Qu’est ce que la pleine conscience ?

Je lis en ce moment l’excellent livre d’Eckhart Tolle « Le pouvoir du moment présent ». Il explique très bien comment fonctionne le mental et comment on s’identifie à lui en permanence. Le livre est sous la forme de question-réponse qui permette de bien clarifier les choses.

Ce qu’explique l’auteur, c’est que notre identification au mental amène la pensée à devenir compulsive. Nous ne nous en rendons pas compte parce que presque tout le monde en est atteint : nous en venons à la considérer comme normale. C’est cet incessant bruit mental qui empêche de trouver le calme intérieur.

Ce bruit crée un faux moi érigé en ego qui projette une ombre de peur et souffrance sur tout. Descartes croyait avoir découvert la vérité avec sa célèbre maxime « je pense donc je suis ». Il venait en faite de formuler l’erreur la plus fondamentale, celle d’assimilé la pensée à l’être et l’identité à la pensée. Presque tout un chacun vit dans un état d’apparent division, dans un monde qui reflète la division du mental. La paix est un état d’unité avec l’être.

Quand il nous arrive de lâcher-prise devant la beauté d’un paysage, l’activité du mental cesse alors, on peut ressentir cet état de paix. Cela ne dur pas longtemps avant que l’incessant manège des pensées reprennent alors le dessus.

Eckhart Tolle explique la façon de reprendre peu à peu conscience de ces phénomènes, de créer une distance de façon à ne plus être collés dedans. Voici un extrait du livre qui explique très précisément cela :

« Quand vous observez une pensée, vous êtes non seulement conscient de celle-ci, mais aussi de vous-même en temps que témoin de la pensée.

A ce moment-là, une nouvelle dimension entre en jeu. Pendant que vous observez cette pensée, vous sentez pour ainsi dire une présence, votre moi profond derrière elle ou sous elle. Elle perd alors son pouvoir sur vous et bat rapidement en retraite du fait que, en ne vous identifiant plus à elle, vous n’alimentez plus le mental. C’est le début de la fin de la pensée involontaire et compulsive.

Lorsqu’une pensée s’efface, il se produit une discontinuité dans le flux mental, un intervalle de « non-mental ». Au début, ces hiatus seront courts, peut-être de quelques secondes, mais ils deviendront peu à peu de plus en plus longs. Quand ces décalages dans la pensée se produisent, vous ressentirez un certain calme et une certaine paix. C’est le début de votre état naturel de fusion consciente avec l’être, qui est généralement obscurcie par le mental. Avec le temps et l’expérience, la sensation de calme et de paix s’approfondira et se poursuivra ainsi sans fin. Vous sentirez également une joie délicate émaner du plus profond de vous, celle de l’Etre. »

Voici cet enregistrement pour illustrer :

Sortir de votre histoire personnelle par Eckhart Tolle

J’espère que cet article vous sera utile. Je vous recommande de lire ce livre si vous souhaitez en savoir plus, pensez-vous qu’une chronique du livre sur le blog puisse être utile ? Si c’est le cas, faite le moi savoir dans les commentaires.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !