La méditation est-elle une technique de relaxation ?

Sur internet, la méditation est souvent présentée comme une technique de relaxation. En méditant, on en oublierait les problèmes par le vide et l’absence et pensées puis on se sentirait bien. J’aimerais donc faire un point sur ces idées qui ne me semblent pas correspondre à la réalité.

1) La méditation est un processus de transformation, pas un antidouleur ponctuel :

spirale @ Groume

Quelque soit la méthode où la tradition, la méditation est avant tout un processus de familiarisation avec les pensées, les émotions, les sensations et tout ce qui s’élève dans le champ de conscience. L’exercice consiste à développer sa concentration en focalisant son attention sur un point fixe.

Attention avec les mots puisqu’il ne s’agit pas d’être très intensif en bloquant tout ce qui peut s’élever. Vous observez simplement sans vous impliquer. Parfois c’est agité, parfois c’est calme, parfois des choses anciennes remontent à la surface. On regarde à chaque fois comme si on était un témoin extérieur sans être trop intense. Bruno Lallement parle de 25% d’attention sur le souffle pour avoir un fil conducteur stable et le reste pour observer. Il s’agit d’un équilibre à trouver, pour ne pas bloquer ce qui s’élève et en même temps avoir une certaine vigilance pour garder son positionnement de témoin sans ce faire entraîner dans le ressenti.

Dans le Bouddhisme, il y a une belle histoire qui illustre bien cela. C’est quand Bouddha explique à un musicien comment obtenir le meilleur son de son instrument. Il faut ni que la corde soit trop tendu sinon elle casse, ni qu’elle soit trop peu tendu pour pouvoir produire le son. C’est en pratiquant que vous trouverez le bon positionnement.

La méditation formelle assis sur une chaise où sur un coussin sans être dérangé est là comme un cocon protecteur, pour faciliter l’entrainement et pouvoir reproduire cela dans la vie de tous les jours. Donc à quoi bon être très intense sur le coussin en faisant le vide si c’est pour se faire engloutir après la pratique quand la vigilance sera relâchée, faute de pouvoir maintenir sur la durée une telle intensité.

La méditation dans son apprentissage est comme un cours d’anglais où on y va par petite touche, en augmentant la difficulté au fur et à mesure. En anglais, on va faire un exercice de grammaire, on va écouter un audio, on va mémoriser du vocabulaire. La finalité n’est pas d’être bon pour être bon, mais c’est bien de pouvoir communiquer avec des anglophones et vivre avec eux sans la barrière de la langue. La méditation formelle à le même rôle d’entrainement, on fait des exercices dont la finalité sera de pouvoir savourer la vie à sa juste valeur sans être englouti par une peur, une forte émotion, une angoisse réveillé par un évènement extérieur et avancé sur des projets qui tiennent vraiment à cœur.

Relaxation

On est loin de mon point de vue de la technique relaxante présentée sur certains sites. Quand on prend un médicament, l’effet relaxant est immédiat puis une fois cet effet passé, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Le médicament se contente de transformer la chimie dans le corps. La méditation transforme sa perception sur le monde et les ressenties en prenant conscience de phénomènes que l’on ne voyait pas avant. On voit par exemple « tiens là j’ai ce blocage », « tiens, j’ai ses sensations qui sont associé à cette personne », je comprends mieux mes réactions, je comprends mieux pourquoi je n’arrive pas à faire ça, etc. On voit au fur et à mesure des choses qu’on ne voyait pas avant. Au même titre qu’un serrurier qui a appris précisément les mécanismes des serrures ne voit pas une porte du même œil que nous, il voit de nombreux détails dont on ignore l’existence.

La méditation peut donc être plaisante mais pas forcément, tout comme l’anglais peut être plaisant mais pas forcément et pas toujours. Ce qui va faciliter les choses pour aller au delà de ce niveau, c’est de donner du sens à sa pratique, de savoir vraiment que c’est ce que l’on veut et pourquoi on fait tous ces efforts. Sans cela, il y a de grandes chances pour que ce soit l’abandon dès les premiers obstacles rencontrés, quand la relaxation ne sera pas au rendez-vous si c’est ce qu’on vous a promis.

2) Maintenant voyons les choses au niveau de la pratique en elle-même.

Ceux qui méditent comprendront, sinon vous allez comprendre en pratiquant. Méditer, c’est apprendre à utiliser notre capacité de conscience pour voir ce qui s’élève dans le champ de conscience. Parfois ce qui s’élève est très désagréable à vivre et pourtant ça ne change rien à l’exercice de concentration, on observe simplement. Parfois ce qui s’élève est désagréable, cela ne change rien non plus à l’exercice qui est de juste regarder comme un scientifique qui observe avec l’intention de comprendre. Il ne recherche rien de particulier, il voit et il apprend. En se sens, je ne crois pas que l’on puisse dire que la méditation est un exercice de relaxation pour se sentir bien.

Meditation-interieur

Le fait d’observer, de ne pas suivre les pensées va en effet entrainer une certaine relaxation en étant plus proche du lâcher prise, en laissant les choses telles qu’elles sont mais c’est important de ne pas s’attacher à ce résultat où bien à ce qui « devrait » se produire. Sinon, c’est la meilleure façon de créer une tension et d’empêcher la paix intérieure de se produire à nouveau. Rappelez-vous la traduction de la vidéo de Zachoeje Rinpotché.

« Vous ne pouvez pas créer le bonheur. Il n’y a aucun chemin vers le bonheur. Le bonheur en lui même est le chemin. » Il en est de même pour la recherche de relaxation en méditant.

Maintenant que vous avez lu cet article, vous pouvez comprendre sur le plan intellectuel mais cela ne remplacera jamais la pratique formelle et le vécu. Quand arrivent les difficultés, quand on est traversé par des choses très désagréables vient alors le moment de vérité pour mesurer ses progrès et tout le chemin qu’il reste à parcourir pour sortir de ses petites histoires, de toutes ses illusions qu’on prend pour la réalité. Tout le reste n’est qu’agitation intérieur, rien de plus.

J’espère que cet article vous aura été utile pour y voir plus clair. N’hésitez pas à ajouter un commentaire où à partager cet article ;) Au plaisir !

creativecommonsbigCrédit photos dans l’ordre d’apparition: GroumeKatrina BowmanDonatas Grinius

18 thoughts on “La méditation est-elle une technique de relaxation ?

  1. Bonjour Jonathan

    Merci pour cet article, j’ ai bcp aimé… Trés interessant et comme dit toujours Bruno Lallement, IL FAUT PRATIQUER, sinon rien ne changera…… ( tiens d’ ailleurs faut que je m’ y remette, ) abientot

    1. Salut Fabien,

      Content que l’article te plaise, maintenant à toi de jouer pour mettre tout ça ne pratique, leçon après leçon. Avec la méditation tu peux pratiquer tout le temps, il suffit d’observer ce qui se passe. Tu n’as rien besoin d’autre que ta respiration ;) Mais je reconnais que de prendre le temps de faire la leçon dans son petit cocon facilite les choses comme c’est moins difficile. A+

  2. Bonjour Jonathan

    « C’est dans la tempête que l’on reconnaît les bons marins » dit l’expression populaire.
    Voilà qui décrit parfaitement l’état de la personne qui Pratique la Méditation et non pas la relaxation.

    En effet Jonathan la bonne pratique de la méditation augmente le potentiel à accepter les pires situations.
    « ce n’est pas le problème mais la façon de le voir »
    Jean Claude

    1. Merci Jean Claude pour ces 2 citations. Je suis absolument d’accord avec toi.
      Cela rejoint l’importance de s’entraîner quand la mer est calme et ne pas décider de s’y mettre en pleine tempête car ça risque d’être le naufrage.
      A+

  3. Bonjour,

    Il est vrai que la relaxation est une conséquence accessoire de la méditation. Même si ce n’est pas le but recherché, c’est quand même sympa à vivre.
    La méditation a pour but principal de « voir » la saisie du monde opérée par l’ego. Tout ce qui existe est immédiatement, dès qu’il y a contact avec les sens, interprété et dénommé, apprécié ou rejeté en fonction du j’aime-j’aime pas. C’est réflexe, c’est conditionné.

    Or, le monde est ! point. Il n’est indispensable d’interpréter les choses que s’il est utile de le faire pour les raisons essentiellement pratiques qui président au quotidien.
    La méditation est donc la marche vers ce « lâcher-prise », cet arrêt de la saisie. On apprend à laisser aux choses leur liberté d’être et par là-même, on devient libre aussi.
    Bonne journée.

    La méditation est donc longue et difficile parce qu’il s’agit de se déconditionner de nos vieilles habitudes.

    1. Merci Vincent pour le commentaire et le beau style d’écriture dont toi seul à le secret ;)
      Ton message me parle comme dans la vie quotidienne, on va s’appuyer sur la façon qu’à notre ego d’interpréter le monde pour prendre nos décisions et ainsi répéter les mêmes schémas, les mêmes mémoires remontant à la surface provoquant les mêmes résultats. J’essaye de voir le monde comme un flux d’expérience qui se déroule.
      C’est très concret quand on apprends quelque chose de nouveau, au lieu de réagir sur le fait que le résultat nous plaise où pas, d’avoir peur de se tromper. On teste et on voit, on re-teste et on voit. Ca a un côté scientifique sympa qui regarde juste le résultat des expériences ;) Ramenez-moi si je me suis égaré lol

  4. Bonjour Jonathan,

    Beaucoup de personne confondent effectivement méditation et relaxation. Alors que le mot qui se rapproche le plus de méditation est le mot concentration.
    Merci pour ton excellent article qui démontre bien cette différence fondamentale. L’objectif est complétement différent.
    J’en parle d’ailleurs dans cet article au titre volontairement provocateur
    http://www.toujours-positif.com/serenite/la-meditation-est-un-effet-de-mode

    Amicalement
    Christian

  5. Bonsoir Jonathan,
    je vois la méditation comme des gammes.
    Lorsque viennent les vrais remous émotionnels,
    c’est là qu’on sait si notre pratique a donné des fruits
    à la façon dont on peut les traverser sans se faire
    submerger!

    1. Merci Hannah pour ton commentaire que je partage. On en arrive presque à remercier pour ces bourrasques émotionnelles qui permettent de voir où on en est vraiment. C’est bon signe de ne pas vouloir absolument les éviter !

      Il me semble que tu es en Thailande donc profite bien de ce pays. J’y serais moi aussi en début d’année prochaine, je te recontacterais peut-être à l’occasion si j’ai besoin d’infos. A+

  6. Salut Jonathan,

    Tout à fait d’accord avec toi. La relaxation est une forme de résultat suite à notre pratique mais elle n’est pas indispensable ! Il faut cultiver l’attention. Comme tu dis, il ne faut pas vouloir à tout prix obtenir ce résultat ! cela apporterait des tensions inutiles. Nous devons trouver le juste milieu et on parle alors de  » l’effort juste » du noble octuple sentier. Avec la pratique, on apprend à structurer sa méditation afin de nous amener progressivement à notre niveau de samadhi (concentration) tout en observant nos éventuelles « bourrasques » intérieures…..

    Bye

  7. Je suis nouvelle, et ce que vous dites, si j’ai bien compris, c’est de regarder sans se laisser envahir par des sentiments désagréables les évenements de notre vie qui ne nous plaisent pas en fait c’est de devenir insensible? J’ai,du mal à comprendre. Pour les évenements heureux, est-ce la même chose. C’est vrai lorsque l’on est moins sensible, on souffre moins. C’est vrai qu’en ce qui me concerne je me laisse envahir par des sentiments négatifs, mais j’ai du mal à lacher prise, sous mes apparences souriante, plein d’énergie, je souffre, j’angoisse, mais jamais eu à faire à de la chimie. Je cherche une solution.

    1. Bonjour Martine ;
      en attendant que Jonathan te répond, je voudrais
      te proposer un extrait de « L’art de la méditation  » de
      Mathieu Ricard.
      « Il existe de nombreux clichés concernant la méditation.
      La façon de gérer les pensées , ne consiste ni à les
      bloquer ni à les nourrir indéfiniment, mais à les laisser
      survenir et se dissoudre d’elles-mémes dans le champ
      de la pleine conscience de sorte qu’elles n’envahissent
      pas notre esprit .
      Une vie bien remplie n’est pas faite d’une succession
      ininterrompue de sensations plaisantes, mais d’une
      transformation de la manière dont nous comprenons
      et traversons les aléas de l’existence.
      L’entrainement de l’esprit permet non seulement de
      remédier aux toxines mentales, mais aussi d’acquérir
      une meilleure connaissance de la façon dont l’esprit
      fonctionne et une perception plus juste de la réalité.
      C’est cette perception plus juste qui nous permet de
      faire face aux hauts et aux bas de la vie en sachant
      tirer d’eux un enseignement profond .

      Bonne lecture

      1. Bonjour Martine,

        Déjà, je remercie Gabriella qui a très bien répondu. Je crois qu’il n’y a qu’une seule solution devant la difficulté à lâcher-prise, c’est la pratique. Je comprends qu’on a envie de se transformer, cela demande du temps et des efforts. Il n’y a pas de techniques miracle.
        Je peux vous garantir des changements si vous persévérez dans le temps mais sans cela les mêmes causes produiront les mêmes effets.
        La souffrance, l’angoisse est le lot de tous. Ce qui va faire la différence, ce sera la façon de l’accueillir, de le vivre. Arriver au point de se dire tient j’angoisse mais ce n’est pas grave, ça passera. En lisant cela, c’est sympa sur le papier puis on se fait attraper. La seule façon d’en sortir, ce sera la pratique, l’entrainement et rien d’autre pour être observateur et non pas celui qui vit l’angoisse. Pour moi également, cela demande du temps mais je ne vois pas d’autres solutions. Un médicament va modifier la chimie du corps mais en rien transformer notre façon d’accueillir ses ressenties.

        On ne devient pas insensible puisqu’on vit ses émotions mais celles-ci ne nous emportent pas. Bon courage pour la suite et surtout bonnes fêtes de fin d’années !!!!

  8. Bonjour Jonathan,

    Des images très parlantes qui nous font bien ressentir ce que tu penses, bien joué :)

    Je pense qu’il y a 2 phases avec la méditation. La phase court terme où cela permet de se reposer et donc de se sentir apaisé. La seconde est de comprendre certains mécanismes qui vont nous pousser à adopter une attitude plus appropriée dans la vie, notamment par rapport à nos valeurs et à ce vers quoi on veut tendre.

    A bientôt.
    Dorian

  9. Excellent article. Pour ma part, j’utilise plutôt l’hypnose pour me relaxer. C’est plus simple et d’ailleurs, il en existe en format MP3 que je peux écouter à tout moment.

Comments are closed.