Vous n’êtes pas vos pensées !

Il y a ces moments où vous êtes bien ancré dans le présent, les événements défilent naturellement comme lorsque vous êtes sur une route en voiture. Les paysages défilent, vous êtes serein et tout se passe bien. Il n’y a rien qui puissent perturber votre tranquillité intérieure !

Puis soudainement vous croisez une personne avec qui vous avez eu une dispute par le passé. Instantanément, de l’énergie s’active sous forme de pensées. Vous repensez aux histoires du passé et vous voilà perdus dans vos pensées et plus dans le présent.

Le mécanisme est très simple à comprendre et se répète toujours de la même façon : les événements de la vie réveillent de temps en temps des mémoires passées qui refont surface et nous voilà perdus dans nos pensées.

Si l’on ne fait rien, notre attention va être comme un aimant attiré par ses pensées et va y apporter de l’énergie. C’est ainsi que l’on en rajoute des couches et que l’on croit être ses pensées, on les prend trop souvent pour qui nous sommes.

Qui êtes-vous vraiment si vous n’êtes pas vos pensées ?

Pourtant si vous pouvez être conscient de vos pensées, alors vous n’êtes pas vos pensées. Ce que vous êtes et qui ne change pas, c’est cet observateur en arrière-plan, c’est cette conscience qui voit les pensées, qui voit l’agitation ! Nous sommes ce qui reste quand les pensées et les émotions sont passées. Nous sommes l’espace dans lequel ils se forment.

Je suis sûr que rien de tout cela n’est nouveau pour vous si vous avez lu un peu sur le sujet. C’est une de ces compréhensions qu’il est facile d’avoir intellectuellement, mais peut prendre des années avant que ce soit vraiment enraciné dans notre vie.

Si vous n’êtes pas vos pensées ou vos émotions, alors quand vous sentez ces événements mentaux surgir, vous pouvez les laisser aller, aussi facilement qu’ils sont arrivés.

Quand vous commencez à penser à quelque chose qui vous emmène hors de la réalité alors réalisez que ce ne sont que des pensées spontanées. Vous n’avez pas à continuer à les alimenter. Vous n’avez pas à rester concentré sur ce sujet. Laisser faire. Laissez tomber cela, acceptez qu’une partie de vous a été touchée et c’est maintenant le moment de l’accepter pour le libérer !

C’est la même chose avec les émotions. Quand vous ressentez une émotion négative, vous n’avez pas à la garder avec vous. Vos émotions n’ont que le pouvoir que vous leur accordées. Vous pouvez le voir lorsque vous voyez deux personnes éprouver le même événement et réagir complètement différemment.

Une fois que vous vous rendez compte que les pensées et les émotions ne sont pas vous, que ce sont juste des choses qui passent comme les nuages dans le ciel, vous faites un énorme pas vers la liberté. Plus vous laisserez passer lorsque des événements mentaux se produisent, moins ils auront de pouvoir sur vous, et plus ils s’écouleront rapidement. Et plus ils passent rapidement, plus votre vie devient calme, et plus vous vous sentez calme et serein.

Attention, c’est très important de ne pas refouler ce que vous ressentez, c’est très important aussi de ne pas vous battre avec ce que vous ressentez parce que vous voudriez être sans pensées. Vous notez simplement ce qui se présente, vous l’acceptez et vous le laissez-passer. C’est un processus très naturel dans lequel vous n’avez pas à faire de grands efforts de volonté !

Vous avez besoin de trouver le bon positionnement pour rester conscient de ce qui s’agite en vous sans vous laisser aspirer en posant toute votre attention là-dessus. Vous restez en arrière-plan en observateur bienveillant.

Remarquez aussi quand des pensées ou des émotions vous échappent. Donnez-vous une chance de reculer un peu, de les laisser aller plutôt que de les alimenter. C’est exactement ce que maîtrisent mieux que quiconque les grands méditants. Car comme tout le monde, certaines circonstances de vie vont réveiller des choses qui sont enfouies au fond de leur inconscient mais au lieu d’y porter beaucoup d’attention, d’être hypnotisé par cela, ils ont appris l’habileté à laisser passer ce vortex de pensées et d’émotions sans cesse changeant et donc ils sont libres.

Vous pouvez en faire de même en vous entraînant un peu tous les jours à méditer. Quand vous méditez vous êtes dans cette position de l’observateur en arrière-plan. Vous apprenez à voir tous vos événements mentaux à partir d’une nouvelle perspective plus large. Vous voyez comment vous êtes naturellement attirés par les pensées et les émotions mais petit à petit vous restez tranquillement dans votre position d’observateur en arrière-plan.

Un exemple très concret et très simple :

Vous êtes au bureau, vous avez besoin de votre stylo et vous découvrez que votre collègue l’a utilisé, laissé quelque part et que maintenant vous n’avez plus de stylo. Cette situation réveille en vous quelque chose, vous sentez des tensions qui montent, votre mental vous dit : « encore un qui ne fait pas attention à mes affaires, c’est la troisième fois cette semaine. Je ne vais pas me laisser faire ! »

Vous avez l’option classique qui va être d’alimenter cet état en étant de mauvaise humeur, en étant plein de colère, prêt à aller à l’affront dès que votre collègue va arriver ! Vous n’êtes bien sûr pas du tout en paix à ce moment-là et vous avez de grandes chances de dire et de faire des choses que vous allez ensuite regretter.

Si vous méditez régulièrement, vous notez immédiatement ce qui se passe : « Tiens cette situation réveille de la colère, cela s’agite fort à l’intérieur. C’est désagréable mais cela va passer comme lorsqu’il y a un orage en été. Je ne veux pas me faire du mal inutilement donc je ne vais pas alimenter cela. » et vous revenez tranquillement à ce que vous faites. Vous réglerez cette situation d’une façon constructive quand vous aurez retrouvé votre calme. En attendant dans cet état, ce n’est pas du tout le moment de prendre une décision. Vous pouvez respirer profondément si c’est nécessaire et vous revenez naturellement sur ce que vous avez à faire.

Nous n’avons pas conscience à quel point en état ordinaire nous sommes complètement dépendants des circonstances extérieures pour notre bien-être. Nous ne sommes pas du tout libre. À l’inverse quand nous connaissons la façon dont nous fonctionnons, nous sommes vraiment plus libres car peu importe les circonstances, on a toujours l’option de revenir dans l’instant présent et de régler les situations d’une façon constructive où tout le monde y gagne.

  • Plus vous luttez contre vos pensées, plus elles s’accélèrent.
  • Plus vous tentez de les combattre et plus elles s’intensifient.
  • Plus vous essayez de les repousser et plus elles vous submergent.

Si vous souhaitez être accompagnés et aller plus en profondeur sur ce chemin, vous pouvez rejoindre le programme que j’anime. Pour cela, cliquez simplement sur l’image juste en dessous. Au plaisir et rappelez-vous ce que vous venez de lire la prochaine fois que vous allez être agités à l’intérieur ! Excellente journée.

Apprenez à rester heureux quoi qu’il arrive !