*Podcast + photos: Je vous raconte ma retraite vipassana de 10 jours

Découvrez dans cet article podcast mon retour d’expérience tout frais puisque je suis sorti de retraite seulement hier matin. Je vous ai également ajouté des photos pour vous mettre dans l’ambiance. Vous verrez tous les bénéfices que l’on peut tirer de cette expérience.

Cliquez sur « download » pour télécharger le fichier audio.

Voici quelques photos du centre pour vous mettre dans l’ambiance de cette retraite réalisée dans le silence, coupée des distractions habituelles du monde.

– Quelques photos du centre :

DSCN0056 DSCN0057 DSCN0058 DSCN0059 DSCN0061

– Mon espace dans le dortoir avec le juste nécessaire sans superflu inutile :

DSCN0068

– Le hall de méditation où j’ai passé de très longues heures ! Ici il n’y a que quelques cousins comme tout était rangé, nous étions 120 pendant la retraite. Je laisse imaginer l’énergie qui s’en dégageait. Encore plus à la toute dernière méditation sur la compassion pour partager pour les bienfaits de la retraite avec le monde.

DSCN0060 DSCN0064 DSCN0069

Mon ami Mathias, psychologue à Paris dont j’ai pu souvent admirer le dos pendant 10 jours comme il était juste assis devant moi. J’aurais peut-être l’occasion de vous le présenter sur le blog comme on a déjà prévu de nous revoir.

DSCN0083

Et vous, est-ce que vous seriez prêt à une telle aventure dans votre vie ? Laissez un commentaire pour partager votre opinion juste en dessous. 

Transcription texte du fichier audio :

Bonjour tout le monde. Ravi de vous retrouver dans ce nouveau podcast dans lequel je souhaite vous parler de ma toute 1ère expérience d’une retraite de 10 jours, d’une retraite Vipassana. Comment est-ce que ça s’est passé pour moi ? Qu’est-ce que ça a pu m’apporter ? Je vais vous parler de mon expérience pour que vous à votre tour vous puissiez en tirer des bénéfices.

Tout d’abord, sachez que cette retraite s’est passée dans le silence pendant 10 jours. Sans distraction, sans internet, sans téléphone, sans la télévision. C’est un grand changement. Ça permet de travailler dans des conditions idéales parce qu’on peut voir à ce moment-là un petit peu le fonctionnement de notre mental qui tourne en boucle de façon compulsive. Ce n’est pas différent de d’habitude. La grande différence c’est qu’on le voit. On le voit vraiment. On ne peut pas s’échapper parce qu’on est dans des conditions où tout est mis en œuvre pour qu’on puisse avancer. Déjà ce n’est pas une expérience agréable à vivre dans le sens où il y a des choses qui remontent à la surface, des choses désagréables, mais c’est très positif. Ça nous fait grandir dans le sens où ces choses-là de toute façon il fallait bien qu’elles remontent un jour. La retraite c’est l’occasion idéale, parfaite, pour faire remonter ça à la surface et enfin de ne plus y réagir. Ce qui est formidable dans cette retraite, c’est qu’à la différence où quand on lit, quand on apprend on fait tourner l’intellect. Ce sont des choses qui se passent dans notre tête. Là, quand on parle d’équanimité, quand on parle d’impermanence, dans les conditions d’une retraite, on le vit concrètement dans son corps, dans sa chair puisqu’on le ressent concrètement. Quand on parle d’impermanence, on le voit très bien le mental qui n’arrête pas. On a une idée géniale, extraordinaire, mais ça ne durera pas. Au contraire, on est perdu, on ne se sent pas bien. Ça aussi ça ne durera pas. On le voit très clairement. Ce n’est pas de l’intellect, ce n’est pas quelque chose de réfléchi, c’est quelque chose que vous voyez se dérouler concrètement. C’est pareil avec l’équanimité. J’en parlais déjà sur le site, mais ça reste souvent un truc intellectuel. On a bien compris qu’il était important de ne pas réagir, de ne pas donner plus de poids à ce qui était agréable ou à ce qui était désagréable. Là on le vit. Là vous êtes assis pendant de nombreuses heures tout au long de la journée. Vous voyez très bien qu’il y a des douleurs qui se manifestent. C’est une très belle expérience parce que ça demande beaucoup de courage, une sorte de volonté du cœur, de détermination pour simplement regarder ça et ne pas se débattre, ne pas y réagir. Habituellement, dès qu’on a un petit bobo, dès qu’on a un petit truc désagréable on veut s’en débarrasser et c’est sans fin. Là on y fait face. Là on regarde les choses telles qu’elles sont, sans rien rajouter de plus. C’est ça la grande différence. C’est ça qui change complètement les choses. Simplement, on ne réagit plus. L’enseignant le disait très bien, même si c’est agréable on ne s’y attache pas, ça passera, c’est impermanent, si c’est désagréable, c’est pareil on ne s’y attache pas, ça passera. Je n’arrivais pas à des moments à méditer, à faire l’exercice, je me disais que ce n’était pas grave, que ça allait passer. Ça passe toujours. Ça passe tout le temps. C’est ça qui est formidable, c’est qu’on vit les choses dans son corps, dans sa chair. Ce n’est pas un truc d’intellect. Habituellement, dans le quotidien, on ne s’en rend pas compte, mais on fonctionne en grande partie qu’avec la tête, la pensée, la réflexion. On anticipe, on imagine. Ce n’est que dans la tête. Là on sort de ça et on s’accroche à autre chose. Déjà on prend conscience de ça et on prend conscience du fonctionnement de son corps. Il se passe plein de choses dans le corps, en permanence, et qui sont très importantes. Des tensions qui ont besoin d’apparaitre à la surface pour se libérer et pour partir. Ces choses-là, surtout quand on est dans l’intellect, dans le mental, on anticipe, on prévoit des scénarios, ça ne se passe jamais comme prévu ou très rarement. Ça se passe quasiment tout le temps d’une façon différente, d’une façon non prévue. Pourtant on ne peut pas s’en empêcher, c’est compulsif, comme une personne qui a une addiction à la cigarette ou même tout bêtement vous mangez trop de chocolats ou n’importe quoi, et vous ne pouvez pas le contrôler. Là on le voit, ça devient incontrôlable. On comprend bien sur le plan rationnel l’intérêt qu’on aurait à y renoncer mais on n’y arrive pas. C’est là que la retraite est intéressante pour s’y confronter. Ça demande beaucoup de courage et les conditions idéales de silence, de ne pas avoir de distractions aident beaucoup et sont formidables pour ça, pour le vivre, pour simplement observer, simplement regarder les choses, et c’est vraiment une belle expérience pour ça. Désagréable sur le plan relatif, mais vraiment ô combien bénéfique, qui permet vraiment d’avancer parce qu’on voit des choses qu’on n’arrivait pas à voir. Quand on est dans l’intellect, dans la réflexion, on est dedans, on enchaine dedans. Là on passe à un autre plan en fait. Et c’est ça qui est formidable. J’ai vraiment un immense respect pour tous les grands méditants parce que souvent on a une idée un petit peu « la méditation, je vais être zen, ça va être cool ». Ce n’est vraiment pas du tout ça. Il faut beaucoup de courage pour affronter sa douleur, affronter sa peur, la regarder, l’observer, pas vouloir s’en débarrasser, simplement regarder ce qu’il se passe, observer, disséquer, laisser, ne pas réagir… et ça demande beaucoup de courage. On a mal, on a envie de se débattre, on a envie de bouger (d’ailleurs on bouge parfois) mais à nouveau ce n’est pas grave, on voit toutes ces choses. Au quotidien il se passe la même chose, dans notre vie quotidienne, mais on ne le voit pas. C’est sans fin. Ça se répète encore et encore. Là enfin on commence à y mettre un frein, à faire un petit pas dans une autre direction, et cette autre direction c’est laisser un peu la tête de côté et lâcher prise, laisser la vie faire les choses, nous amener ce dont on a besoin pour grandir, pour évoluer. Même si ça ne nous plait pas, c’est ce dont on a besoin. Le laisser, le laisser faire. Et c’est vraiment entrer dans cette dimension là ce que m’a apporté la retraite, vraiment le levier, pas que ce soit juste un truc d’intellect, un truc compris, un truc qui réfléchit dans la tête, mais le vivre, le vivre concrètement. Ce n’est vraiment pas facile. C’est loin d’être facile mais c’est ô combien salvateur, ô combien utile. Je vous assure. Vraiment. Il faut le vivre. A nouveau au moment où je parle, où je fais ce podcast, mon message c’est que vous le viviez à votre tour. Il n’est pas forcément besoin de faire une retraite. C’est quand même un gros truc. Au lieu de parler de méditation, allez méditez ! Au lieu de parler de gratitude, pratiquez la gratitude ! Au lieu de parler de je ne sais quoi, faites-le ! Au lieu de parler de natation, allez nager ! C’est ça l’idée. Et vous verrez ce qu’il se passe. Avec le mental, avec les idées, soit vous vous direz « je vais aller nager, ça va être comme ci, comme ça », tout un tas d’histoire, alors que vous plongez dans l’eau et vous regardez ce qu’il se passe. On apprend tellement mieux, on apprend tellement plus. C’est tellement plus fluide. En fait c’est ça, c’est fluide. Le mental se fait des idées qui ne correspondent pas à la réalité qui est trop complexe. Là on met les mains dans le cambouis, là on regarde concrètement ce qu’il se passe, comment les choses vont et c’est ça la grande différence, c’est ça qui change tout. A nouveau, quand on est dans le mental, dans les idées reçues, c’est là qu’on culpabilise, qu’on s’auto-flagelle, qu’on se dit que ça ne devrait pas être comme ça. Par exemple vous faites l’exercice de méditation, il y a trop de pensées, ce n’est pas grave, on regarde, on observe ce qu’il se passe, on revient sur le souffle… Je ne vais pas entrer dans les détails de l’exercice, il faut être dans les conditions de la retraite pour  le vivre parce qu’à nouveau ça va être un truc d’intellect, ça ne va pas beaucoup vous avancer. Quoi qu’il arrive, on observe, on regarde. Même pour les personnes qui ont fait la retraite, qui sont parties avant la fin pour une raison ou une autre il fallait qu’elles partent, mais à nouveau c’est une expérience. Même une personne qui aurait fait une journée ou je ne sais quoi, c’est une expérience. Tout ce qu’on fait nous permet de grandir, d’avancer. C’est le mental à chaque fois qui vient poser une barrière, qui vient dire à la personne qu’elle aurait pu faire 2 jours si elle a fait 1 jour, qu’elle aurait pu faire ci, qu’elle aurait pu faire ça. C’est vraiment ça qui nous complique la vie et pas autre chose. Là je parle de méditation, mais pour tout dans la vie, on apprend une activité, on a une idée dans notre tête et ça ne se passe pas comme ce qu’on a en tête, et c’est là qu’on est déçu, c’est là que les choses se tendent. Simplement, laissez les choses faire, c’est comme ça qu’on apprend, qu’on avance. J’avais prévu par exemple de vous faire une vidéo pour vous parler de ma retraite. L’appareil ne marche pas. Je me suis dit que ce serait l’occasion de faire un podcast. Au final c’est très bien parce que ça me permet d’expérimenter quelque chose de nouveau. Avant je me serais dit que ça ne marchait pas, que mon appareil était en panne, que c’était chiant parce que j’avais prévu de faire une vidéo pour parler de ma retraite. Ce n’est pas grave. On s’adapte constamment. C’est très bien comme ça, les choses sont très bien comme elles sont. C’est comme ça qu’on avance dans la vie, qu’on grandit sur notre chemin. C’est tellement plus simple, tellement plus salvateur. Mais à nouveau il faut le vivre, il faut sortir des mots, il faut sortir des pensées. Je ne dis pas que la pensée est inutile, ce n’est pas ça l’idée, mais la pensée seule c’est vraiment insuffisant, ce n’est vraiment pas ça qui vous amènera le changement. C’est de faire, c’est d’expérimenter, c’est de vivre, c’est ça qui amènera concrètement le changement. Tout bêtement, avec la nage, c’est de pratiquer la nage qui va vous permettre d’aller plus vite, que vous soyez plus à l’aise, de mieux connaitre les subtilités. Vous pouvez lire un libre, mais ce sera un complément. En fait, les choses vont de pair mais je ne vous le recommande pas parce qu’on est habitué depuis tout petit à analyser et à comprendre. Le curseur a été déplacé très loin dans cette direction-là. On peut mettre de côté. Ça a une utilité, mais tellement on le fait habituellement, tellement on est là-dedans depuis toujours, on peut laisser de côté, on peut vraiment lâcher pied pour aller vers le côté d’expérimentation, d’observation.

Donc c’est vraiment une excellente expérience cette retraite Vipassana de 10 jours. Je vous le recommande. Ça fait changer de paradigme. Comme le disait David Laroche « ça fait comme un saut quantique ». On change d’univers et on change de façon de voir les choses. Plein de choses qui n’étaient pas claires deviennent d’une évidence. Quand je vous parlais avant pour vous dire que tout vient de nous, qu’il faut travailler sur nous, que l’extérieur ce n’est vraiment rien, que l’extérieur ça fait ressortir ce qu’on est. Ça me parait d’une évidence. Avant j’essayais de me le dire, de me le répéter « travaille sur toi, c’est ça le plus important ». ça me semble d’une évidence maintenant. On change comme ça de paradigme. Au fur et à mesure qu’on avance sur son chemin on est prêt à prendre les leçons ou à ne pas les prendre, et c’est comme ça que les choses se font, c’est comme ça qu’on avance. C’est très simple au final. C’est très très simple.

J’ai été ravi de faire ce podcast. Si vous avez besoin d’infos sur la retraite, que vous voulez laisser un commentaire parce que vous aussi vous avez vécu une expérience similaire ou que vous avez envie d’échanger, vous pouvez le faire en laissant un commentaire dans l’article, en dessous de ce podcast. Je serai ravi de pouvoir vous lire, de pouvoir vous répondre. Au plaisir de vous retrouver. Ce sera soit un article, soit une vidéo, soit un podcast. Je n’ai encore aucune idée de comment ce sera, de quoi je vous parlerai exactement. Au plaisir de vous retrouver, de partager avec vous toutes les expériences que je peux vivre, que ça vous soit bénéfique. J’apprends des choses, je redonne, je partage, ça circule, c’est formidable comme ça. Passez une bonne journée. Au plaisir de vous retrouver et à bientôt.

30 thoughts on “*Podcast + photos: Je vous raconte ma retraite vipassana de 10 jours

  1. oui j’ai l’intention de le faire aussi… au même endroit que toi. Tout ce que tu pourras partager m’intéresse beaucoup. Merci.

    1. Super, profite-en si tu as des questions particulières pour que je te réponde mais tu verras que tout va bien se passer avec des gens géniaux à tes côtés ;)

  2. Coucou mon ami !

    En effet, ce fut une belle et profonde expérience au coeur du silence dans un cadre privilégié. Même si parfois nous traversons des tempêtes et une mer agitée au cours de cette aventure,quoi de plus merveilleux que de voyager dans cet océan trop souvent inexploré qu’est notre esprit.
    Merci pour le beau travail que tu réalises en transmettant ton expérience et tous ces « outils » pour mener une vie harmonieuse. Le bonheur se conjugue toujours dans le partage.
    Au plaisir de se voir bientôt, chaleureusement,Mathias.

    1. Voilà exactement, bien que le voyage fut chaotique, le plus important est d’arriver à bon port en ayant grandi et appris. Merci aussi à toi pour tout ce que tu transmets et au plaisir de te croiser très bientôt sur Paris, surement la semaine prochaine ou le premier week-end de Février.
      Ca serait sympa de t’avoir sur le blog. Laissons la vie faire les choses naturellement puis on verra bien ! Au plaisir.

  3. Coucou Jonathan,

    Bravo à toi pour cette expérience sans doute très enrichissante

    et merci pour les photos ainsi que le podcast.

    Peux-tu nous dire ce qu’il y a de différent entre cette retraite et celle de Bruno Lallement qui dure quatre jours.
    Quels sont les points différents, en, terme d’approche et d’ambiance.
    Laquelle as-tu le plus apprécié ?

    Au plaisir de te lire,

    cédric

    1. Super Cédric pour ta question comme j’avais fais fin octobre la retraite de 3 jours de Bruno Lallement. En fait, cela s’adresse à des publics différents mais dans les 2 cas on y apprends beaucoup de choses et on en sort grandi.
      Vipassana a un programme bien plus intense en méditation et fait passer un sale quart d’heure avec le silence et l’absence complète de distraction. Avec Bruno, c’est plus cool et on apprends beaucoup à son contact. Je n’ai au final aucune préférence comme dans les 2 cas, j’en garde un excellent souvenir. Il y a tant de belles expériences à vivre ;)

      1. Chouette !

        Je penses que je vais me laisser tenter par cette expérience très prochainement…
        ça fera du bien à mon mental inépuisable

        Il faut juste que je négocie un congé de 10 jours avec ma conjointe !

        à +

        1. Super par contre, je te le redis pour que tu le saches bien. Ne t’attends pas à une partie de plaisir comme tu seras bien confrontés avec tout ce qui était enfouies au fond de ton inconscient !!! Avec Bruno, c’est plus cool et les bénéfices sont différents.

          Pour t’inscrire, soit tu t’y prends bien à l’avance comme c’est de plus en plus prisé, soit tu peux t’inscrire en liste d’attente et avoir une place au dernier moment qui se libère. Voici la page pour t’inscrire : http://www.dhamma.org/fr/schedules/schmahi.htm

          Ca sera intéressant d’avoir ton retour d’expérience quand tu auras vécu cela ;) A+

  4. Salut Jonathan,

    Heureux que ta retraite t’ai apporté beaucoup de choses. J’ai déjà fait quelques WE de méditation Vipassana ici en Belgique.

    C’est vrai que la douleur est très présente au début. C’est la voie royale pour développer l’attention car cet objet de méditation est à disposition « facilement » (on va dire cela comme ça :)). L’ attention s’échappe moins facilement. On rentre dans une concentration très profonde.

    Heureusement qu’il y a des séances de marche pour se soulager. Elles sont aussi très importantes pour apprendre à méditer dans l’action.

    As-tu réalisé anicca dukka anatta ?

    1. Voila, il y a pas mal de pauses qui permettent de se reprendre. Dans le programme, la moitié des méditations peuvent se faire dans sa chambre donc cela aide pour s’asseoir et laisser le corps récupérer un peu.

      Tu sais, je crois qu’on ne réalise jamais totalement anicca dukka anatta, il y a des moments où on lâche prise et d’autres non. Cela demande une vie d’apprentissage pour grandir étape par étape !

      1. Je comprend ! si on pouvait réaliser complètement anicca dukka anatta, on deviendrait un être « éveillé ». La retraite permet d’avoir un aperçu de cet état.

        Il n’y avait donc pas de séances de marches ?

        1. Non, pas dans ce programme là. Il était possible d’aller marcher pendant les pauses mais ce n’était pas obligatoire. Je sais que c’est différent dans d’autres programmes avec plus de période de marche. Il en faut pour tous les goûts ;)

  5. bonsoir JONATHAN merci pour cette belle expérience il y a de cela je pense 3ou4ans en nouvelle calédonie me trouvent en vacance je devais faire cette retraite et je m’y été inscrite et cela sa ne ses pas fait je ne ses plus pour quelle raison j’en n’ai conclu que certainement je n’y été pas préte pour ce genre d’éxpérience mai cela reste toujour dans mon éspris je sui en nouvelle calédonie ou je sui dans ma famille je rentre en France le 12 mai merci de me communiquer des adresse ou ily a des retraite de vipassana en France je demeure prés de perpignan en France dans le 66000 merci d’avance de morienté a ce sujée yanita

    1. Voici le site internet du centre vipassana où j’ai fais ma retraite : http://www.mahi.dhamma.org/index.php?id=4049&L=2&id=mahi_.html

      Le centre se trouve en Bourgogne (dans l’Yonne exactement), les participants venaient de toute la France donc tu pourrais utiliser un covoiturage pour venir. Par contre, inscris-toi soit longtemps à l’avance ou alors au dernier moment si une place se libère, cela arrive souvent. Je n’ai pas d’autre centre à te recommander à ce jour même s’il en existe surement d’autres en France.

      Sinon, tu as bien raison de d’écouter et de faire cela quand tu as vraiment envie de le faire comme cela remue pas mal donc il faut être prêt pour y faire face. Mais ça vaut bien le coup ;)

  6. Excellent ton partage!!! Merci! Je n’ose pas encore de faire de retraite parce que j’appréhende de vivre au complet ce moment là lol!

    Je vis de plus en plus en laissant passer les émotions car je sens que tout passe. J’avais pas réaliser que la pensée c’était pareil. En tout cas bravo merci c’est inspirant et qui sait bientôt…

    Chris.

    1. Quand tu seras prêt et que ce sera le bon moment, tu le sauras et tu pourras te lancer. Tu as bien raison de d’écouter en ne forçant pas inutilement. On a tous un chemin différent avec des étapes différentes à vivre. Que chacun suive le sien ;)

  7. experience riche pour toi mais aussi pour nous car, j’espere que tu nous raconteras cette belle aventure humaine; la plus belle celle qui s adresse a note moi profond

  8. Bravo pour cette belle expérience profonde!
    et merci pour ton partage!

    Pas évident de ne rien dire pendant 10 jours hein dis?

    Bonne continuation sur ton chemin!

    Bastien

    1. Je sais que pour certains le silence a été très dur, ce n’est pas mon cas comme je suis assez habitué à vivre au calme. Dans mon cas, le plus dur à été d’encaisser toutes ses heures de pratique, toutes ses heures de méditation comme cela faisait vraiment beaucoup en même temps. L’expérience est différente pour chacun d’entre-nous, c’est cela qui est très intéressant ;)

  9. Bonjour Jonathan,
    Je n’ai pas fait cette retraite mais plutôt plusieurs
    quêtes de vision dans la tradition chamanique et
    je confirme que la confrontation avec soi-même
    permet de faire un saut quantique!

    1. Voilà, c’est exactement ça. Des choses dont on pouvait encore douter deviennent extrêmement clair et évidente. Cela aide beaucoup à grandir ;)

  10. Bonjour Jonathan

    Merci pour ce Postcast
    j’ai moi même déjà fait 2 retraites Vipassana dont voici sur mon blog le vécu ou le ressenti
    http://michel1955.blogspot.fr/2013/11/retraite-vipassana-du-1er-au-14-octobre_7172.html
    (attention c’est assez long, car j’ai pris des notes à la fin de chaque méditation que j’ai ensuite essayé de retranscrire à mon retour).

    je n’ai pas ressenti comme toi, pour chacune d’elles de grands bouleversements, cela m’a même plutôt été agréable à chaque fois, à tel point que j’ai envie de recommencer
    amitiés

    et meilleurs vœux à toi et à tous celles et ceux qui te lisent.

    Michel

    1. Bonjour Michel,

      Je suis ravi de te voir de retour sur le blog. Merci pour ton lien avec un programme moins intense qui intéressera sans doute d’autres personnes. Tu es sans doute un méditant plus expérimenté que moi donc cela ne t’a pas apporté autant de changement. Enfin chaque personne vie ce genre d’évènement de façon différente. C’est pour cela qu’il est intéressant d’aller en faire directement soi-même l’expérience.

      De même, meilleurs voeux à toi pour 2014 ;)

  11. Une grosse envie depuis longtemps.
    Je ferai une retraite un jour d’une façon ou d’une autre, déjà en déconnexion dès que possible.
    Merci Jonathan pour ce partage d’expérience.
    A très vite,
    Lysiane

  12. Bonsoir,
    Je viens de voir votre blog sur cette semaine qui parait très intense (je m’y suis inscrit pour cette année).
    J’avais une question : je croyais que les appareils photos étaient interdits durant le séjour. Or là, vous avez toute sorte de photos de l’extérieur mais également de l’intérieur.
    Comment est-ce possible ? Où alors ils ont modifier leurs règles !

    Au plaisir

    1. Le dernier jour une fois le stage terminé et juste avant de repartir chacun dans nos vies respectives, il est possible de discuter avec les autres retraitants et de prendre des photos. Mais pendant toute la durée du stage, les règles n’ont pas changées !

      Bonne retraite si vous vous lancer ;)

Comments are closed.