La clé pour sortir du jugement.

Beaucoup de sites expliquent l’importance de laisser les autres tels qu’ils sont, ne pas les juger et de ne pas se juger soi-même. Je l’ai d’ailleurs moi-même écrit sur ce blog, tout jugement est une projection et ne correspond pas à la réalité donc à quoi bon ?

Jusque là, rien de très nouveau pourtant cela ne reste pas des plus faciles à mettre en œuvre. Il existe un petit piège très subtil qui nous tend les bras. J’écris cet article pour vous aider à le voir.

Le lacher-prise @ Moyan_Brenn
Arriver à lâcher-prise du jugement © Moyan_Brenn

Ce piège, c’est celui de se juger pour être en train de juger puis de s’en vouloir de ne pas correspondre à l’image qu’on s’était créée. L’image d’une personne très bien, qui elle ne juge pas les autres ! C’est un peu ironique et pourtant c’est ce qui se produit souvent. Le schéma est très simple : on se forge une idée dans notre tête sur la façon dont les choses devraient se passer puis on se compare par rapport cette image virtuelle. On retombe à nouveau dans le système de l’autopunition ou de l’auto congratulation. On est dans l’illusion d’avoir beaucoup avancé. On a en réalité seulement changé notre base de référence.

Je m’intéresse à ce qui fonctionne et à ce qui ne fonctionne pas. Je remarque que la seule chose à faire est d’être doux, d’être un ami compatissant avec soi-même quoiqu’il arrive. Chaque expérience est une occasion unique d’apprendre. Le reste ne compte pas. Votre vie est déjà parfaite. Il n’y a pas besoin de construire une gratitude de façade pour tout ce qui nous est offert si vous êtes convaincu du contraire. Si vous n’y arrivez pas alors laissez tomber, ce n’est pas grave. Vous pouvez desserrer tout cela, vous serez plus spirituels que si vous vous accrochez à une image de façade spirituelle !

Lorsqu’on est très concentré sur quelque chose et qu’on apprécie de faire, on est tout entier dedans. Il n’y a plus de calcul intérieur. On le fait simplement et puis c’est tout. Il n’y a rien à aller chercher. Si vous voulez y aller quand même, ne vous gênez pas sous prétexte qu’on vous l’a dit ! On ne peut rien forcer de l’extérieur à aller vers l’intérieur. Tout est affaire de réalisation, la fameuse expérience où tout semble plus clair et qu’on se dit : « Ah mais bien sûr pourquoi est-ce que je n’avais pas vu les choses sous cet angle auparavant ? ».

On peut se donner un certain cap, mais sans obligation immédiate. Ce serait la meilleure façon de ne plus s’amuser et de très vite abandonner. D’ailleurs en observant de près, on peut se rendre compte que tout ce que nous faisons depuis très longtemps, on le fait naturellement parce qu’on aime le faire. On ne se demande pas si c’est la bonne façon de faire ou non, on le fait simplement.

C’est la même chose avec la méditation. On veut par exemple ne pas avoir beaucoup de pensées, se sentir en paix, plus libre, etc. C’est bien normal comme c’est la façon dont cela nous a été présenté. Je n’oublie pas non plus le fameux lâcher-prise. Tout cela crée une certaine tension qui va à l’encontre de ce qui est recherché. Vous n’obtiendrez jamais aucun lâcher-prise avec des attentes sur ce qu’est le lâcher-prise. Pour le vivre, c’est justement l’exact opposé. Cela ne se fabrique pas ! C’est la même chose avec les pensées. En étant trop intense pour ne pas en avoir, cela va les activer !

Vous pouvez essayer si vous voulez voir. Pour le moment, j’ai eu mes plus belles expériences de liberté non pas en méditant, mais en me baladant. La méditation est un excellent entrainement. Cependant, cela peut créer de façon plus ou moins subtile des attentes par rapport à tout ce qu’on a pu entendre ou lire sur le sujet. Ce n’est pas grave, n’en faisons pas non plus une histoire ;)

J’espère que cet article vous aura été utile. Et vous, dans quel contexte vous est-il arrivé de vivre une expérience de lâcher-prise ?

Pour méditer au quotidien et éliminez le stress en 1 à 5 minutes par jour, découvrez le programme "Instant Méditation" que je vous recommande en cliquant simplement sur cette image :

8 thoughts on “La clé pour sortir du jugement.

  1. Bonjour Jonathan,

    Ne pas juger, voilà un point Ô combient difficile, mais tuas raison de le souligner c’est d’une importance capitale.

    je réussi cela par l’acceptation de ce qui est, même les mauvaises choses, si ont les accepte comme étant une indication que si cela nous ennuie c’est qu’il y a en nous une tension sur laquelle nous devons travailler.

    Accepter d’aimer la vie, expérimenter, accepter de se tromper, accepter que les autres ne soit pas d’accord, accepter d’être ce que je suis, imparfait mais capable d’avancer et de m’améliorer, d’apprendre.

    Merci pour ce partage

    1. Bonjour Enzo,

      Je partage tout à fait ton commentaire. A force de creuser la spiritualité et le secret des gens heureux. On arrive à une grande simplicité, à un pragmatisme de tous les instants. Notre plus grande difficulté est de faire simple ! On est attiré à l’image du papillon avec la lumière vers beaucoup de bêtises inutile.

      Merci pour ce commentaire. Au plaisir !

  2. C’est vrai que les fois où j’ai expérimenté le lâcher-prise, c’est en faisant des choses que j’aime…

    1. Voila, c’est exactement cela. C’est en attendant rien de spécial que ça arrive ! La méditation serait plus facile si on n’avait pas attaché des idées dessus.

  3. Bonjour Jonathan,
    Prendre le temps me semble effectivement essentiel…Prendre le temps, oublier ce qu’on a lu et ce qui résonne en nous, l’inconscient continue a faire ce qu’il a à faire…pour refaire surface et avoir ce moment où tout devient plus clair, non?
    Bonne journée
    Sinje

  4. Bonsoir Jonathan
    super article encore une fois
    J’expérimente le plus souvent le lâcher prise grâce à la musique, classique la plupart du temps , mais pas toujours… des chants militants, comme ceux de Peter Yarrow, Joan Baez, ou Bob Dylan… peuvent me le permettre
    ma plus belle expérience, pour le moment c’est au Village des Pruniers le dernier jour de la retraite des scientifiques , grâce à un jeune chanteur pratiquant…
    je la raconte sur mon blog
    ici http://michel1955.blogspot.fr/2012/08/joe-reilly.html

    amitiés
    Michel

    1. Bonjour Michel,

      On voit de nouveau que le lâcher prise se trouve là ou on ne l’attend pas sinon cela ne marcherait pas, il y aurait toujours une tension résiduelle l’empêchant de se manifester !

Comments are closed.