air, vous pouvez agir comme un adulte plutôt qu’un petit enfant. vous pouvez décider quelle est la meilleure action à réaliser est en ce moment. Si vous avez peur de faire une tâche, vous pouvez vous rappeler que la tâche est beaucoup plus importante que votre crainte (rappelez-vous que vous venez d’observer de prêt ce que vous viviez et que cela n’était pas une si grosse affaire). Si vous évitez une conversation difficile avec quelqu’un parce que vous êtes en colère, vous pouvez voir que la colère n’est pas un si gros problème. Vous pouvez parler à la personne calmement et de façon appropriée avec empathie et compassion pour rechercher ensemble une solution.

Bien sûr, tous les problèmes ne vont pas s’évaporer comme par magie en utilisant cette méthode, mais je peux vous assurer que vous serez en mesure de faire face à beaucoup plus de choses en pratiquant cette méthode. Vous vivrez mieux une gêne, au lieu de courir pour éviter la situation comme la plupart des gens. Vous réussirez mieux à ne pas tergiverser et à faire des tâches qui sont inconfortables. Vous serez plus présents et plus disposés à rester dans l’instant présent plutôt que de devoir fuir vers des distractions. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais avec la pratique comme pour tout ce que vous apprenez.

Vous pourriez avoir envie de rejeter cet article, afin d’éviter la pratique de cette technique. Cela est aussi une forme d’évitement, et je vous encourage vraiment à y faire face en ce moment.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !