La méthode Sedona

Je vous explique souvent l’importance de nourrir votre cerveau avec des choses de qualité, c’est ce que je fais avec la lecture du livre « La méthode Sedona ». Ce livre apporte de très bonnes pistes pour se libérer de ses pensées et de ses émotions. Voici donc pour vous l’essentiel dans cet article : 

Première piste, choisissez le lâcher-prise :

Ce premier moyen de libération est celui qui est le plus souvent associé avec la méthode Sedona. Il se compose de trois questions de base :

  • « pourriez-vous lâcher-prise ? »,
  • « voulez-vous lâcher-prise ? » et
  • « quand ? ».

Vous répondez à la première question et vous passez à la suivante chaque fois que vous êtes aux prises avec de fortes émotions ou une situation délicate.

Nous oublions la plupart du temps qu’une émotion n’est pas ce que nous sommes, c’est juste un événement temporaire qui ne fait que passer et qui ne durera pas.

L’analogie utilisée par Hale Dwoskin dans le livre est celle de saisir fermement un stylo pendant si longtemps que nous oublions que nous ne sommes pas ce stylo puis à tout moment, vous pouvez toujours le laisser tomber. Notre capacité à laisser tomber ce stylo démontre notre capacité à laisser tomber une émotion de la même façon.

Cela fonctionne très bien avec une irritation mineure, ou quand j’ai conscience que je veux quelque chose qui est impossible, comme changer le passé.

La chose à retenir pour vous libérer d’une émotion, c’est qu’une non-réponse est parfaitement acceptable. Vous n’avez pas besoin de vous battre avec la situation. Souvent, vous serez libéré juste en étant honnête, en reconnaissant que vous pouvez choisir le lâcher-prise dans cette situation. Vous réaliserez que vous n’êtes plus à la merci de ce que vous ressentez.

Deuxième piste, accueillez :

Vous connaissez sans doute le dicton « ce à quoi vous résistez, persiste ». La vérité est que nous ressentons beaucoup de pensées et beaucoup d’émotions chaque jour. Les seuls qui s’éternisent et deviennent problématiques sont celles auxquels nous résistons. Les pensées et les sentiments se déplacent sans effort si on les laisse passer. Il suffit d’observer comme quand vous méditez toutes les pensées que vous avez pendant une activité (la conduite par exemple), vous en avez probablement des milliers. Mais en accueillant une pensée ou un sentiment, il passera naturellement tout seul.

Lorsque vous êtes assis dans une réunion ou au téléphone, vous pouvez simplement remarquer une émotion passer, vous ouvrir à elle pour l’accueillir sans perdre la concentration sur ce que vous faites pour y revenir très rapidement. En vous permettant de vous inquiéter (si c’est cela qui s’élève à votre conscience) la résistance se dissous et l’expérience se termine. À l’inverse, c’est le fait de porter toute votre attention en rejetant l’émotion qui va la faire durer !

Troisième piste, plongez dans la position de l’observateur :

Une des idées fausses les plus courantes sur les émotions est que si vous allez profondément en elles, vous serez dépassé et vous serez coincé pour toujours. L’idée au contraire ici est que si vous plongez profondément dans n’importe quelle émotion, elle va se dissoudre complètement. Vous verrez qu’il n’y a rien de solide ou de permanent, ce ne sont que des sensations physiques accompagnées d’images visuelles qui apparaissent dans votre esprit, rien de plus.

Hale Dwoskin l’auteur le décrit très bien ainsi :

« Dans mon expérience, chaque émotion, chaque problème, est comme une bulle de savon. Et quand vous mettez votre doigt dans une bulle de savon, que se passe-t-il ? Elle éclate et disparaît.  Eh bien, c’est la même chose lorsque vous déplacez votre conscience au cœur d’une émotion, elle va se dissoudre.

La raison pour laquelle c’est aussi puissant est que toute notre agitation est toujours à la surface. Nous sommes un vaste océan de conscience, et même pour un océan classique comme l’Atlantique, il pourrait y avoir un typhon ou un ouragan en surface mais si vous allez 20 ou 30 mètres sous la surface, tout est calme.

C’est exactement la même chose pour nous. En surface, nous pouvons traverser un ouragan émotionnel, mais si vous allez un peu plus en profondeur, vous verrez le calme qui est toujours présent. C’est juste que nous perdons contact avec les profondeurs dès qu’un tourment s’agite en surface. »

Quatrième piste, la libération holistique :

Cette libération est basée sur l’idée que tout ce qui surgit dans la conscience, repose sur la dualité. Nous ne pouvons pas avoir le bon sans mauvais, le juste sans le faux. La plupart du temps, nous passons notre vie à essayer de garder un aspect de quelque chose et de nier que l’autre extrême puisse exister. Hale Dwoskin dit que c’est comme essayer de séparer les 2 côtés d’une même pièce de monnaie, l’une n’existe pas sans l’autre.

Dans le processus de libération holistique, nous nous permettons d’aller et venir entre deux sentiments opposés jusqu’à ce que nous nous sentions neutres. Avec certaines choses cela pourra venir sans effort (aimer votre travail / détester votre travail). Avec d’autres choses, cela pourra être plus difficile (se sentir stupide / se sentir intelligent) mais si vous vous permettez de vivre les deux opposées même un peu, vous serez surpris de voir la façon dont les résistances peuvent se dissoudre facilement.

Assurez-vous de prendre le temps dont vous avez besoin pour ressentir les deux extrêmes lorsqu’une résistance arrive et de continuer jusqu’à ce que vous vous sentiez neutre. Pour certaines résistances, vous pourriez passer 2 ou 3 secondes de chaque côté, pour être ok avec les 2 possibilités. Pour d’autres questions, vous pourriez avoir besoin de plus longtemps.

Vous avez maintenant 4 excellentes pistes à creuser pour vous aider à vivre sereinement. Si vous avez apprécié cet article et que vous souhaitez aller plus en profondeur pour vivre en paix quoi qu’il arrive, vous pouvez rejoindre le programme de méditation que j’anime au quotidien. Pour cela, vous n’avez qu’à cliquer sur l’image juste en dessous. Au plaisir de vous accueillir et excellente journée.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !