Leçon de méditation par Matthieu Ricard

Je voulais faire un article sur “pourquoi méditer ?” et tout ce que l’on peut attendre de la méditation comme c’est important de savoir pourquoi pratiquer en donnant un sens à ses efforts. J’ai trouvé cette excellente vidéo de Matthieu Ricard qui explique très bien les choses. Merci à Matthieu Ricard pour ces explications très claires. Comme la vidéo est uniquement en anglais, j’en ai fais le résumé en dessous.

L’art de la méditation par Matthieu Ricard.

Beaucoup de gens pensent que la méditation n’est pas quelque chose d’important dans notre vie. Le mot en lui-même est associé à de nombreuses idées exotiques. Alors on se dit pourquoi prendre 20 minutes de sa journée juste pour se regarder le nombril au lieu de faire quelque chose d’autre de plus utile. Ou tout du moins quelque chose que je « dois faire », que j’ai besoin de faire.

Il y a également beaucoup de cliché concernant la méditation, certains imaginent qu’il s’agit de faire le vide et de se relaxer. Comme si la méditation était une session de relaxation pour se débarrasser de son stress. La question est donc: “Pourquoi méditer? Quel est l’intérêt de pratiquer?”.

Lorsque l’on naît dans ce monde, nous n’avons aucune compétence particulière donc on s’entraîne beaucoup pour en développer comme jouer du piano, devenir athlète. On perçoit le potentiel en nous en répétant les efforts et tous les bénéfices que l’on va en retirer avec le temps. Mais d’une façon bizarre, nous assumons que nos qualités humaines de base telle que l’amour, la compassion, l’équilibre émotionnel, la résilience vont apparaître à leur niveau optimal sans aucun effort.

On peut jouer du piano sans n’avoir jamais pratiquer, on peut également courir un marathon en débutant la course à pied. Cela est possible mais le résultat sera très loin du potentiel que nous avons en nous. Le résultat ne sera que 10% de ce potentiel. C’est la même chose avec notre mental et le drame est que sous-estimons notre pouvoir de transformation de l’esprit.

Pourquoi devrions-nous nous préoccuper pour développer les 90 % restant de notre potentiel ? Je ne connais personne qui peut dire: “Je ne changerais absolument rien dans ma vie, tout est déjà fantastique”. Si c’est le cas, est-ce vraiment réel? Comment pouvons-nous dire qu’il n’y aurait pas quelque chose de plus optimal? Un état normal ne veut pas dire optimal.

Certaines personnes répondent que les crises de jalousie, de colère font parti de la richesse de la vie, des différences avec les autres. Etre plongée pendant 3 jours de bonheur serait ennuyeux comme cela serait toujours pareil alors que les différentes intensités émotionnelles sont la vie.

Honnêtement, personne ne se lève le matin en se disant: puis-je être malheureux le reste de ma journée, le reste de ma vie. Notre aspirons à nous libérer des souffrances et à vivre heureux. Pour cela, il y a certaines conditions extérieures et intérieures. Mais si on ignore la façon dont notre mental expérimente cela, la façon dont notre esprit transforme parfois les conditions extérieurs en mal-être. On peut se sentir misérable dans un lieu paradisiaque, ou joyeux même pendant des circonstances difficiles. Nous savons cela mais on ne fait rien pour l’améliorer.

Si la question est de savoir si nous pouvons réellement changer? Si tout ne serait pas une question de génétique, de notre passé, des circonstances de notre vie et qu’il n’y aurait qu’une faible marge de manœuvre pour changer.

La réponse est que oui, les émotions afflictives telles que la jalousie, la colère, les désirs obsessifs font partie de la nature humaine. Cependant, nous avons en tant qu’être humain cette qualité essentielle qu’est la conscience. La réalité nous apparait à travers un schémas cognitif qui va nous la faire percevoir d’une certaine façon. C’est ce qui amène les constructions mentales, les croyances limitantes.

La notion fondamentale d’entrainement de l’esprit amène à modifier la façon de percevoir les choses et tout ce qui entraine les croyances, les limites internes. L’entrainement consistera donc à modifier la façon dont nous expérimentons les choses.

Quand on explique cela au gens, ils n’aiment pas l’idée qu’on puisse contrôler l’esprit, ils veulent être libre. Est-ce qu’être libre signifie faire tout ce qui vient dans notre esprit? Nous sommes alors plutôt l’esclave de toutes ses pensées. La véritable liberté est d’être maître de son esprit, de pouvoir aller dans la direction choisi sans être détourné par toutes ses pensées.

Quand on démarre la méditation, notre esprit est tel un singe qui se débat dans tous les sens. Imaginez un singe attaché par plusieurs cordes, Vous voulez alors le libérer mais il est tellement agité qu’il est impossible de défaire un seul nœud. Il faut que le singe se calme un minimum pour pouvoir commencer à détacher le premier nœud. Quelque soit ce que vous voulez cultiver grâce à la méditation, que ce soit la compassion, l’équilibre émotionnel, la compréhension des émotions. Dans tout les cas, vous avez besoin d’un minimum de calme intérieur, de stabilité et de clarté.

Méditer ne consiste donc pas à faire le vide, cela ne marchera pas de toute façon mais d’atteindre un minimum de calme intérieur pour cultiver quelque chose. Méditer signifie s’habituer à la façon dont fonctionne notre esprit, à cultiver nos qualités du cœur.

Il y a des techniques basiques basé sur l’attention pour acquérir cela.Une technique très simple est de choisir un support d’attention qui soit suffisamment stable même lorsque vous serez distrait. Cela peut-être l’entrée et la sortie d’air au travers de nos narines. Le but est devenir conscient de sa respiration. Quand vous serez distrait, revenez simplement à nouveau sur la respiration.C’est un excellent exercice pour augmenter sa capacité de concentration, de pleine conscience  et de ce qui se passe à chaque instant.

Une fois acquis certaines compétences, on peut en développer d’autres comme gérer des émotions négatives, développer un sentiment d’amour inconditionnel pour une personne qui nous est chère et ainsi de suite… Le fait de pratiquer pendant 20 minutes au lieu de 15 secondes amènera un bien meilleur résultat exactement comme le fait de jouer au piano pendant 20 minutes sera bien meilleur que seulement 5 minutes par jour.

Le fait de pratiquer régulièrement apportera de grands changements au fil du temps. La neuroscience parle de la neuroplasticité, c’est à dire qu’en démarrant quelque chose de nouveau puis en le répétant mainte fois. Cela amène des changements dans les connexions établis dans notre cerveau. En méditant, vous pourrez observer des changements dans votre état d’esprit, votre niveau de stress et la qualité de votre système immunitaire.

Pour cela, ce qui fera la différence sera la régularité comme le fait d’arroser une plante chaque jour pendant un mois pour la voir évoluer. Cela peut sembler ennuyeux mais il s’agit d’un processus.

Habituellement, quand nous sommes pris dans une colère, nous ne faisons plus qu’un avec elle. En devenant conscient de ce qui se passe comme le serait une personne extérieur, on n’alimente plus le feu. En étant conscient de la colère qui monte, on n’est plus en colère et le “feu” s’éteint plus facilement et disparait de lui-même. Petit à petit en n’alimentant plus ce processus, il apparait de moins en moins souvent et sera de moins en moins intense. On peut même imaginer un moment ou cela ne fasse plus du tout parti de notre carte mental. C’est cela le pouvoir de transformation apporté par la méditation, cela n’a rien à voir avec des expériences mystiques .

Les gens disent souvent qu’ils n’ont pas le temps. C’est comme allé chez le docteur, recevoir ses instructions pour guérir et lui dire “je n’ai le temps, j’ai pleins de choses à faire,je le ferais quand tout ira bien”. C’est pourtant le moment ou cela est nécessaire. 20 minutes par jour d’entrainement valent la peine afin d’améliorer la façon de vivre pendant les 23H40 restante de la journée. L’erreur serait de sous-estimer le pouvoir de transformation de l’esprit.

En étant trop préoccupé et vulnérable, la tendance est de se replier dans sa bulle égotiste et vouloir se protéger de tout. En augmentant sa confiance, on n’est plus indifférent mais ouvert aux autres. Il n’y a plus se sentiment de vulnérabilité. L’altruisme et la compassion élimine la peur, cela vient de la réalisation que quelque soit les évènements, tout ira bien. De cette façon, il est facile d’avancer et d’être au service des autres d’une bien meilleure façon.

Merci une nouvelle fois à Matthieu Ricard pour cette vidéo. J’espère que cet article vous sera utile ;)

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !